AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pourquoi ?! [Feat Stiles Stilinski]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Pourquoi ?! [Feat Stiles Stilinski]   Mar 29 Avr - 0:05

Pourquoi ?!
« Feat Stiles Stilinski»

Mon premier jour de lycée. Mon père m’avait déposé devant le lycée en attendant que j’aie mon permis et une voiture. Mon père était devenu très gentil depuis mon retour, il me laissait faire ce que je voulais et ne me disais jamais rien, même quand je disparaissais pendant des heures quand je partais dans la forêt. Arriver au lycée il me souhaite de passe une bonne journée. Je lui fis un petit sourire et pris mon sac avant de sortir de la voiture. Il partit aussitôt, nous nous étions mis d’accord pour ne pas faire trop de démonstration, il voulait que je sois une ado normale, aucune photo n’avait été mise dans les journaux, mais beaucoup avait entendu parler de moi et connaissais mon nom.  Je pris une légère inspiration et allais vers la porte du lycée. J’entrais, il y avait beaucoup de monde, moi qui ne voulais pas me retrouver dans la foule j’étais servis. Je me raidis et marchais jusqu’à l’administration où l’on me donnait mon emplois du temps et tout le reste. Un prof vint me voir et me fis visité le lycée. J’écoutais attentivement essayant de me souvenir de tous. A la fin de la visite il me laissait devant mon casier. Je l’ouvris après avoir passé presque 10 minutes à me battre avec le cadenas, je n’avais jamais été patiente. Je réussis enfin à l’ouvrir.  Je souris et rangeais mes affaires dedans et gardais le strique minimum. Je regardais les photos que j’avais prises pour le mettre dans mon casier, c’était des photos de moi et ma sœur. Je la collais sur la porte de mon casier. Je la regardais un peu mélancolique.  Je pris une grande inspiration et fis un jolie sourire de façade, j’étais devenu une experte. La sonnerie retentis, je regardais mon emplois du temps j’avais un trou de 3h. Je décidais d’aller prendre l’aire. Je marchais lentement dans les couloirs vides. Je sortis, et allais vers le stade de cross. Mais je me perdis dans la cour. Je regardais autour de moi, sans savoir part où aller. Mon cœur s’emballait un peu. J’essayais de ma calmer. Je fis demi-tour et me retrouvais dans un coin de la cour où il y avait plusieurs arbres. J’avais besoin d’être au calme, je sortis un livre que mon père m’avais donnée pour que je puisse apprendre la conduite, puis je sortis la tablette qu’il m’avait offert et faisais des recherche sur la ville, sur ce qu’il c’était passer ces dernières année. 8 ans c’est long, j’appris beaucoup de chose sur le monde qui m’entourait qui me confortais dans l’idée de vouloir redevenir  coyote, j’étais bien mieux comme cela. Mais hélas je ne trouvais pas comment redevenir coyote, depuis que ce … gars m’avais fait redevenir humaine je trouvais le temps long et je cherchais à reprendre cette forme, malheureusement tous mes efforts furent vint. Je n’y arrivais pas, je ne savais pas comment faire. J’étais plongé dans mes penser assise en tailleur sur le banc, regardant ma tablette et de temps en temps mon livre.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pourquoi ?! [Feat Stiles Stilinski]   Mar 29 Avr - 2:27


Pourquoi?
With Malia Tate

Le cours d’économie me semblait éternel. Long. Ennuyant. J’avais envie de dormir, j’étais fatigué et je commençais à en avoir marre de en pas fermer l’œil de la nuit. Alors quand l’élève assis à côté de moi me demanda quelque chose, je lui jetai un regard noir et l’envoya sur les roses. Sur le moment, j’en avais eu envie et puis je n’y avais pas pensé. C’est seulement l’heure d’après, pendant notre entrainement de Cross, que je me rendu compta avec effroi que, oui Stiles, t’as envoyé un des gars les plus musclés sur les roses. Bravo, médaille d’or. J’avais tout naturellement payé le prix de mon audace. L’entrainement commença à peine que j’avais déjà l’impression d’avoir participé à un match de catch. Quand je vis le gars arriver à pleine vitesse, j’esquivai de justesse pour me cogner contre un autre joueur. Du coup, le coach se décida de m’envoyer dans les vestiaires car je ne faisais rien de bien aujourd’hui. Depuis, j’attendais le début du prochain cours enfermé dans une salle de cours vide. Je m’étais vengé de la brute ayant voulu me faire la peau. J’avais placé tous ses vêtements dans les douches. Je ne risque donc pas d’encore montrer le bout de mon nez aujourd’hui, je tiens à la vie.

Le prochain cours devait déjà avoir débuté depuis une dizaine de minutes. Parfait. Sortant de ma cachette, je pris quelques précautions au cas où le concierge ou un professeur ne me voit. Les heures de colle pour l’instant, je préfère les éviter. Me dirigeant alors vers le parking, je décide de rentrer. Sauf que c’est sans compter les clés de ma jeep qui se trouvent dans mon casier. Je ne sais même pas pourquoi j’ai mis ça là. Oui, dans un casier que je ne savais ne pas ouvrir normalement en entrant le code. Mlle Walsh m’avait appris à ouvrir le cadenas sans faire usage du code mais quand même, où ais-je la tête !

Alors que je traversais les couloirs pour rejoindre mon casier, une silhouette assise près des arbres attira mon attention. Avec tout ce qui rôde, il vaut mieux être prudent et vérifier qu’il n’y a rien d’anormal. Mais en voyant qu’il s’agissait sans doute d’une étudiante, je mettais un terme à mes pensées éradiques. Une élève qui sèche les cours ? Ma curiosité me mène à aller à sa rencontre. En m’approchant, cependant, je me rends compte que je connais déjà la demoiselle. Malia Tate. Le coyote qu’on avait fait redevenir humaine. La première enquête de mon père. Je suis étonné de la voir au lycée, je m’étais attendu à ce qu’elle prenne beaucoup plus de temps à s’adapter à sa nouvelle vie, sa nouvelle condition etc etc. Comme je savais qu’il s’agissait de Malia, je laissais mon attitude méfiante disparaître sous un sourire enjoué.

« Salut ! »

Et sans y réfléchir, je m’assis à côté d’elle, gardant seulement une trentaine de centimètres entre nous. Je lance un rapide coup d’œil à ce qu’elle tient en main.

« Tu cherches déjà à avoir ton permis ? »


© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pourquoi ?! [Feat Stiles Stilinski]   Mer 30 Avr - 0:59

Pourquoi ?!
« Feat Stiles Stilinski»

Je relevais la tête légèrement avant de dévisager le jeune homme a côté de moi. Je ne le reconnu pas tous de suite mais son visage me revins en mémoire, lui et son ami m’avais fait redevenir humaine, je leur en voulais a tous les deux. Si seulement ils avaient pu ce mêlé de leur affaires. Mon regard était glacial en se posant sur lui, j’aurais pu le briser tel une brindille, il était si frêle, mais en même temps ces yeux noisette étais assez attirant. Je secouais légèrement la tête, ne pas penser à lui. Il venait de faire de ma vie un enfer. Je pris une longue inspiration, je lui répondis un simple « oui » avant de savoir quoi ajouté, je n’étais pas sûr de ne pas vouloir le frapper pour cela. Je voulais qu’on me laisse tranquille mais en même temps si son ami était un loup il pourrait peut-être m’aider. J’espérais de tout mon cœur qu’il puisse. Il allait donc falloir que je me montre gentille même si je ne comptais pas lui mentir. On m’avait appris que l’honnête payait souvent. Je passais ma main dans mes longs cheveux brun et blond avant de me tourner légèrement sur lui. Je cherchais a me souvenir de son nom, ce n’étais pas simple j’avais du mal à me souvenir de son prénom pourtant j’étais sur de le savoir, au moins de l’avoir entendu. Je le regardais d’un visage impassible.

« - Stiles ? C’est cela … Je, je voudrais savoir, tu sais ce que je suis et ton ami était différent … Stiles, j’ai vraiment besoin de savoir si toi ou quelqu’un d’autre pourrais m’aider … Je n’arrive pas à me transformer, je suis piégé en temps qu’humaine. »

Cette phrase sonnais dans ma bouche comme une torture, je ne voulais pas juste être un coyote à chaque pleine lune et redevenir humaine après, je voulais me contrôlé. Je regardais Stiles d’un regard suppliant. Oui, j’avais vite appris ce qu’un regard est capable de faire, autant qu’un sourire.  J’hésitais mais posais brièvement ma main sur son genou. Je voulais vraiment de l’aide. J’avais passé 8 ans seule alors les contacts humains n’étais pas mon fort, je n’étais pas sûre que mon geste ne soit pas déplacé, ou qu’il prenne mal, après tous je ne connaissais rien ou presque aux hommes.  Une mèche de mes cheveux tomba devant mon visage. Je le fixais de mes grands yeux bruns, légèrement maquillé pour les mettre en valeur. J’attendais patiemment sa réponse sans le quitter des yeux.  


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pourquoi ?! [Feat Stiles Stilinski]   Jeu 22 Mai - 22:22


Pourquoi?
With Malia Tate

C’est une bonne chose que d’avoir l’habitude qu’on me lance des regards soit indifférents, soit à me glacer le sang. Non, vraiment, de toute façon, plus personne ne me semblait vraiment intimidant. Ce qui ne veut pas dire que je en reculerais pas d’au moins dix mètres si un loup-garou, -ou tient même un gars faisant deux fois ma taille-, me lançait un regard noir. Cependant, j’avais toujours l’impression d’être moins intimidé quand un tel regard m’était lancé par une fille. Il faut dire qu’à force de courir derrière Lydia pendant plus de dix ans, et que le temps passe vite!, j’étais devenu habitué aux regards meurtrier de la gente féminine. Même si sur le moment je ne comprends pas trop, après tout, un petit merci serait peut-être de mise non ? On s’est quand même cassé la tête pour qu’elle redevienne humaine. Sans parler du fait que Lydia a failli perdre son pied à cause d’un piège qu’avait installé monsieur Tate. Et qu’Isaac lui s’était carrément jeté dans la gueule du lou.. du piège. Tant d’efforts et même pas un petit merci. Heureusement, je ne suis pas le genre de gars à se vexer pour si peu. D’ailleurs j’étais bien plus étonné a déjà la voir au lycée, la pauvre devait avoir un immense retard. Quand je pense déjà avoir du mal à supporter des devoirs que j’aurais dû faire la semaine d’avant, je n’imagine même pas ce qu’elle a dû subir pour remettre à niveau ses connaissances scolaires.

Ma présence semble lui déplaire, je suppose qu’elle voulait être seule. Pourtant, je ne m’y attarde pas. Maintenant que je me trouve près d’elle, j’en profite pour l’observer de plus près. Quand nous l’avions ramené chez elle, j’avais eu bien trop de questions à résoudre en silence dans mes pensées pour mémoriser les traits de son visage. Elle avait de long cheveux brun bouclés aux reflets blonds et je ne pus m’empêcher de remarquer qu’elle rendrait surement jalouse certaines lycéennes qui devaient passer des heures devant un miroir pour avoir un effet s’approchant seulement approximativement de sa coupe naturelle. Sauf que contrairement à moi, elles ne savaient pas que Malia avait été durant huit années un coyote. Faut croire qu’avoir la forme d’un animal et donc ne jamais se brosser les cheveux peut avoir un avantage. Mes pensées dérivent, encore une fois. Malia se tourna vers moi, un visage impassible et un regard ne trahissant aucune de ses intentions. Ça doit être un truc de loup-garou que de savoir ainsi avoir l’air indifférent. « - Stiles ? C’est cela … Je, je voudrais savoir, tu sais ce que je suis et ton ami était différent … Stiles, j’ai vraiment besoin de savoir si toi ou quelqu’un d’autre pourrais m’aider … Je n’arrive pas à me transformer, je suis piégé en temps qu’humaine. » Je me contentai d’hocher la tête pour lui affirmer mon nom. C’est toujours bien de savoir que parfois on se rappel de votre nom, même si vous n’avez quasiment pas fait la connaissance de ladite personne. Elle ma lança un regard suppliant, qui n’était en nul point utile car de toute façon, si elle voulait de l’aide elle était à la bonne adresse.

« Bien sûr qu’on peut t’aider. »

Après tout, ils ne s’étaient pas cassés la tête à le rendre humaine pour l’abandonner à son sort. Ce n’était pas mon genre et encore moins celui de Scott. Même si je ne suis pas sûr que ce soit le moment idéal d’aller embêter mon meilleur ami à ce sujet. Il avait lui-même du mal à se transformer et ce n’était pas les seuls problèmes qu’il avait. Malia posa sa main sur mon genou et je me dis dès lors que de toute façon, elle avait besoin d’aide et on l’aiderait. Elle n’était clairement pas très à l’aise avec le contact humain, normal quand la majorité de sa vie on a été un coyote. Ces yeux bruns étaient cependant bien plus rassurant que ses yeux bleus. Quoique, dans les deux cas elle avait un regard magnifique mais quand on sait à quoi correspond le bleu chez les loups-garous, c’est assez déstabilisant.

« Scott pourrait t’apprendre à te transformer, enfin lui ou quelqu’un d’autre de la meute.. Quoique non, va pour Scott. » Isaac, et bien lui était occupé avec Allison et n’avait jamais appris qu’il y avait un code s’appelant ‘ne jamais courir après l’ex d’un ami’. Derek.. Avec le caractère qu’il a, elle va croire que la meute est composée de mauvais caractères. Lydia et Allison ne pouvaient l’aider bien plus. Moi je pourrais l’aider pour qu’elle comprenne ce qu’elle est et tout le blablabla qui va avec, mais le contrôle ? Nope, j’étais humain donc vraiment inutile de ce côté. « Mais techniquement, tu étais piégé en tant que coyote. Je ne peux pas comprendre ce que c’est de passer de l’un à l’autre, je l’admets, mais toi tu ne dois pas oublier que tu es un loup.. Um.. Coyote-garou et que du coup ceci est ta forme naturelle. T’as pas l’intention de retourner vivre dans les bois hein ? » Je choisissais toujours les pire moments pour savoir bien lire les intentions des gens, je l’avoue volontairement.



© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pourquoi ?! [Feat Stiles Stilinski]   Mar 27 Mai - 23:20

Pourquoi ?!
« Feat Stiles Stilinski»

Je fixais le jeune homme a côté de moi attendant sa réponse avec impatience. Je jouais nerveusement avec mon stylo. Je le fixais, même si mon regarde trahissais une lueur d’espoir. Je remis doucement ma mèche de cheveux près de mon oreille. Mon geste était lent. Je continuais à le fixer. Ma tablette vibrait, je sursautais … Je n’avais pas l’habitude de ces … trucs. Je n’y comprenais rien. Les télés étaient devenues plates et les téléphone étaient tactiles ? Je crois que c’est comme cela que l’on dit. Je ne comprenais plus rien à la technologie, au monde qui m’entourait. Nous avions un président noir, même cela me choquais. J’étais vraiment perdu. Mon père m’avait inscrite ici dans l’espoir que je me fasse des amis et que je m’intègre, mais comment s’intégrer quand on ne comprend rien, et que les gens vous dévisage en chuchotant. Je doutais resté très longtemps au lycée. Je regardais ma tablette essayant désespérément de l’arrête. Je finis par la poser plus loin espérant qu’elle s’arrête tout seul. Je me tournais à nouveau vers mon camarade espérant qu’il ne se moque pas de moi. Mais il n’avait pas l’aire d’être le genre de gars à se moque. Je laissais échapper un soupir de soulagement. Lorsqu’il me dit qu’il m’aiderait j’avais presque eu envie de me jeter dans ces bras. Je l’écoutais parler d’un certain Scott. Surement l’alpha qui m’avait fait redevenir humaine. J’aurais préféré ne jamais le rencontré.

« - Mais techniquement, tu étais piégé en tant que coyote. Je ne peux pas comprendre ce que c’est de passer de l’un à l’autre, je l’admets, mais toi tu ne dois pas oublier que tu es un loup... Um... Coyote-garou et que du coup ceci est ta forme naturelle. T’as pas l’intention de retourner vivre dans les bois hein ? »

Je le regardais, il venait de comprendre ce que je voulais faire, surement mon que mon ton avais d’eu lui faire comprendre. J’hésitais à lui répondre je ne voulais pas qu’il me pourchasse pour que je reste humaine après tous c’était ma vie … Enfin je crois. Je pris une légère inspiration, l’honnête paye toujours m’avais dit mon père. Alors je vais être honnête avec Stiles. Je ne compte pas lui mentir.

« - J’étais très bien dans les bois … certes j’étais seule mais je vivais bien, ma vie étais calme paisible loin de tous cella. Aujourd’hui je dois affronter un monde que je ne connais pas, que je ne comprends pas. Un père qui ne sais pas comment agir et qui n’a plus rien de naturel, un envie profonde de retourner le bas. Le regarde des autres élèves, entre les filles jalouse par ce que je suis jolie et celle qui me regarde comme un monstre. Je ne me sens aucunement à ma place. Je n’ai aucune envie de resté humaine, je suis piégé en temps qu’humaine et non coyote … »

J’allais ajouter quelques chose quand la sonnerie retentis. Je fis une grimasse. Mes sens étaient bien trop aiguiser pour supporter le bruit. Je pris rapidement mes affaires avant de partir me réfugier plus loin. J’avais oublié ma tablette sur le banc près de Stiles. Celle si sonnais toujours. Je me mis dans un coin avant de prendre mon visage dans mes mains. La sonnerie du lycée s’éteint enfin. Je soupirais de soulagement. Je me laissais glisser le long de l’arbre. Je fermais les yeux secouant la tête. J’étais tellement mieux dans ma tanière loin de tous cela. Je respirais lentement pour me calmer. Je fins par me relever doucement. Je devais encore attendre deux longues heures avant que mon père ne sorte de son boulot et ne puisse me ramener. Je n’avais aucune envie de resté ici tous ce temps-là. Je soupirais, j’étais coincée dans un lycée emplis de gens que je ne connaissais pas et que je n’aimais pas, seule, à n’avoir rien à faire. J’allais surement tourner en rond comme souvent.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pourquoi ?! [Feat Stiles Stilinski]   Sam 31 Mai - 1:32


Pourquoi?
With Malia Tate

J’étais trop préoccupé à savoir si oui ou non j’allais vraiment lui demander si elle voulait en fait retourner dans les bois pour voir qu’elle avait du mal avec sa tablette. Je détestais ces choses. Bien pratique, certes, mais maladroit comme je suis une tablette ne survivrait pas bien longtemps entre mes mains. Je vois que Malia hésite de répondre. Compréhensible, j’aurais tout à fait pu lui demander directement si elle préférait avoir quatre pattes au lieu de deux jambes. Question tact je devrais vraiment lire un livre là-dessus. Quand elle se décida enfin à me répondre, c’était d’un ton honnête.

« - J’étais très bien dans les bois … certes j’étais seule mais je vivais bien, ma vie étais calme paisible loin de tous cella. Aujourd’hui je dois affronter un monde que je ne connais pas, que je ne comprends pas. Un père qui ne sais pas comment agir et qui n’a plus rien de naturel, un envie profonde de retourner le bas. Le regarde des autres élèves, entre les filles jalouse par ce que je suis jolie et celle qui me regarde comme un monstre. Je ne me sens aucunement à ma place. Je n’ai aucune envie de rester humaine, je suis piégé en temps qu’humaine et non coyote … »

J’assimilais ce qu’elle me disait, la comprenait d’une part même si je ne pourrais jamais véritablement la comprendre. J’étais humain et donc incapable de m’imaginer ce qu’était réellement le changement soudain qu’elle avait supporté. Mais j’avais ma petite idée. Cependant, la sonnerie retentie. Malia devait, comme Scott au tout début, avoir du mal avec un bruit aussi fort. Elle prit ses affaires tellement vite que je n’eus pas vraiment le temps de lui dire quoique ce soit. Je la laissai s’éloigner, m’inquiétant d’abord de regarder autour de moi. Ce n’était vraiment pas le moment de me faire retrouver par un professeur, les heures de colle n’étaient vraiment pas mon truc. Le bruit passa et je posai mon regard sur la tablette que Malia avait oublié sur le banc. Je la pris et l’arrêta. Avant de rejoindre Malia, je préférais mettre mes idées au clair. En somme, nous avions voulu l’aider mais pour elle, c’était l’inverse. Nous l’avions emprisonné comme humaine. Tant d’années à être un coyote et subitement se retrouver ici. Ça ne devait pas du tout être la joie. Soupirant, je finis par me lever et me dirigea vers elle. Arriver près d’elle, je lui tends la tablette éteinte. Si elle y tenait un tant soit peu, elle ne risquerait pas de me la laisser entre les mains.

« Je suis désolé. Pas de t’avoir rendu humaine, ou du moins d’avoir aidé à ce que tu le redeviennes. Mais je suis désolé qu’on ait fait cela et qu’ensuite on t’ait laissé en plan. C’est.. normal que tu ne te sens pas à ta place et que tu penses ainsi. C’est comme un nouveau monde et on t’y a carrément jeté dedans sans aucune aide. »

Après tout, je n’aimerais pas non plus du jour au lendemain devenir un coyote. Je m’imaginais la chose telle quelle pour savoir comprendre ses pensées et ses sentiments. Lui souriant, je crois qu’elle comprendrait bien que je ne lui laisserais pas le choix pour la suite.

« Mais avant de dire que tu ne veux pas être humaine, il faut que tu saches réellement peser le pro et contra. Et pour ça, il te faut apprendre à connaître le monde humain. T’as de la chance, je suis un excellent guide touristique et je crois que quelles que soient tes questions, je pourrais y répondre. Ou chercher les informations pour t’informer. Bref ! »

Je lui pris la main, sans trop y réfléchir même si j’attendis quelques secondes pour m’assurer qu’elle n’aurait pas une réaction loupgaresque du genre à me lacérer le bras.. Quoique, je devrais peut-être dire coyoteresque même si ça fait bizarre.. Sans hésiter, je me dirigeai ensuite vers un des bâtiments du lycée, lui tenant toujours la main et la trainant un peu avec moi de gré ou de force.  Je trouve qu’on ne peut pas juger quelque chose sans jamais l’avoir essayé. Alors, s’il le faut, je vais lui apprendre à mieux connaître le monde humain, les mauvaises choses comme le lycée, les bonnes choses comme la glace à la crème (car c’est un absolute must !) et tout ce qui fait qu’on peut s’amuser. Nous arrivions rapidement vers la bibliothèque du lycée. Et j’étais satisfait en ouvrant la porte de découvrir qu’il n’y avait personne. De toute façon, à cette heure et à deux heures de la fin de la journée, plus personne ne viendrait ici.

« Les livres qui expliquent la façon dont fonctionne la société humaine n’existent pas vraiment, sauf si tu es intéressé par la politique ou les religions. Mais tu sais déjà trouver pleins de livres sur pleins d’autres choses, comme par exemple sur le comportement humain.. Et crois-moi tu vas vouloir le lire parce que personne n’est normal donc forcément c’est étrange. Surtout les humains je suppose, parce que les seul autres non-humains sont tous de la meute donc c’est une autre histoire. »

Je parlerais à Scott pour son problème surnaturel, mais je crois bien qu’elle sait parfaitement qu’à part le demander, je ne savais pas l’aider de ce côté-là. Nous étions entre quelques étagères et je les parcourais assez rapidement du regard. Non, non, je n’ai pas lu plus de la moitié des livres ici présent. Vraiment pas.

« Ah ! Ce livre-ci cite tous les trucs important à Beacon Hills. La mairie, les restaurants, l’hôpital, le cinéma.. Et le cinéma c’est ou on regarde les derniers films sur des énormes écrans du popcorn en main. Banque, commissariat de police.. Enfin, il y a tout, même les adresses des magasins. » J’étais en quelque sorte lancé dans toutes mes pensées et idées pour lui apprendre à redevenir humaine, en quelque sorte. S’amuser serait plus difficile si elle n’avait pas d’amis. « Et demain quand t’arrives tu m’envoies un message comme ça on sait aller en cours et puis je te présenterais les autres aussi. »


© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pourquoi ?! [Feat Stiles Stilinski]   Sam 31 Mai - 22:41

Pourquoi ?!
« Feat Stiles Stilinski»

J’entendis du bruit et tournais la tête vers le jeune homme qui m’avait suivi. Je pris la tablette en le remerciant et la rangeais. Je me promis de ne plus toucher à ce truc avant un long moment. Je le regardais, je me demandais pourquoi il était venu, après ce que je lui avais dit je ne pensais pas qu’il veuille me parler à nouveau. Il me dit qu’il était désolé de m’avoir laissé comme ça, en même temps ils avaient un peu à y penser avant. Je leur en voulais vraiment. J’avais l’impression d’être pas au bon endroit d’avoir louper une marche. Il s’excusait, j’étais vraiment étonné. Je ne pensais pas le moins du monde qu’il se serait excusé. Je trouvais ça vraiment gentil de sa part. J’esquissais un sourire, je lui dis un petit « Merci » pour ces excuses que j’appréciais vraiment. Je le regardais toujours dans les yeux, c’était pour moi une sorte de preuve de respect.

« - Mais avant de dire que tu ne veux pas être humaine, il faut que tu saches réellement peser le pour et contre. Et pour ça, il te faut apprendre à connaître le monde humain. T’as de la chance, je suis un excellent guide touristique et je crois que quelles que soient tes questions, je pourrais y répondre. Ou chercher les informations pour t’informer. Bref ! »

Je ris légèrement, il était et drôle en plus. J’affichais un fin sourire sur mes lèvres. J’étais prête a découvrir le monde si il m’aidait, il me prit la main, je fus surprise par cette spontanéité, mais je me laissais faire je n’allais pas lui sauter a la gorge pour si peu. Il m’entrainait ou plutôt me tirais au départ vers le bâtiment avant que je le suive presque en courant. On arrivait dans la … bibliothèque, j’avais parfois du mal à trouver mes mots. Le vocabulaire d’une enfant de 8 ans n’est pas très développée, du coup certain mot ne me venait pas spontanément mais pour apprendre plus vite mon père m’avais dit de lire quelques page du dictionnaire. Ce me servait pas mal, j’arrivais a placé des mots qui m’étais encore inconnu il y a une semaine. Je regardais les livres légèrement émerveiller, je n’en avais jamais vu autant. J’aimais beaucoup lire, j’avais toujours aimé cela. Je regardais Stiles nous orienter entre les étagères. J’avais un peu de mal à suivre mais je tenais le rythme, humaine j’aurais surement été essoufflé, comment faisait ce type pour être aussi vif et nerveux alors qu’il n’était qu’un frêle petit humain mais mignon. Je rougis légèrement à ma penser. La grande pièce était déserte. Je le suivais, il avait l’aire de connaitre tous les livres. Je le regardais faire intriguer.

« - Ah ! Ce livre-ci cite tous les trucs important à Beacon Hills. La mairie, les restaurants, l’hôpital, le cinéma.. Et le cinéma c’est ou on regarde les derniers films sur des énormes écrans du popcorn en main. Banque, commissariat de police.. Enfin, il y a tout, même les adresses des magasins. »

Je pouffais légèrement de rire.

« - Stiles, je sais que j’ai des lacunes mais quand même, j’ai déjà été au cinéma. Quand j’étais petit mais j’en garde des souvenir. J’ai été humaine, souviens toi ! Et merci pour ton aide, tu … »

J’hésitais à finir ma phrase et s’il le prenait mal ou si j’étais trop directe. Je n’avais pas envie de rentré chez moi ce soir, enfin si mais pas juste après les cours. L’ambiance a la maison étais pesante presque étouffante. Je baissais un temps la tête avant de la relever ce qui fis bouger mes cheveux. Je le regardais affichant un timide sourire peut être un brin charmeur. Oui je changeais vite d’humeur, les émotions d’un coyote et celle d’une humaine sont différente. En tant qu’humain on se prend plein d’émotions en même temps, qui sont plus violente les unes que les autres. J’avais un peu de mal a toutes les géré en même temps. Je le regardais avant de reprendre ma phrase.

« - Je … Je suis bloquer pour les deux prochaines heures par ce que mon père ne peut pas venir me chercher … Tu serais d’accord pour me faire visité la ville ou me déposer chez-moi si tu as autre chose à faire ? »

Je lui demandais cela timidement. Le sortant surement de ces pensé. A vrai dire j’espérais sincèrement qu’il accepte de me faire visiter la ville. Mais je doutais fortement qu’il veuille après tous je l’avais regardé de travers avant même qu’il me parle il avait surement aucune envie de reste avec moi plus longtemps. Je baissais la tête attendant sa réponse adossé contre une des étagères.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pourquoi ?! [Feat Stiles Stilinski]   Mar 3 Juin - 0:21


Pourquoi?
With Malia Tate

« - Stiles, je sais que j’ai des lacunes mais quand même, j’ai déjà été au cinéma. Quand j’étais petit mais j’en garde des souvenir. J’ai été humaine, souviens toi ! Et merci pour ton aide, tu … »

Ah. Oui. Effectivement, le cinéma existait déjà il y a dix ans. Je crois que c’est une nouvelle preuve de la fatigue perpétuelle que je ressens. À croire que certaines choses s’évanouissaient de mon esprit, complètement et radicalement. Bien sûr qu’elle sait ce qu’est un cinéma, et qu’elle sait sans doute aussi où se trouvent tous les bâtiments principaux de Beacon Hills. Elle avait été humaine avant d’être coyote. D’ailleurs, elle s’était transformée et n’avait donc pas été touché par une amnésie quelconque. Mes pensées étaient des plus désordonnées en temps normal, maintenant, ça semblait être encore pire.

« - Je … Je suis bloquer pour les deux prochaines heures par ce que mon père ne peut pas venir me chercher … Tu serais d’accord pour me faire visité la ville ou me déposer chez-moi si tu as autre chose à faire ? »

Il me fallut une petite minute pour comprendre. Ça doit être la fatigue qui reprend le dessus. Mais Malia semblait faire un effort alors il était hors de question que je n’en fasse pas de même. Elle semblait passer d’une humeur à l’autre assez rapidement, mais étant moi-même taciturne en ce moment, ça ne me dérangeait point. De plus, je crois me focaliser plus sur le moindre de ses mouvements que sur son humeur changeante. C’était fort amusant, au début elle m’avait traité assez froidement, maintenant elle me demandait timidement si je ne voulais pas lui faire visiter la ville. Je trouvais ça mignon. Je crois devoir me concentrer sur quelque chose.. ah oui, ma réponse. Elle n’est pas télépathe, ce qui est dommage, ça faciliterais les choses. Quoique, je doute que si elle savait lire mes pensées elle resterait avec moi. Enfin bon.

« Oui, pardon, c’est vrai que tu as été humaine, j’avais oublié, désolé. » Je crois que je m’étais déjà excusé trois fois en moins d’une heure à la jeune fille devant moi. Je suis heureux d’être hyperactif, c’est sans doute la seule chose qui me permet de tenir debout et de me montrer aussi enthousiaste et enjoué. Même si je devrais reprendre mon Adderall, car je n’arrive pas à rester focalisé sur une pensée en particulier. « Tu ne devrais déjà pas sécher les cours. » lui dis-je sur un ton moqueur, car je crois qu’on est bien deux à le faire. « Mais c’est d’accord, de toute façon, il n’y a rien de bien intéressant à faire ici. Par contre on doit absolument éviter la voiture du shérif, je vais me faire lyncher si mon père me voit. » Ou réprimander sévèrement et privé de sortie, ce qui n’aiderait pas car il y a toujours la fenêtre et Scott et mon éternel allié. Mais si je restais éveillé pendant deux ou trois heures, je serais trop extenué pour rentrer dans un tel débat avec mon père. Même si je gagnais toujours gain de cause, de telles discutions étaient fatigantes. Je me dirigeai vers le couloir, tenant toujours la main de Malia dans la mienne. Il fallait juste éviter une nouvelle fois les professeurs pour arriver au parking.

« Mais sinon, je peux te faire visiter la ville quand tu veux. Enfin, je ne sais pas, il n’y a pas un autre truc que tu préfèrerais faire ? Parce que questions points positifs à être humain, faire visiter la ville ce n’est pas fameux. Et puis je suis à ton service sept jours sur sept, alors au temps s’amuser maintenant et apprendre à se connaître. Enfin, si tu veux bien ? »

Parler beaucoup pour ne pas dire grand-chose, je suis un véritable spécialiste mais en même temps je ne réfléchis pas toujours avant de dire ce que je pense.



© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pourquoi ?! [Feat Stiles Stilinski]   Ven 6 Juin - 20:37

Pourquoi ?!
« Feat Stiles Stilinski»

Je le suivais du regard, il s’agitait et bougeais toujours. Je restais contre l’étagère. Je réfléchissais rapidement. Je commençais a vraiment l’apprécier. Malgré qu’il est violé mon intimité, détruit ma tanière, avoir radicalement changé ma vie. Mais je lui en voulais de moins en moins. IL n’avait pas voulu me faire du mal… Il pensait vraiment m’aider. Et puis j’aimais bien son sourire. Il s’excusait une nouvelle fois je lui dis qu’il n’avait pas à s’excuser dans un grand sourire. J’essayais de me montrer gentille et douce, je ne voulais pas non plus qu’il croit que j’étais froide et distante mis j’avais du mal. J’étais habituée à devoir me cacher derrière ce masque pour résisté au regard des autres. Il me dit qu’il fallait éviter son père, je hochais la tête. Il me proposait de faire connaissance avec lui me disais bien. Je lui souris.

« - Oui, c’est une bonne idée … Et puis ça serais plus sympa … Si tu as une idée de truc à faire … »

Je le suivais dans le couloir, j’entendis des bruits de pas et la voix d’un prof. Je passais devant Stiles et ouvrit la première porte avant de rentré dans la pièce en entrainant Stiles dans mon sciage. Je refermais la porte derrière moi. On était dans un placard. Je m’excusais auprès de lui car nous étions bloquer l’un contre l’autre, j’essayais de reculé pour lui laisser de la place mais cela ne changeais pas grand-chose le professeur s’éternisait devant la pièce, je n’aimais pas être enfermé. Je gigotais un peu. Ce n’était pas la proximité du jeune homme devant moi qui dérangeais mais la pièce m’oppressait. Je serrais doucement la main de Stiles ne voulant pas lui faire du mal non plus, mais je voulais lui faire comprendre que ça n’allais vraiment pas, en gigotant je glissais sur quelques chose et tombais en avant, je rougis légèrement, me retrouvant coller contre mon compagnon de cachette. J'avais fait un peu de bruit et n'osais pas bouger de peur que le professeur ne m’ait entendu. Je restais donc appuyer contre son torse, une main sur ces pectoraux et l'autre dans sa main. Je respirais lentement, son contacte me faisais frissonner, il était musclé, plus qu'il ne paraissait, surement par ce qu'il jouais a la cross. J'aurais bien aimer le voir jouer. Oui, je savais ce qu'étais la cross et je savait qu'il y jouait puisque c'était marqué dans un des couloirs. Au bout de longues minutes le professeur partit. Je soupirais de soulagement et ressortis sans lâcher Stiles. Je me sentais bien avec lui, il était bien plus gentil que lui. Je le regardais avant de baisser un peu la tête, j’étais gêné de mettre montre comme cela. Je m’excusais.

« - Ce n’étais pas toi … Enfin … Je veux dire que ce n’est pas être contre toi qui me dérangeais … Par ce que tu es … mignon … Désolé j’aurais d’eu me taire …. C’était être enfermer … J’avais vraiment du mal avec sa … Désolé … »

Je rougissais comme pivoine, je soufflais un coup, je balbutiais tellement j’étais gêné. Je le regardais légèrement gêné. Je le suivis jusqu’à sa voiture, je restais silencieuse trop gêné. C’était dingue j’avais dit le fond de ma pensée, c’était sortis tous seul. Au pire il me trouverait bizarre de l’avoir sortis comme cela. Et puis tant pis. Arriver à la voiture j’attendais qu’il me dit de monté. Oui j’étais polie comme fille.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pourquoi ?! [Feat Stiles Stilinski]   Mer 11 Juin - 2:03


Pourquoi?
With Malia Tate

i un jour ils vendent des filtres pensées à paroles, je m’en achèterais directement une centaine. Mais qu’est-ce qui m’avait pris de dire ça ? Vas-y Stiles, elle va penser que tu es totalement étrange et que du coup, elle se trouve à côté d’un lunatique bipolaire. Certes, c’est la même chose. Même si en tant que coyote-garou je suppose que même si j’étais un fou détraqué, elle ne risquerait pas grand-chose. Ce qui n’empêche en rien que j’espérais, je crois vainement, qu’elle ne fasse pas trop attention aux battements de mon cœur. Il faut vraiment que j’aille suivre ce cursus dont j’ai lu quelques paragraphes l’autre jour. Une sorte de thérapie ou on apprendrait soi-disant à réguler soi-même ses battements de cœur. Après, entre des battements ou dix grandes bouchées d’air, je ne sais pas ce qui se remarque le plus.

« - Oui, c’est une bonne idée … Et puis ça serais plus sympa … Si tu as une idée de truc à faire … »

J’évite de justesse d’en faire toute une histoire. À croire qu’à force de trainer avec les autres êtres surnaturels qui me connaissaient déjà sans doute mieux que ce qu’ils ne le voudraient, je n’arrivais pas à croire que quelqu’un de ‘nouveau’ veut bien me donner une chance et trainer un peu avec moi. Hyperactif, j’ai l’habitude de chasser les autres loin de moi. Je suis incapable de rester tranquille alors doutez-vous bien que quelqu’un comme moi ressemble d’avantage à une puce électrique.
Mes pensées furent interrompues quand je passai du couloir au placard. Rassurant au passage Malia qu’elle n’avait pas besoin de s’excuser. J’entendis la voix d’un professeur qui semblait dès lors rester éternellement devant la porte de la minuscule pièce où nous nous trouvâmes. Je ne suis pas claustrophobe. Non. C’est juste que je n’aime plus particulièrement être enfermé ou me sentir emprisonné depuis que j’ai passé seize heures dans l’eau. Totalement logique d’ailleurs, c’est assez traumatisant comme expérience. Mais je ne suis pas le seul à gigoter et à ne pas être à l’aise. Ça doit être l’enfer pour Malia, elle qui n’a jamais eu l’habitude d’autre chose que de la liberté à l’état pur. Si tenir la main me semblait lui être très peu d’un soutien moral, je ne m’attendais pas non plus à ce qu’elle arrive à glisser et à tomber en avant. Par pur reflex, mon bras s’enroula autour de sa taille. Pas qu’elle aurait vraiment pu tomber par terre ou m’entrainer dans sa chute, car j’étais dos au mur. Je suis heureux qu’il n’y ait pas de lumière dans cette foutue pièce, sans quoi Malia m’aurait vu rougir sans raison apparente. Enfin, j’estime qu’elle n’y verrait aucune raison. Je crois que je devrais étudier la façon de penser de quelqu’un n’ayant pas vécu en société depuis si longtemps. Il devait surement déjà y avoir une biographie de quelqu’un chez que cela avait été le cas. Nous restions ainsi quelques longues minutes, tous deux pensant inconsciemment à la même chose ; mieux ne vaut pas bouger si le professeur a entendu le bruit de cette chute. Et quand ce dernier vient enfin fichre le camp et que nous sortions de ce maudit placard, je me fis la promesse de suivre ce cursus. Elle va finir par croire que j’ai un problème cardiaque.

« - Ce n’étais pas toi … Enfin … Je veux dire que ce n’est pas être contre toi qui me dérangeais … Par ce que tu es … mignon … Désolé j’aurais dû me taire …. C’était être enfermer … J’avais vraiment du mal avec sa … Désolé … »

Si ça n’avait été que des excuses, ça aurait sans doute été plus facile pour répondre directement à la suite de ses paroles. Malia semblait être honnête, le genre de fille qui vous dit ce qu’elle pense sans avoir peur de le dire d’ailleurs. Je suis du coup content que ce soit moi qui mène le pas et j’espère qu’elle ne me voit pas encore rougir, et que je suis heureux qu’il n’y ait personne dans les couloirs ! J’avais beau être d’un sarcasme incroyable, ou plutôt provoquant la plupart du temps, j’étais aussi doué avec les femmes que mon père avec son régime. J’étais nul. Absolument nul. Le fait que j’ai longtemps été amoureux de la même fille ne m’avait certainement pas aidé à être un tant soit peu plus entreprenant. Ou assertif. Ou sûr de moi. Ou confiant. Je vais m’arrêter là. Nous arrivâmes sur le parking et nous n’étions plus qu’à une dizaine de mètres de ma jeep quand je retrouvai enfin la parole. Et sincèrement, depuis quand suis-je, moi, Stiles Stilinski, à court de mots ? Donc forcément, je fais ce que je fais de mieux, j’évite le problème, ou dans ce cas le compliment que m’a fait perdre mes moyens.

« Tu ne dois pas t’excuser, je n’aime pas non plus être enfermé. Et je me doute bien que toi encore moins que moi. Surtout dans un placard de lycée, dieu seul sait le nombre de lycéens qui sont déjà passé là pour sécher une heure de cours avec leur.. » Et je me rends compte ce qu’aurait pensé un prof en nous trouvant dans le dit placard. Même si le moment aurait été épique, -après tout qui ne rêve pas d’être pris en flagrant délit, même si ce n’était pas le cas-, la discussion avec mon père l’aurait moins été. Je me tais donc abruptement et m’avance vers ma jeep en lâchant la main de Malia. Je ne me dirigeai pas vers la portière du conducteur, mais vers celle du passager, que je tins ouvert en invitant Malia à monter dans mon humble véhicule supermegaultracool car c’était la seule et unique jeep du lycée. Fier ? Non, juste un peu. Et puis il était rare de rencontrer quelqu’un qui ne me faisait pas directement remarquer que je roulais dans une ancienne voiture digne d’une boite à conserve. Ce n’est pas parce que le moteur lâche toutes les trois semaines que ma jeep ne peut pas être aimée. Une fois assis derrière le volant, je mis la clé dans le contacte et démarra le moteur. C’est tout en quittant le parking et prenant la route vers le centre–ville que je repris la parole.

« Tu as faim ? Sinon, je connais un petit snack en centre-ville. Tu ne sais pas vivre à Beacon Hills et ne pas y aller. D’ailleurs, quand tu vas connaître les autres tu iras bien plus souvent là-bas. Je suis sûr que Lydia te fera subir une séance shopping avec Allison. Scott travail à la clinique vétérinaire qui est un peu plus loin. Un loup-garou chez le véto, avoue que ce n’est pas très original. Même si le véto s’occupe aussi des autres créatures pas totalement humaines. » Je parle, encore. Je parle toujours beaucoup, mais je suis nerveux. Et être nerveux me fait parler encore plus que d’habitude. Je ne sais pas pourquoi je le suis, sans doute parce que Malia est à côté de moi et que je me retrouve soudainement plus très intéressé à devenir seulement ami avec elle. Ma mère disait toujours que parfois on rencontrait des gens qu’on aimait plus facilement d’autres. Ou avec qui le contacte passait mieux. Cependant, quelque chose d’autres attire mon attention. Sans plus attendre, je mets le chauffage et prend une nouvelle fois la main de Malia dans la mienne pour la déposer sur ce dernier. Il n’y avait qu’un petit peu d’air chaud mais j’espérais que ce soit suffisant, je n’avais pu m’empêcher de remarquer en lui prenant la main plutôt qu’elle avait la peau glacée. Je ne fis pas tout de suite le lien entre sa fourrure de coyote et son statut soudain d’humaine. Pour l’instant, mes pensées étaient surtout focalisées sur le fait qu’elle avait de fines mains délicates et que je crois bien ne plus vouloir lui lâcher la main de la journée. Mon manque de sommeil me rend étrangement plus attentif aux détails de mes actions.

« Tu ne dois pas te sentir mal si certaines filles sont jalouses. Ou si d’autres te regardent comme si tu es un monstre. » Je reprenais ses paroles et continua. « D’un, tu fais concurrence à la reine du lycée donc forcément étant la nouvelle arrivante, les étudiantes voient rouges. Deuxio, les autres, ce sont toutes les petites filles superstitieuses qui croient tous ce que leurs timbrés de parents leurs racontent. Certaines doivent certainement être persuadées que tu as voyagé dans un monde sur dimensionnel et en est revenu. Ça ne te dit pas de regarder Star Wars ? Je t’aide à t’apprendre quelques phrases dans une de leurs langues et quand elles te regardent de travers tu leurs sors ça, elles partiront en hurlant ce sera hilarant. »
Je suis le mec sympa, oui, mais les bonnes blagues je n’en rate pas une occasion. Et l’image de toutes ses idiotes partant en hurlant était actuellement très fun à imaginer.

© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pourquoi ?! [Feat Stiles Stilinski]   Dim 15 Juin - 4:57

Pourquoi ?!
« Feat Stiles Stilinski»

Je le suivais, j’avais jeté un froid ou du moins je lui avais coupé la parole. Je le suivais restant muette, le suivant sans savoir quoi dire, comment relancer une discussion, je n’étais pas douer pour cela. Arriver à sa Jeep, je regardais la voiture, comparer aux autres elle était plus vielle et bien différente. Mais je la trouvais jolie au moins un garçon qui ne faisais pas comme les autres. Je lui souris et montais dans la voiture. Je lui fis un compliment sur la voiture. Je l’aimais bien, lui et sa voiture. Il commençait à faire un peu froid. J’essayais de ne pas le laisser paraitre, mais des frissons me parcouraient. Je regardais de temps en temps Stiles. Je ne savais pas pourquoi mais je le regardais souvent, c’était plus fort que moi. Il allumait le chauffage. Il prit ma main et la mise sur la soufflerie. Je souris, je serrai doucement sa main. Je finis par me rapprocher un peu de lui. Avoir changé d’état m’avais légèrement déréglé si je puis dire. Ma chaleur corporel n’étais pas la même qu’avant. J’avais froid. Je me tenais à son bras. Je l’écoutais parler et riais. Il était tellement drôle je trouvais l’idée assez intéressante.  

« - Cela pourrais être drôle … Et si, même si je crois en avoir entendu parler mais c’est vague … Tu crois vraiment que je fais concurrence a la reine du lycée ? D’après ce que j’ai compris c’est une rousse, elle est très jolie, je ne pense pas être comme elle. Je suis trop … sauvage ? Enfin je ne sais pas. Je veux bien manger un morceau, je commence à avoir vraiment faim.»

Je regardais la route toujours coller à lui. Je disais ce que je pensais, j’étais franche. Je disais toujours ce que je pensais quand je me sentais bien avec lui, alors ça sortais comme cela. J’avais pris ces paroles comme un compliment. J’étais à présents face à la soufflerie et fermais brièvement les yeux savourant doucement l’air chaud qui soufflait sur mon visage. Un frisson me parcouru.  On arrivait au Snack. Je regardais le bâtiment avec de l’appréhension, j’avais peur de me ridiculiser. Mon ventre se mis à gargouiller. Je m’excusais. Je n’avais pas mangé depuis le matin et nous étions en fin d’après-midi, je commençais a vraiment avoir faim. Mais je ne connaissais rien à ce qui ce servais. Je regardais Stiles. Il sortit et m’ouvris la porte.  Je sortis à mon tours et repris sa main, je me collais presque a lui. Je le suivais à l’intérieur. Je regardais les gens autour de nous.  Je n’étais pas allaise. Stiles commandais et lui demandait de me prendre quelques choses de bon, je voulu payer mais il ne m’en laissa pas le temps. Une fois servis on allait s’installer dans un coin, j’avais l’impression d’être idiot. Je finis par le faire remarquer à Stiles, que je me trouvais idiote et surement gauche. Je le regardais manger avant d’entamer mon repas. C’était bon et ça faisait du bien de manger autre chose que les plats que mon père me faisait. Je n’avais plus envie de partir, et surtout pas de le quitter.

« - Stiles, je … Je voulais savoir si tu avais quelques chose de prévu ce soir … ?»

Je voulais, enfin j’espérais pouvoir la passer avec lui. Mais j’étais consciente que je n’étais surement pas à personne avec qui il voudrait la passer. Et je pensais qu’il aurait surement mieux à faire. Je regardais les gens autour. Un couple de jeunes gens s’embrassaient et se tenais la main. Un pincement au cœur, voilà ce que je ressentis. Je n’étais pas comme tout le monde, et je ne le serais jamais qui pourrais vouloir qu’on veuille d’une fille qui a passé 8 ans de sa vie dans la forêt et qui est aussi paumé qu’une gamine de 5 ans. Je baissais légèrement la tête après les avoir fixés pendant quelques secondes, presque une minute entière. Je laissais échapper un petit soupire. J’attendais la réponse de Stiles en mangeant mes frites. Je réfléchissais, mon père avait déjà commencé à me parler « des garçons » comme si je ne savais rien.  Je pensais juste que ce n’étais pas de m’arriver. Je passais doucement une main dans mes cheveux bruns au reflet blond. Je reportais enfin mon attention sur mon ami enfin je le considérais comme tel.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pourquoi ?! [Feat Stiles Stilinski]   Lun 16 Juin - 20:55


Pourquoi?
With Malia Tate

« - Cela pourrais être drôle … Et si, même si je crois en avoir entendu parler mais c’est vague … Tu crois vraiment que je fais concurrence a la reine du lycée ? D’après ce que j’ai compris c’est une rousse, elle est très jolie, je ne pense pas être comme elle. Je suis trop … sauvage ? Enfin je ne sais pas. Je veux bien manger un morceau, je commence à avoir vraiment faim. »

Il faut vraiment que j’organise une soirée Star Wars. Et toutes les autres séries aux monde que non seulement Malia a manqué mais aussi Scott car c’est un inculte de la télévision. Malia était effectivement frigorifié. Je n’y avais pas pensé plutôt mais c’était assez logique. Passer d’une fourrure à la simple peau humaine était quelque chose de drastiquement différent.

« Yup, Lydia Martin. Reine incontestée du lycée et de Beacon Hills depuis des années. Et banshee au passage. » Nul besoin de préciser qu’elle faisait partie de notre petit groupe de gens pas si normaux que ça. « C’est justement parce que tu es différente que je dis ça. Lydia se fait passer pour le cliché typique de la fille populaire. Tous les points en beauté mais zéro dans la cervelle. Tu es tout aussi belle et bien plus franche, honnête. »

Je me tais là, parce que je ne suis pas particulièrement doué avec la gente féminine et que je ne tiens pas à me ridiculiser.. Bon d’accord, j’ai un sens de la préservation de temps en temps, et oui ! On arrive enfin au snack et je vois qu’il n’y a pas trop de monde. Heureusement, à la fin des cours ce lieu devient une véritable file d’embouteillage. Quand je venais avec mon père nous passions rapidement devant (l’avantage de l’uniforme) et même si mon père ne voulait pas faire de l’abus de pouvoir, quand il s’agissait de manger ça ne le dérangeait plus. Bien sûr, nous ne venions pas souvent étant donné que voilà, le shérif est au régime. De force. Bref.
Malia se collait littéralement à moi. Il commençait à faire plus frais alors forcément, le fait qu’elle ait froid n’allait pas s’améliorer. Malia me laisse commander à sa place. Je pris donc un large menu, -et comme le disait la servante, comme d’habitude-. Deux Mitraillette hamburger, des frites en plus, deux chix fingers et deux cocas. Oui, mon père et moi mangions pour quatre. Moi car j’étais hyperactif, lui car il n’y avait pas souvent droit alors forcément. Pourtant, ces derniers temps je perdais plus de poids qu’autre chose. Alors même si j’étais presque sûr que je n’allais pas tout manger et que donc la servante me demanderait certainement si j’étais malade, je pris quand même. Payant le tout et prenant ensuite les plats, nous nous dirigeâmes vers une table dans un coin. Malia ne se sentait pas à l’aise et je pouvais bien le voir. Quand elle me dit qu’elle se trouvait idiote et surement gauche, je ne pu m’empêcher d’hausser les épaules.

« Tu sais, je me suis un jour cassé la figure en trébuchant sur mes propres pieds, alors t’inquiète, t’es sans doute dix fois mieux vu que moi. Surtout que la dernière fois j’ai failli me prendre la vitre dans la figure, c’était la faute de mon père, mais tu vois le topo’. »

Je crois aussi que la seule raison pour laquelle je rentre encore ici est à cause de mon père, vive son poste de shérif !

« - Stiles, je … Je voulais savoir si tu avais quelques chose de prévu ce soir … ?»

Je devrais remercier quelqu’un, Dieu peut-être, que je n’étais pas en train de m’étouffer. À la place de ça, je regarde Malia sans trop comprendre ce qu’elle veut dire. On passe déjà du temps ensemble, et puis ce soir son père voudrait certainement qu’elle rentre.. Non pas que j’ai mieux à faire. Mon père travail tard et mes amis ont d’autres occupations j’en suis certain. Cependant, j’avais espéré pouvoir récupérer quelques heures de sommeil. Mais entre dormir ou passer avec du temps avec la jeune fille, mon choix est vite fait. C’est ce que je m’apprête à lui dire quand je vois qu’elle semble se focaliser sur autre chose. Je peux voir du coin de l’œil sur quoi. Et là, je préfère me taire un court instant et la laisser, même si je n’apprécie pas trop ce que je crois être des pensées négatives. Ça me rend en colère de savoir que forcément, elle ne se sentira jamais totalement humaine. Si ce n’est que pour ses nombreuses années en tant que Coyote, alors pour toutes les choses qu’elle a raté durant son enfance, son début d’adolescence. Après, loin de là me venait l’idée de jouer cupidon. D’un, j’en serais incapable. Et de deux, je crois que je n’en ai vraiment pas envie. J’étais sérieux quand je disais qu’elle était plus belle que la reine du lycée. Même si Lydia resterait à jamais la perfection à mes yeux, on n’oublie pas du jour au lendemain autant d’années à en être amoureux, j’étais passé à autre chose. Mon amour pour la rousse avait toujours été plus de l’obsession qu’autre chose. Il n’y avait rien que je ne savais pas d’elle, hors, ça c’était flippant d’un côté. Je suis flippant que je le veux. Très peu rassurant d’un côté, mais je ne peux m’empêcher de m’en rendre compte avec le temps.

« Nope. Je n’ai rien à faire. Rien du tout. Niet. Zéro. Aucune occupation. »

Nous finissions nos plats et je partis les débarrasser. C’était peut-être le seul inconvénient, mais personne n’oserait jamais demander à la serveuse de le faire elle-même, ou dire que c’était son boulot. Elle ressemblait d’avantage à Hulk qu’à Alice au pays des merveilles. Personne ne lui disait jamais rien. Moi non plus, même si j’avais des amis qui pouvaient sans doute la vaincre au bras de fer. Rejoignant la table, je pris une nouvelle fois la main de Malia. Je ne lui dis pas où nous allions mais je crois qu’elle le comprit assez vite. J’espérais que ça lui ferais plaisir et non que ça l’offenserais. Car oui, je roulais en direction de la forêt. Je m’imaginais juste que ce serait peut-être plus apaisant pour elle d’être là, car je voyais bien qu’elle n’était pas à l’aise en publique. Je finis par me parquer près de la laurée de la forêt.

« Je.. Enfin, quand j’ai besoin de réfléchir, j’aime bien le calme. Et la forêt est calme.. Bien que je n’y vais plus vraiment trop étant donné que je sais ce qui peut y courir. Et que je m’attire les ennuis, enfin ça c’est une autre histoire. Mais c’est reposant et je crois que tu as peut-être une overdose d’humains qui t’entourent. D’accord ? Sinon on peut aller autre part, pas de problèmes. »

Je me pressais de sortir mes paroles pour être sûr qu’elle ne prenne pas mal le fait que je la ramène ici. Après tout, elle avait longtemps été un coyote donc je suppose que la liberté de ces lieux lui convenait mieux que les ruelles de la ville. Après, je pouvais me tromper.

© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pourquoi ?! [Feat Stiles Stilinski]   Mer 18 Juin - 23:45

Pourquoi ?!
« Feat Stiles Stilinski»

Je regardais le jeune homme qui parut choquer. Je me pinçais les lèvres. Je n’aurais pas dû lui demander c’était déplacer, j’avais encore du mal à savoir ce qui l’étais et ce qui ne l’était pas. Je laissais échapper un léger soupire et baissais la tête. Je pris mon coca et le bu longuement sans oser relever les yeux. Il finit par me répondre avec un long silence, j’avais envie de lui dire d’oublier ce que je venais de dire. Une foi qu’il fut vide je le posais doucement sur le plateau attendant que Stiles est finis. Je ris légèrement, il avait de la sauce sur le nez. Je pris une serviette et me penchais vers lui, je lui essuyais doucement le nez. Je trouvais ça mignon ca maladresse. Je le suivais quand il débarrassait et l’aidait, je ne comprenais pas trop pourquoi c’était à nous de le faire mais je le fis quand même. J’allais ensuite récupérer mon sac que j’avais laissé à la table. Stiles me rejoins et me pris à nouveau la main. J’étais toujours aussi gelé, j’essayais de ne pas le montré. J’avais encore du mal avec mon nouvel état et je n’arrivais pas à augmenter correctement ma température. Je me disais que ça finirais par venir seul. Je serrais doucement sa main restant assez éloigner de lui. J’avais eu l’impression que mon comportement avant l’avais déranger. Nous montâmes en voiture, je regardais de temps en temps Stiles puis la route, je n’avais aucune idée d’où on allait. J’essayais de me repérer mais c’était peine perdu. Je me contentais donc de regarder, il avait gardé ma main. Je me demandais ou est ce qu’il voulait m’emmener, cela me faisais assez plaisir. On finit par arriver en forêt. Mon visage s’illuminait d’un immense sourire. Je le regardais et lui sautais au cou en me faisant mal sur le levier de vitesse mais j’étais trop contente qu’il m’a ramené ici. Je lui répétais au moins 1à fois merci. Je sortis de la voiture en même temps que lui-même si j’étais excité, je fermais doucement la porte de la voiture. Je souris et allais vers lui le remerciant à nouveau. Je me sentais tellement bien. Je souris et lui pris la main. Je voulais lui montré un endroit que j’avais découvert.

« - Merci … encore. Tu ne peux pas savoir à quel point je me sens bien ici. J’ai plus l’impression d’être plus à ma place ici qu’au lycée. Je sais que ce n’est peut-être pas le cas, mais c’est mon élément. Je connais cette forêt par cœur. Dis tu me fais confiance ? Je … Je voudrais te montré un endroit que seul moi connais enfin je crois. C'est un coin tranquille où je reviens souvent depuis que j'ai changer ... »

Je serra doucement sa main et l’entrainais doucement dans les bois avec moi. Je le regardais et lui souris. On avançait doucement dans la forêt je ne voulais pas le perdre et puis je connaissais les lieux mais lui pas. Je ne voulais pas qu’il se blesse. Je nous fis avancer dans la forêt on finis par arriver dans une petite clairière, peu de gens connaissait son existence. J’adorais venir ici, j’y étais souvent d’ailleurs. Je pensais que c’était romantique ? Non en fait je ne savais pas, je voulais juste le trouver un endroit tranquille ou je me sentais bien, où j’étais moi-même et ou je pouvais me dévoilé un peu, je ne pouvais pas être moi-même au lycée. Je marchais à reculons. Je tenais ces deux mains je lui souris tendrement, je voulais me montré gentille avec lui c’était assez étrange pour moi. Je venais de l’emmener dans un des coins les plus secrets de ma vie. Je lui demandais de garder ce le secret. Je le lâchais doucement. Et reculais pour me mettre un peu plus au milieu. Je voulu m’allonger. Je me tournais pour être dos à lui à m’allonger par terre. Je levais mon pied mais des mâchoires d’acier ce refermèrent sur ma cheville. Je tombais en hurlant de douleur. Je tombais à genoux haletante. J’essayais de me libéré mais les lames étais enduite d'une substance qui me brûlais. Je lâchais rapidement et mis mes mains dans mes manches. Les larmes coulaient. La douleur était violente et me clouais au sol. Je gémis je n’arrivais pas à bouger.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pourquoi ?! [Feat Stiles Stilinski]   Jeu 19 Juin - 23:36


Pourquoi?
With Malia Tate

J’avais généralement des idées brillantes, même si je doutais souvent si elles l’étaient. Mais visiblement, j’avais fait le bon choix. Malia semblait plus qu’heureuse. J’avais eu raison, elle se sentait bien mieux ici qu’ailleurs. Ce qui était tout à fait normal. Elle était tellement contente qu’elle me saute au cou alors que nous nous trouvâmes encore dans ma jeep. Heureusement que je m’étais déjà parqué, sans quoi nous aurions finit notre courte balade encastré dans un arbre. Mon père aurait été très content. Elle me remercia une dizaine de fois et ce même lorsque nous nous éloignons de ma jeep. J’étais satisfait de mon idée, ces derniers temps je n’en avais plus de très bonnes mais je n’avais certainement pas perdu la main. Même si faire plaisir à quelqu’un n’est en soit pas un exploit. Bref. Elle me prit la main, nous étions horriblement tactiles depuis le début de notre conversation. Mais même si ça devrait paraître étrange, et je sais que je devrais normalement trouver cela bizarre, ça ne me dérangeait pas. Au contraire, je préférais lui tenir la main pour être sûr qu’elle est là. Sors de tes pensées Stiles, tu risques d’y rester trop longtemps.

« … mais c’est mon élément. Je connais cette forêt par cœur. Dis tu me fais confiance ? Je … Je voudrais te montré un endroit que seul moi connais enfin je crois. C'est un coin tranquille où je reviens souvent depuis que j'ai changé... »

J’étais tellement loin dans mes pensées que je ratai une partie de ce qu’elle me dit. Mais j’estimais que j’avais encore entendu le plus important, non ? Oui. Je lui souris et lui répondis que oui, je lui fais confiance. Et même ça n’est pas normal, on ne fait pas confiance aux gens qu’on vient de rencontrer. Tant pis pour le parcours normal des choses normales des gens normaux. Je pourrais la suivre les yeux fermés car j’en avais envie. Je me sentais étrangement bien avec elle, alors quitte à ne pas respecter la règle primordiale de ne pas suivre les étrangers, -je suis le fils d’un shérif et c’est la première chose que j’ai appris-, alors ainsi soit-il ! Je la suivais dans le plus grand des silences. Je n’avais pas peur de m’aventurer dans une forêt et de m’y perdre, mais j’avoue que ça fait depuis bien longtemps que je ne suis plus venu sans être en compagnie d’un loup-garou. Même si Malia était techniquement un coyote-garou et que donc, j’étais toujours en présence d’un être surnaturel. Nous arrivions dans une petite clairière magnifique. Je pouvais à sa simple vue comprendre pourquoi Malia aimait venir ici. Je la rassurai en lui disant que je ne le dirais à personne. Je pouvais déjà m’imaginer qu’au beau milieu de la nuit, la lune devait éclairer le faible courant d’eau qui passait au beau milieu de la dite clairière. Trop préoccupé à apprécier la beauté du lieu, je ne vis pas la piège qui se trouva au sol. Malia non plus. Je ne pourrais dire ce qui m’alerta en premier, le hurlement qui s’échappait de ses lèvres ou le bruit bien trop familier de ces mâchoires en acier. Quoiqu’il en soit, je ne perdis pas de temps. Quand Malia posa ses mains sur le piège, je me rendis compte que ce dernier était enduit d’aconit. Ce qui était pire, car ça signifiait que c’étaient des chasseurs qui l’avaient posé ici. Je paniquais pour pleins de choses. D’un, son hurlement pourrait déjà avoir prévenu les chasseurs que quelqu’un s’était fait avoir. Deux, l’aconit lui avait seulement brûlé les mains mais étaient sans nul doute rentré dans la plaie qu’avaient formés les dents d’acier. Trois, je sais comment désactiver le mécanisme quand le machin est ouvert, pas déjà refermé. Et quatre, voire Malia souffrir me brisait littéralement le cœur.

« Ne bouge pas. C’est de l’aconit et si tu bouges tu vas empirer la blessure, je vais te sortir de là. Fait moi confiance. »

Honnêtement mes paroles se voulaient rassurantes. Encore faut-il savoir qui j’essayais de convaincre le plus, Malia, ou moi. Cependant, je ne l’abandonnerais pas et ce même si je risque de me faire tuer par une bande de chasseurs. Je tentai d’abord de chipoter au mécanisme, espérant que ce dernier soit toujours d’une certaine utilité alors que le piège c’était refermé. Il fallait faire les choses autrement qu’avec Lydia, mais je compris vite que je n’en aurais pas le temps. Alors que j’essayais de rassurer Malia, j’entendis au loin des voix. Plusieurs voix, peut-être deux ou trois hommes. Quelques jurons m’échappent et je me rends compte que je n’ai plus le temps, tant pis. Je désactive le mécanisme qui tient la pression sur la mâchoire en acier, tout en disant à Malia qu’au compte de trois, elle doit retirer sa jambe. Je pose mes mains sur les dents en acier et quand je dis enfin le numéro trois, je tire de toute mes forces pour que ces dernières s’ouvrent. J’avais déjà une cicatrice à la main grâce à un pacte de sang qui ne s’est jamais produit, -merci Scott-, mais je n’y pensais pas trop quand je sentis les dents d’acier me rentrer dans les mains. Tant pis. Vraiment, tant pis. « C’est des chasseurs, accroche-toi. » Je la pris dans mes bras, passant un bras sous ses genoux pour la porter. Je ne me fis pas prier pour déguerpir de là. Je reprenais le chemin d’où nous étions venu, ou du moins je l’espérais. Courir dans une forêt en portant quelqu’un n’était pas facile, et ce même s’il faisait encore jour et que je voyais encore où je mettais les pieds. Je ne sais pas combien de temps il me fallut pour arriver à ma jeep, -et que mon sens de l’orientation s’était amélioré-, mais je sais que j’entendais toujours les voix des hommes nous pourchassant.

Je ne sais pas comment j’y étais arrivé, déposant Malia sur le banc du passager et me retrouver derrière le volant pour m’éloigner de là à toute allure, c’était un exploit. Je ne fis que répéter à Malia que tout irait bien, mensonge évident quand des coups de feu vinrent retentir. Oh, génial. Fantastique. Va expliquer à mon père pourquoi il y a des impacts de balles dans ma carrosserie, ainsi que du sang sur le volant et du côté passager. Il y avait cependant plus urgent mais pour ne pas risquer que les chasseurs prennent eux aussi leur voiture, je pris une petite route qui menait un peu nulle part. M’arrêtant à un tournant, je coupais le moteur me concentra dès lors sur Malia. Cherchant frénétiquement dans ma boite à gants une petite bouteille que m’avait un jour donnée Daeton. Je demandai à Malia de boire son contenu, que ça annulerait l’effet de l’aconit qui devait déjà se propager dans son sang. Sa blessure guérira d’elle-même grâce à son statut de coyote-garou. Je la pris cependant contre moi, la serrant dans mes bras en la rassurant une nouvelle fois, que tout irait bien. Maintenant je le pensais, car même si elle était blessée les chasseurs étaient loin et elle irait mieux d’ici la fin de la soirée. « Ça va aller. » Je pris une de ses mains dans la mienne et y déposa un baiser. « La douleur va passer, ça ne prend pas longtemps à guérir. »

© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pourquoi ?! [Feat Stiles Stilinski]   Sam 21 Juin - 1:57

Pourquoi ?!
« Feat Stiles Stilinski»

Des larmes tombèrent sur le sol. La douleur était bien plus violente que ce que je n’avais jamais ressentis de toute ma vie. Je gémissais malgré moi. J’étais courageuse, forte et je restais de marbre d’habitude mais là, je ne pouvais pas. Je finis par relever la tête et regarder Stiles d’un regard suppliant pour lui dire de m’aider. Je ne tiendrais pas, c’était comme un poison qui ce propageais dans mes veines.  J’essayais d’être rassurer. Je lui faisais confiance, je hochais la tête en guise de réponse. Je le regardais faire. J’entendis des pas et voulu l’avertir des chasseurs qui arrivais mais aucun son ne sortais de ma bouche, j’étais pétrifier par la peur ainsi que la douleur. Je le laissais faire et regarde Stiles poser ces mains sur les mâchoires qui me retienne prisonnière, j’aurais protesté. Il allait se blesser et je ne voulais pas. Mais je n’avais pas le choix le temps pressais.  J’attendis donc qu’il ouvre les dents du piège et retirais rapidement ma jambe avant de m’effondré à côté. J’étais incapable de me lever et de marcher. Stiles me pris dans les bras. Je m’accrochais à lui et posais ma tête dans son cou. Les larmes roulaient sur mes joues venant tachées son haut. Il me posait sur le siège j’essayais de ne pas mettre du sang partout. Mon sang était noir et je toussais. J’essayais de ne pas m’affolé mais ce n’étais pas simple. Je tenais ma jambe sur la main, essayant de contenir le sang. Ma respiration était saccadée. J’essayais désespérément d’étouffer les sanglots ainsi que mes tremblements de douleur. Stiles roulait, j’essayais d’être muette de ne pas lui montré ma peur et la douleur. Les coups de feu me firent sursauter. Je repensais à mon père qui avait voulu me tuer. Je secouais la tête essayant de resté impassible mais cela m’étais difficile. Stiles finis par s’arrêté, il cherchait quelques chose, je le regardais faire perdue. Il finit par me tendre une bouteille. Il me dit de la boire pour annulé le poison. Je hochais la tête, et bu la bouteille même si ce n’était pas particulièrement bon. Je toussais assez fortement. Mais je me sentais déjà moins mal. Je tremblais un peu, c’étais plus de la peur qu’autre chose. Je me calmais peu à peu. Stiles me pris contre lui. Je me laissais faire avec plaisir. Je posais ma tête contre son épaule. Je serrai sa main. Je respirais lentement. Je finis par relever doucement la tête et regarder mon sauveur. Oui, il m’avait sauvé.  

« - Stiles. Merci … J’espère que tes mains ne te font pas trop souffrir. Je te suis plus que reconnaissante de m’avoir sauvé. Je suis désolé, j’aurais d’eu faire attention. Tous est de ma faute… »

Je le regardais avant de baisser doucement la tête. Je finis par la relever et le regarder. Je voulais le remercier, enfin j’en avais aussi envie c’était assez dingue de ma part. Après tous j’étais sur ces genoux, coller à son torse et depuis le départ on se prenait la main sans ce lâcher. Je le regardais a nouveau plongeant mes yeux dans les siens. Je fis doucement tourner sa tête. Et m’approchais assez timidement. Je posais doucement mes lèvres sur les siennes. Je fermais les yeux espérant qu’il ne me repousse pas.  Je m’étais imaginer cette scène des centaines de fois mais j’avais été incapable de m’imaginer la douceur des lèvres, le contacte chaud, les frissons, les petits papillons dans le ventre. Je passais doucement ma main sur sa nuque, l’autre était toujours dans sa main. Je ne voulais pas bouger, je ne voulais pas qu’il me repousse même si j’aurais compris. Je m’attendais à sa réaction à ce qu’il me repousse. Je savourais le moment les yeux fermé.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pourquoi ?! [Feat Stiles Stilinski]   Sam 28 Juin - 0:03


Pourquoi?
With Malia Tate

Malia tremblait et je la serrais contre moi. Honnêtement, j’étais assez nul pour réconforter les gens. Je me rappelle avoir un jour dit à Lydia qu’elle était belle alors qu’elle pleurait. Alors imaginez bien que je ne me crois pas fort doué. Mais nous venions tous deux d’échapper à la mort, ou du moins elle. Je ne sais pas trop ce qu’on m’aurait fait étant donné que je suis humain. À moins qu’ils auraient d’abord tiré et puis posé les questions. L’adrénaline quittait peu à peu mon système et je ressentais mieux la douleur dans mes mains. J’avais l’impression d’avoir couru un marathon et comme ce n’était déjà pas mon truc d’habitude et que je ne dormais plus très bien ces derniers temps, j’avais l’impression de perdre toute mon énergie. Nous étions en sécurité maintenant et la jambe de Malia guérirait. Elle s’était arrêtée de trembler et se calmait un peu.

« - Stiles. Merci … J’espère que tes mains ne te font pas trop souffrir. Je te suis plus que reconnaissante de m’avoir sauvé. Je suis désolé, j’aurais dû faire attention. Tous est de ma faute… » Hein ? Quoi ? Je ne lui laissai pas le temps de continuer sur de telles pensées. « Non ! C’est moi qui t’ai emmené jusqu’à la forêt. Si je n’avais pas eu cette idée rien ne serait arrivé. Tu n’es en rien fautive ! »

Moi et mes idées stupides. Même si Malia avait semblé apprécier se trouver là, j’aurais dû y penser deux fois. Après tout, si la rumeur courrait en rond qu’il y avait un nouvel alpha, alors il était plus que logique que toute une bande de chasseurs finirait par venir ici. Après tout, un véritable alpha devait certainement être un prix à pendre au mur. Un silence s’installa une nouvelle fois. J’avais du mal à penser aux choses qui devraient normalement me préoccuper. Avais-je bien semé les chasseurs ? Ne devrais-je pas appeler de l’aide ? Scott ? Daeton ? Derek ? Non, non. Je ne pensais à rien de tout cela. Tout c’à quoi j’arrivais à penser était Malia. Blâmez mes hormones d’adolescent et l’attirance que j’ai pour elle ! Certes il faudrait bouger et partir d’ici. Mais je n’en avais aucune envie. J’employais mon manque d’énergie comme l’excuse idéale, parce qu’après tout, je n’avais fait plus amples connaissances avec elle que depuis quelques heures. Sauf que Malia semblait penser comme moi, ou pas vraiment. Nous nous regardâmes un court moment, nos pensées sans doute identiques bien que je préfère douter de moi et ne pas agir sur ses dernières. Cependant, Malia se rapproche timidement et je sais où ceci va nous mener, malgré tout, je suis quelque peu étonné quand elle pose ses lèvres sur les miennes. D’accord. Ce n’était pas exactement ce qui était censé se dérouler. Une partie de moi, la partie logique et réaliste, se rendait bien compte que ça ne devrait pas se passer. Je ne la connais pas si bien que ça, elle a vécu pendant huit ans en tant que coyote et on vient d’échapper à la mort.

Toutes des raisons logiques qui se bousculaient pour me faire comprendre que je devrais mieux ne pas prolonger ce contacte, lui faire comprendre que.. Nope. Niet. Mes pensées passèrent à l’oubliette et je blâmerais encore une fois mes hormones d’adolescent plus tard. À la place de la repousser, je me rendu vaguement compte que je faisais tout l’inverse. Je l’embrassais avec douceur, restant hésitant quand à toute cette situation. Intérieurement, c’était Bagdad. D’un côté je voulais rester sur le chemin de la logique, de l’autre la logique pouvait aller se faire voir. Et d’ailleurs, comme je prenais toujours des bonnes décisions, -ou pas-, j’abandonnai mes pensées. J’attirai encore un peu plus Malia vers moi, caressant sa hanche comme si elle était faite en porcelaine. C’est une mauvaise idée, une idée tellement stupide que même Scott me ferait une leçon de morale. Je reculais un petit peu, ne m’éloignant pourtant pas plus de quelques centimètres de son visage. Je ne sais pas ce que j’attendais, qu’elle me dise d’arrêter, qu’elle se rende compte de quelque chose qui ferait qu’elle retrouve la raison. Bien qu’en ce moment, ce soit moi qui devrait retrouver la raison. Je ne la regardai qu’un court instant, une fraction de secondes. Un fin sourire se peint sur mon visage parce que j’étais heureux, j’aimais être avec elle et je savais qu’elle était en sécurité. Alors je l’embrassai à nouveau, plus passionnément cette fois. Ma main caressais toujours sa hanche mais je voulais pouvoir la toucher, sentir la chaleur de sa peau. Alors je passai ma main sous son t-shirt, mordillant sa lèvre inférieure pour la taquiner. Ce n’est pas quelque chose que je regretterais d’avoir fait, ça non, mais je me poserais sérieusement des questions plus tard. En attendant, j’étais hypnotisé par Malia. La douceur de ses lèvres, son corps contre le mien et je ne pouvais penser qu’à elle. La seule chose qui ne m’échappa pas était qu’elle était blessée et que j’avais moi-même mal à cause des blessures à mes mains. C’est ce qui m’arrêta d’ailleurs, parce que je ne voulais pas lui faire du mal. Et je ne pus m’empêcher d’étouffer un rire.

« Quand je pense que je sermonne Scott de sortir avec une fille qu’il ne connait pas vraiment. »

Bon, d’accord, ce n’est pas la même chose. La dite fille est une chasseuse et donc un danger potentiel. Mais alors ma logique dérive totalement, car Malia étant une créature surnaturelle, elle aussi est dangereuse. Et on ne sort pas ensemble, enfin, on s’est embrassé mais.. Parfois c’est vraiment embêtant de ne pas savoir réfléchir tranquillement sans penser à dix choses à la fois. Et pour alléger l’atmosphère, -ou parce que je ne sais pas rester sérieux bien longtemps allez savoir-, je continue à parler.

« Ne remercie pas tout le monde comme ça. » lui dis-je un grand sourire aux lèvres. Faut dire que ce serait drôle, même si je sais qu’elle ne m’avait pas embrassé seulement pour me remercier. Enfin j’espère. Oui ? Non ?  Je continuai nerveusement. « Si tu veux, on peut se voir plus souvent. Tu sais, sortir ensemble.. Non, enfin oui, je veux dire faire des trucs ensemble et comme ça je sais t’aider à t’intégrer dans le monde des humains. Je ne veux pas que tu redeviennes à jamais un coyote. Enfin, je veux dire que tu dois donner une chance aux habitants de la ville et faire des amis et tout. » J’étais totalement en train de lui raconter n’importe quoi comme le gars maladroit que je suis, filtre pensées à paroles encore une fois cassé. « Uhm.. Oui.. Tu veux que je te ramène chez toi ? »


© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pourquoi ?! [Feat Stiles Stilinski]   Sam 19 Juil - 2:39

Pourquoi ?!
« Feat Stiles Stilinski»

Mes yeux étaient clos, nos lèvres coller. Je ne comprenais toujours pas pourquoi je l’avais embrassé, mais j’étais heureuse qu’il ne me repousse pas. Cette sensation étais nouvelle pour moi, mais je l’aimais cette drôle de sensation. Je ne voulais plus bouger, j’aurais espéré que le temps s’arrête. Je ne m’étais pas sentie aussi bien depuis des années. La vie de coyote ne laissais pas beaucoup de bonheur, ni de place à l’amour enfin je crois que c’est ça. C’est alors que Stiles s’écartais, j’ouvris les yeux pensant lire dans son regard de l’étonnement ou du dégout. Mais aux lieux de cela je découvris un sourire fin sur ces lèvres, je comprends alors que lui aussi en avait envie ce qui me fis sourire à mon tous, ne m’attendant a rien de plus que ce petit baiser que je venais de lui voler. Mais le jeune homme m’embrassais à nouveau avec plus de passion, je répondais au baiser de la même manière. Je sens sa mains sur ma hanche, je venais juste de m’en rendre compte pourtant elle était là depuis quelques temps déjà. Il la fait glisser sur mon jeans. Je laisse échapper un soupire malgré moi. Lorsque sa peau vint toucher la mienne, elle déhancha un frisson qui me parcouru tout en entière et une chaleur douce mais puissante. Le frisson lui n’avais rien de dérangeant au contraire c’était un frisson de plaisir. Je m’autorisais enfin à le toucher, avec une douceur qui m’étonnais moi-même je lui effleurais la joue et la fis glisser jusque dans son cou. Mes pensée ne répondais plus, seul son contacte me frappais rien d’autre, je ne pensais qu’a lui. C’était comme si mon cerveau avait été déconnecté. Plus rien ne répondais. Lorsqu’il rompit le baiser, je le regardais les yeux pétillant de joie, de plaisir et d’envie. Ce n’est qu’alors que je me souvins de la situation dans laquelle nous étions. J’étais blessé lui aussi, des chasseurs avait voulu nous tuer, nous étions au milieu de la forêt dans sa Jeep et j’étais assise sur ces genoux, frigorifier. Ces paroles me tirais de mes pensées qui commencer de nouveau à me faire peur. Je ris légèrement lorsqu’il me dit de ne pas remercier tout le monde comme cela, je le laissais finir avant de vouloir répondre. Je le regardais dans les yeux.  

« - Promis. Je veux bien … Je ne peux rien te promettre quant au faite de resté humaine ou non … Mais j’ai envie de passer du temps avec toi … Alors oui je veux bien que tu me face découvrir ou plutôt redécouvrir ce qu’est être humaine … »

Je lui répondrais d’un ton calme et poser en le regardant dans les yeux. Pour toute réponse à la question qui venait après pour me ramener chez moi, je hochais simplement la tête à contre cœur. J’aurais mille fois préféré resté avec lui et cela ce voyais sur mon visage. Je me souvins de ces mains et baissais les yeux pour les regarder. Je me penchais et attrapais mon sac, je sortis un paquet de mouchoirs. J’en pris doucement un et pris un de ces mains tel une chose fragile qu’on a peur de casser. J’effleurais doucement ces plaies pour enlever le sang. J’étais concentré pour ne pas lui faire mal, la tête légèrement penché sur le côté, toujours assise en travers de ces jambes. Je pris ensuite son autre main et refis la même chose. Je relevais la tête vers lui et souris. J’effleurais doucement ces lèvres avec les miennes avant de me remettre difficilement sur le siège passager. Ma jambe cicatrisait lentement, bien plus lentement que d’habitude et me faisais toujours mal.

« - Je ne t’ai pas fait mal ? Je … m’en voudrais de te faire encore plus mal … »

Je le regardais essayant de ne pas trembler à cause du froid. Je me mis doucement en boule sur le siège toujours tourné vers lui, je faisais attention à ne pas mettre du sang sur le siège. Je savais que les taches de sang étaient une horreur à enlever. Je me serais me faisant plus petite pour me tenir chaud.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Pourquoi ?! [Feat Stiles Stilinski]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pourquoi ?! [Feat Stiles Stilinski]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les amis sont comme des diamants. Précieux et rares. | Feat Stiles Stilinski
» Stiles Stilinski - I'm no Hero
» Stiles Stilinski- I'am a only human
» Un Stiles hyperactif se doit d'avoir une vie bien remplie!
» Humans (3/4 libres)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf :: Rp's en vrac-
Sauter vers: