AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Crap! We're naked ft. Stiles Stilinski

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Banshee
Localisation : San Francisco
MessageSujet: Crap! We're naked ft. Stiles Stilinski   Dim 31 Jan - 16:21


Crap! We're Naked!

La lune restait impératrice dans ce ciel sans étoiles et sans nuage, une toile d’un noir d’encre sur lequel on aurait ajouté cet immense point argent. Les quelques oiseaux nocturnes se faisaient voir à travers la fenêtre de la chambre, les rayons argentés du satellite caressant doucement les draps du lit double. Lydia se sentait si bien ici, son corps nu protégé par le tissu de sa couette, ses doigts fins arpentant le dos de son petit ami, s’attardant sur chaque grain de beauté. Un sourire paresseux ne quittait plus ses lèvres alors qu’elle restait collée contre lui, ses yeux émeraude restant rivés sur sa silhouette qu’elle aimait tant. Etait-ce égoïste de sa part de remercier le mauvais temps de lui avoir amené le jeune homme dans sa chambre ? Depuis les incidents du bal, ils n’avaient pas eu la chance de passer du temps ensemble, tranquilles, dans les bras l’un de l’autre. « Eh Stiles… »

Elle se redressa sur un coude, gardant le drap contre elle pour lutter contre la morsure du froid, ses lèvres se posant délicatement sur l’épaule droite du jeune homme. « Ça va mieux ? La tempête est terminée. » Elle continua de caresser son dos avec tendresse avant de se relaisser tomber sur l’oreiller, ses cheveux roux s’éparpillant autour de son visage, son attention se portant sur le plafond, ses pensées se baladant d’une à une. Malgré le fait que Stiles semble aller mieux, elle ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter pour lui. Le Nogitsune avait failli le détruire, elle avait failli le perdre pour toujours et cette pensée avait le don de la rendre malade. Ses yeux se fermèrent et un sourire fleurit sur ses lèvres alors qu’elle le sentait gigoter à ses côtés. «  Tu as encore des forces pour bouger ? Quel grand sportif tu fais… » Un léger rire s’échappa de sa gorge, il n’allait pas apprécier son petit commentaire, mais elle adorait le taquiner. C’était plus fort qu’elle. C’était un moyen de lui dire Je t’aime.

Son regard dériva vers le réveil posé sur la table de chevet et elle ne put s’empêcher de soupirer, se passant une main sur le visage. Ils étaient censés avoir cours dans exactement cinq heures, Lydia avait intérêt à trouver une bonne excuse pour pouvoir sécher sans que sa mère ne vienne lui bondir dessus. Stiles, elle ne se faisait pas de mouron, il avait le don pour trouver des excuses en béton. Il fallait qu’elle se creuse un peu la cervelle pour trouver quelque chose qui tienne la route. Avouer qu’elle ne pouvait se lever parce qu’elle avait passé sa soirée à faire du sport avec son petit ami ne serait sûrement pas très bien vu auprès du directeur et des parents.

© charney

__________________________________________________



Soulmates
Do you remember what it feels like all those times in school when you see him standing down the hall and you cannot breathe until you're with him. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Crap! We're naked ft. Stiles Stilinski   Jeu 25 Fév - 22:09

Crap ! We’re naked !

Stiles &  Lydia


« I choose you. And I will choose you over and over. Without pause, without doubt, in an heartbeat. I’ll keep choosing you.  »
Mes yeux étaient toujours clos, la tempête était passée et la peur de trouver le sommeil avec. Les doigts de Lydia se baladaient le longe de mon dos me poussant à rester immobile pour ne pas qu'elle s'arrête. C'était agréable, beaucoup trop pour que je sorte de ma léthargie volontairement. Mon corps tout entier était engourdis de fatigue mais Morphée ne m'atteignait toujours pas, j'avais instauré cette petit gue-guerre avec elle depuis longtemps, mais cette fois ci, les raisons étaient différentes, je voulais juste encore allonger le temps à me prélasser contre elle, l'avoir toujours près de moi sous ces couvertures. Je pouvais presque m'estimer heureux et chanceux d'avoir eu à subir l'orage et le vent qui venait contre mes volets dans un boucan insupportable. J'avais surtout eu la bonne idée d'envoyer un message à Lydia, même si je n'avais pas eu grand espoir qu'elle me réponde, enfin j'en avais eu au moins un peu pour pouvoir l'envoyer, mais peu importait, elle avait répondu, elle l'avait fait et mieux, elle était là. Je la senti se redresser et la couverture glisser sur moi pour venir à elle, découvrant quelques centimètres supplémentaires de ma peau, les laissant à la disposition du froid. Mais quelque chose de plus agréable lui offrait mon pardon pour cet affront, le contact de ses lèvres tièdes contre mon épaule m’arracha un sourire béat en plus du soupir d’aise qui s’était échapper de ma bouche la seconde d’avant. J’acquiesçais à sa question tout en espérant secrètement qu’elle resterait là jusqu’au petit matin même si je n’avais plus de raison de ne plus trouver le sommeil. J’entrouvis à peine les yeux, alors que sa main continuait d’aller et venir le long de mon dos avec plus de lenteur, remarquant qu’elle s’était de nouveau allongée, les yeux rivés vers le plafond de ma chambre. Je battais des pieds pour récupérer un peu de couverture avant de me coller un peu plus contre elle. Mais sa réflexion me fit me redresser pour l’observer, les yeux complètement ouverts cette fois. Je pris une mine boudeuse le temps d’une seconde avant de sourire devant son rire et de l’embrasser pour la faire taire. « Mais je le suis. Aussi ironique que puisse être ton observation. » Déclarais je. Je l’entourais d’un bras possessif tout en enfouissant mon visage dans le creux de son cou. « Je voudrais que ce soit tous les jours comme ça… » Ajoutais je dans un marmonnement, le bout de mon nez venant chatouiller la peau de son cou.

Je l’entendis soupirer et arquais un sourcil curieux avant de m’écarter d’elle pour qu’elle comprenne ma question silencieuse. Je n’eus le droit à aucune réponse digne de ce nom, mais j’avais bien saisi ce coup d’œil qu’elle avait jeté au réveil. Pensait-elle à partir ? Je regardais l’appareil à mon tour d’un œil noir comme si ça avait été de sa faute de les rappeler à l’ordre ainsi. C’était de sa faute. Il n’y avait personne d’autre à accuser de toute manière. Quatre heure du matin. Les cours commençaient dans cinq. Autant dire qu’il n’était plus question d’y aller. Mais la question qui revenait à mon esprit était continuellement celle concernant ce que Lydia, elle, ferait. « Tu restes ici, hein ? Tu ne vas pas partir ? On pourrait même rester là jusqu’à onze heure du matin. Toi qui dis toujours que tu as de quoi te permettre de sécher quelques cours... » Tentais je sans être très convaincu pas mes propres mots. « S’il te plaît… ?» Je la regardais des petits yeux innocents et suppliants, bon, peut-être pas si innocents que ça, mais ça n’empêchait pas le fait qu’ils aient une chance de la convaincre, si ? Je cherchais dans la foulée une excuse valable pour échapper à cette journée de cours mais rien ne vint. Pas la moindre inspiration n’atteignit mon cerveau. Je fronçais des sourcils sans céder à ce soudain syndrome de la page blanche. Puis elle arriva, comme ça, l’air de rien, un éclair de génie, le Messi tant attendu. Un sourire naquit lentement sur mon visage, progressivement, au fur et à mesure que l’idée germait. Mais il restait encore à trouver une bonne excuse pour celle qui partagerait ma journée. Du moins je l’espérais. « Je suis sûr que je peux trouver une bonne centaine de raisons pour que tu restes là. » Déclarais-je en ponctuant ma phrase d’un baiser.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Banshee
Localisation : San Francisco
MessageSujet: Re: Crap! We're naked ft. Stiles Stilinski   Dim 28 Fév - 19:15


Crap! We're Naked!

Lydia était devenue complètement accro à son partenaire de crime, sentir son bras sur elle la faisait sourire de plus bel. Ses rêves s’étaient enfin réalisés et elle pouvait enfin en profiter pleinement. Ses doigts venaient jouer dans les cheveux bruns du jeune homme, appréciant leur douceur et leur longueur. La rouquine avait encore du mal à se dire qu’il les avait court deux ans plus tôt. Continuant sa douce caresse sur son cuir chevelu, elle ne quitta pas le réveil du regard, se demandant si elle allait faire la bêtise de quitter le lit pour rejoindre le sien. Elle n’avait pas souvent l’occasion de s’offrir de tendres instants avec lui, elle était sûre de le regretter si elle le faisait. Ses prunelles émeraude finirent par s’arracher à cette contemplation pour se plonger dans celles adorables de son chéri. Un large sourire attendri étira ses lèvres en voyant sa tête de chien battu. Il avait dû comprendre qu’elle se posait la question du séchage de cours ou non.

Il vint se redresser pour lui poser la fameuse question. La main de Lydia se posa sur la peau nue du dos de Stiles, dans une brève caresse, appréciant la chaleur qu’il dégageait. Elle bascula légèrement la tête sur le côté pour le regarder plus en détail, ne perdant pas son petit air amusé, ses jambes s’entremêlant aux siennes. Il la tentait bien. Qu’est-ce qu’elle donnerait pour se réveiller au creux de ses bras, son souffle contre sa peau et les lueurs du soleil pour venir caresser leurs silhouettes endormies. Se mordant la lèvre, elle vint se redresser sur les coudes, ne faisant pas attention au drap qui glissait tranquillement le long de son corps. Après avoir vérifié qu’elle avait un bon équilibre, elle posa sa paume contre la joue du brun dans un sourire amoureux. Aucun mot ne s’était échappé de ses lèvres et pourtant le jeune homme souriait à son tour, un éclat de malice dans le regard.

Lydia lui donna, comme toute réponse, un haussement de sourcil interrogateur. Son cœur se mit à battre plus rapidement dans sa poitrine quand ses lèvres se posèrent sur les siennes dans un baiser, qu’elle prolongea. Elle glissa sa bouche dans son cou pour y glisser un bref baiser qui se voulait tendre. « Tu comptes me faire l’amour jusqu’à que je m’écroule de fatigue ? » Un rire cristallin s’échappa de sa gorge tandis qu’elle le regardait. Sans prévenir, elle se jeta sur lui, fuyant le drap pour se retrouver au-dessus de lui, la lune caressant sa peau nacrée. « Tu n’as pas besoin de te donner autant pour que je reste. » Elle attrapa sa main pour lier ses doigts aux siens. « Tu ne peux pas savoir à quel point je rêve de dormir dans tes bras. » Nouveau baiser amoureux. « Mais il faut que je trouve une très bonne excuse. » Nouveau regard amusé. « Je n’ai qu’à dire que tu m’as refilé un bon gros rhume après avoir passé ta soirée dehors parce que tu as oublié tes clés et que j’ai dû, car j’ai le cœur sur la main, t’héberger ? »


© charney

__________________________________________________



Soulmates
Do you remember what it feels like all those times in school when you see him standing down the hall and you cannot breathe until you're with him. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Crap! We're naked ft. Stiles Stilinski   

Revenir en haut Aller en bas
 
Crap! We're naked ft. Stiles Stilinski
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Stiles Stilinski - I'm no Hero
» Stiles Stilinski- I'am a only human
» Un Stiles hyperactif se doit d'avoir une vie bien remplie!
» Humans (3/4 libres)
» La série, les acteurs, les saisons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf :: Rp's en vrac-
Sauter vers: