AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La fin de la solitude Feat Tara & Léo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: La fin de la solitude Feat Tara & Léo   Mar 23 Fév - 12:10

Premier match dans aux Etats-Unis, pays même du basket-ball. Aaron avait intégré l'université de Beacon Hills et s'était retrouvé dans l'équipe de basket-ball après avoir fait ses preuves à l'entraînement. Il semblait avoir convaincu le coach de ses talents, mais voilà cela faisait déjà plus de vingt minutes que le blondinet se trouvait sur le banc de touche à observer ses confrères jouer le match qu'il mourrait d'envie de faire. Le coach avait son petit bilan sur la première partie de match à la mi-temps, l'équipe s'était bien débrouillée et avait réussi à prendre l'avantage au début et à garder une avance convenable : 46 à 40 pour Beacon Hills. Après un petit discours d'encouragement pour l'équipe, le coach ne manqua pas de préciser que le match était loin d'être terminé et que leur adversaire avait la réputation d'être particulièrement doué en seconde partie de match. Les contre-attaques allaient être fulgurantes s'ils les laissaient faire. Le plus difficile restait donc à faire.
Alors que les joueurs commençaient à retourner sur le terrain pour le 3ème quart-temps, le jeune Monroe se leva du banc afin de se proposer pour jouer, mais le coach ne semblait pas prêt à le laisser faire. D'un geste de la main, il renvoya Aaron sur le banc de touche en lui expliquant qu'il aurait peut-être besoin de lui dans le dernier quart-temps en fonction du déroulement du match. Lâchant un profond soupire en se laissant tomber sur le banc, le coyote souhaita pendant une seconde que le match ne tourne pas en la faveur de son équipe histoire d'être certain d'entrer sur le terrain. Son envie de jouer était telle qu'il ne pouvait s'empêcher bouger les jambes, l'adrénaline commençait déjà à parcourir le système sanguin de l'alpha.

Un peu plus de la moitié du quart-temps était passé, comme le coach l'avait prédit et comme Aaron l'avait souhaité pendant un court laps de temps, l'équipe de Beacon Hills s'était fait devancé par l'équipe adverse. Un jeu cruellement rapide et coopératif était venu à bout de la défense de l'équipe à domicile. Le score était maintenant de 50 à 58. Aaron avait pris les devants et avait commencé à s'échauffer lorsqu'il avait vu le match changer de tendance. Finalement, le coach demanda un temps mort et fit sortir deux joueurs exténués du terrain pour faire rentrer Aaron ainsi qu'un défenseur frôlant de très près les deux mètres de haut. Il restait tout juste deux minutes avant la fin du troisième quart-temps, il était donc nécessaire que les deux nouveaux joueurs entrant viennent frapper le moral de leurs adversaires et remotiver les troupes.

Une fois sur le terrain les choses se passèrent très vite. Le ballon revint à l'équipe adverse qui se relança immédiatement dans une contre-offensive, Aaron se fixa sur le joueur possédant le ballon, lui stoppant la route de ce dernier juste avant la raquette. Le but de la manœuvre était de le bloquer pendant plus de huit secondes pour que la faute ait lieu ou alors il fallait le forcer à faire une passe, ce fût d'ailleurs le dernier scénario qui se passa. Le ballon échappa au jeune Monroe qui l'effleura à peine, cependant ses coéquipiers semblaient avoir encore un peu de ressources et avaient réussi à intercepter le ballon. C'était le moment de zapper le moral de l'équipe adverse, il ne restait plus que quelques secondes avant la fin du quart-temps, il était donc obligatoire pour Beacon Hills de réussir leur contre-offensive. Après un échange de passes, le ballon arriva dans les mains d'Aaron. Sans se déconcentrer, il observa les environs et s'avança vers le panier adverse en sprint, dépassant la ligne médiane pour finalement faire face à un mur, un joueur bloquait le passage. Un sourire s'afficha alors sur le visage de l'alpha, non intimidé par la situation, il stoppa sa course brutalement et pris appuie pour sauter en arrière, visualisant la trajectoire de son lancé avec d'effectuer son tir.

Le coup sifflet retentit pour annoncer la fin du troisième quart-temps, le score était maintenant de 53 à 58. Il ne restait plus que dix minutes de match sans compter les deux minutes de pauses entre les deux quarts-temps. La tension était donc à son comble, Beacon Hills avait reprit espoir et voulait absolument gagner ce premier match de la saison, mais l'équipe adverse ne semblait pas vouloir en démordre. Leurs regards noirs étaient d'ailleurs tous focalisés sur le blondinet après son action, il était probablement devenu le joueur menaçant qu'il fallait absolument éliminer. Lorsque le match reprit, les deux équipes furent aux coudes à coudes quasiment tout le long du quart-temps. À un tel point que la tension fût à son apogée lors des trois dernières minutes, le score était serré 63 à 64. Les choses s'envenimèrent encore un peu plus lors d'un sprint impressionnant d'Aaron qui longea l'extrémité du terrain pour remonter vers le panier adverse, sautant plus de quatre mètres avant le panier pour accompagner le ballon jusqu'à l'arceau dans un magnifique dunk. Mais soudainement, Aaron fût bousculer par un défenseur retombant violemment sur son genou gauche qui laissa échapper un craquement brutale lors de l'impact. L'alpha serra les dents à cause de la douleur et posa ses deux mains sur son genou afin de le cacher à autrui. Il ferma les yeux l'espace d'une seconde et se concentra sur sa blessure, activant la guérison in-extremis avant l'arrivée du médecin.


-" C'est bon, je n'ai rien. Plus de peur que de mal. J'ai juste été un peu surpris de l'impact, j'aurai juste un petit hématome." s'exprima le basketteur avant de se relever et de retourner sur le terrain en trottinant, fusillant au passage du regard le joueur adverse l'ayant bousculé.

La faute ayant été sifflé deux coup francs furent accordé à Aaron, deux tirs rapportant chacun un point. Juste ce qu'il fallait pour que l'équipe repasse devant au score, mais le jeune adulte avait une autre idée en tête, une petite vengeance à effectuer sur celui qui était devenu son nemesis durant ce match. Une impulsion plus tard, le ballon s'était envolé dans une trajectoire en cloche des plus parfaites pour passer l'arceau effleurant à peine le filet. 64 à 64. Le score était suffisant aux yeux d'Aaron et il désirait se retrouver dans un tête à tête avec son agresseur durant les deux minutes restantes, mais par-dessus tout il désirait écraser son nouvel adversaire sans aucune violence, juste au basket et à la maîtrise de ce sport.
L'adrénaline était montée, les pupilles presque totalement dilatées. Aaron avait atteint un niveau de concentration extrême, comme cela arrivait dans quelques cas rares. Deux minutes à jouer, c'était tout ce qu'il restait à faire. Deux minutes de show qu'Aaron allait diriger pour l'équipe. Le jeune basketteur inspira un grand coup, relâchant l'air chaud dans un léger grognement. Il remonta lentement la tête, ses pupilles d'alpha apparurent l'espace d'un instant marquant sa détermination, le regard braqué sur le panier.

Prêt au départ, l'homme regarda une dernière fois l'arceau avant de lancer le ballon contre ce dernier profitant de l'occasion pour s'extirper en vitesse sur la droite, derrière les autres joueurs lancés dans la mêlée afin de récupérer le ballon en chute libre dans la raquette. Le ballon fut récupéré par le capitaine de l'équipe de Beacon Hills grâce à un superbe saut, d'un rapide coup d’œil il avait remarqué le dégagement d'Aaron à qu'il fit une passe avant même de retoucher le sol. Le ballon récupéré, le jeune alpha s'élança directement sur le panier accompagnant le ballon jusqu'à son objectif. De retour en défense, Aaron ne quitta guère son némesis du regard et se lança sur lui à la première occasion pour bloquer son avancée. Face à face avec ce dernier, il ne lui laissa aucun répit, bloquant toute possibilité d'action, jouant avec ses nerfs afin de le pousser à faire une erreur. D'un mouvement rapide et précis, le coyote intercepta le ballon entre deux rebonds, se lançant dans un sprint impressionnant vers le panier. Résultat : un nouveau dunk à deux points pour Beacon Hills.

Les faces à faces s'enchaînèrent entre eux Aaron et sa proie, ridiculisant à chaque fois son adversaire qui semblait démuni de solution pour arrêter le blondinet. Les dix dernières secondes du match débouchèrent aussi sur un face à face entre les deux hommes, Aaron avait débuté son offensive vers le panier adverse. La rage au ventre son nemesis s'interposa devant lui dans l'espoir de le bloquer et d'intercepter le ballon, mais dans un geste d'une fluidité absolue l'alpha stoppa ses dribbles pour passer sa main directrice derrière son dos laissant filer la balle dans une trajectoire parfaitement rectiligne jusqu'à l'un de ses coéquipiers. Un coéquipier plutôt doué, car il ne manqua guère d'offrir deux points supplémentaires pour Beacon Hills juste avant le coup de sifflet signifiant la fin du match suivi d'un tonnerre d'applaudissement. Le score final était de 74 à 64 pour l'équipe à domicile.
Les joueurs de Beacon Hills se rejoignirent au centre du terrain pour un cri de victoire ainsi que plusieurs félicitations de l'équipe destinées au nouveau joueur Aaron, qui avait su relancé la motivation de l'équipe entière à un moment décisif. Une poignée de main symbolique fût effectuée entre le capitaine de l'équipe et le blondinet, signe de l'acceptation en tant que joueur à part entière de l'équipe. Les joueurs de Beacon Hills s'alignèrent et saluèrent leurs adversaires avant de faire de même pour les spectateurs encore en ébullition suite à ce match. Le regard d'Aaron se balada parmi la foule, comme s'il cherchait  une personne qu'il aurait pu connaître et qui serait venu l'observer pratiquer sa passion, la seule chose pour laquelle il était réellement doué. L'espace d'un instant il avait cru apercevoir Faith cachée quelque part dans les gradins. Il l'avait regardé intensément pendant quelques secondes avant que cette hallucination ne lui rappelle tous les événements de l'année passée. La mort de Rick, la disparition de la meute, le visage de ce chasseur, la colère voire la haine de Faith vis-à-vis du blondinet.
Prenant une grande inspiration, le jeune alpha secoua la tête afin de revenir à lui. Faith avait disparu, deux jolies jeunes femmes se trouvaient à sa place. Aaron laissa échapper l'un de ses plus beaux sourires, essayant de masquer sa gêne de les avoir regardés avec tant d'insistance, d'émotions  et de sentiments. S'inclinant légèrement comme pour tirer sa révérence auprès de ses charmantes demoiselles, le basketteur se retira du terrain : Direction les vestiaires.

Comme une vieille habitude qu'il ne pouvait perdre, le jeune Monroe était une fois de plus le dernier à sortir des vestiaires. Ayant perdu son temps sous la douche, à profiter de ce court moment de détente après avoir été si exigeants avec chaque muscles de son corps. Sentir l'eau chaude, presque bouillante, ruisseler le long de son corps tout en relâchant la tension. C'était un moment que le jeune homme chérissait tout autant que le fait de disputer un match.
Sortant de la douche, Aaron prit soin d'attraper sa serviette et de l'enrouler autour de sa taille, arpentant les vestiaires jusqu'à son casier afin de pouvoir se changer. Pas pressé, il prit quand même moins de cinq minutes à se revêtir, s'assurant que son Jean était bien propre, que sa ceinture était bien serrée, que le dernier bouton de sa chemise n'était guère fermé, que sa chaîne et son pendentif étaient correctement installés et que ses chaussures aussi propre que brillante étaient correctement lacés.
S'assurant de rien oublier, le basketteur ferma son sac et le plaça sur son épaule avant de sortir du vestiaire, prenant soin de fermer la porte et s'avança silencieusement dans les couloirs en direction de la sortie. Il sortit alors son téléphone de sa poche, sans faire attention aux alentours. Aucun message. Rien. Il avait encore eu cette drôle et désagréable sensation de vibration inexistante. La solitude commençait à le peser plus qu'il ne le pensait...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Druwide
Localisation : New York City
MessageSujet: Re: La fin de la solitude Feat Tara & Léo   Sam 27 Fév - 18:57



   
   Tara & Aaron & Léonie
   La fin de la solitude

T
ara, Tara, quand m’écouteras-tu Tara ?

Cette voix ne pouvait pas se la fermer plus de deux minutes ? La brune fit le geste de chasser une mouche avant de se reconcentrer sur le match, ses coudes appuyés sur ses genoux pour que ses paumes puissent servir de support pour sa tête trop lourde. C’était bien la première fois de sa vie qu’elle assistait à un match de basketball, le sport n’avait jamais réussi à la charmer. Et pourtant, elle était bien présente dans les gradins, un peu ennuyée, mais là tout de même. Son regard émeraude suivait paresseusement les actions de quelques joueurs, mais il fallait avouer, que son attention était particulièrement attirée par un beau blond. Vu son maillot, il faisait partie de l’équipe de la ville, tant mieux, elle avait donc des raisons de l’encourager.

Se redressant pour étirer son dos plus que douloureux, elle glissa un coup d’œil à sa voisine. Léonie semblait aussi intéressée qu’elle, essayait-elle de rattraper sa nuit ou était-elle hypnotisée par les corps suants des joueurs ? En tout cas, elle ne criait pas et ne se bougeait pas dans tous les sens comme les grands malades qui se trouvaient derrière elles. Les deux jeunes femmes avaient voulu faire quelque chose ensemble, mais n’avait rien trouvé de mieux qu’une rencontre sportive, ne voulant pas mourir dans le léger froid du mois de printemps, ne voulant pas rester debout à devoir marcher. De plus, Tara ne se sentait pas d’attaque pour une virée dans un bar ou une discussion avec une dizaine de personnes ; elle était fatiguée, agacée et extrêmement irritable, elle se demandait comment faisait Léonie pour la supporter depuis le début de la journée.

Taraaaaaaa


Bordel. Elle allait devenir folle si ça continuait comme ça. Où était le bouton off à la fin ? « Léonie, t’endors pas ! » Son attention se reporta sur le terrain alors que le joli blondinet s’effondrait au sol, son genou partant dans un drôle de sens. Tara fronça les sourcils avant de se pencher en avant, observant avec détails ce qu’il se déroulait. Et quelle fut sa surprise quand il se releva l’air de rien, elle n’avait pas rêvé ! Son genou était parti dans un sens complètement anormal ! « Léonie ! Tu as vu la même chose que moi ? Son genou est bien parti en live ? » Autant ne pas demander la confirmation de sa fausse jumelle vu à quel point elle semblait passionnée par ce qu’il se passait sur le terrain.

La fin du match arriva tout de même rapidement, Tara fila hors des gradins, Léonie sur ses talons. Elles papotèrent joyeusement, mais la plus grande demanda à s’arrêter devant les vestiaires. Elle avait très envie de poser quelques questions au joueur blond incassable. Mais les minutes passèrent et aucune trace du bel apollon. « Il s’est évanoui sous la douche ou quoi ? »


WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La fin de la solitude Feat Tara & Léo   Ven 4 Mar - 21:15

La fin de la solitude

Aaron, Léonie & Tara


« It’s given me an excuse to like, binge-watch three weeks of amazing television. »
Ma tête était lourde, genre super lourde, aussi lourde que mes paupières. Le sommeil me guettait malgré le brouhaha ambiant de la salle. C'était bien la première fois que j'étais aussi léthargique devant un match de Basketball, du foot ça aurait été compréhensible, mais regarder les garçons développer leur musculature sur le terrain, se passant le ballon orange pour être le premier à shooter avait toujours été plus intéressant à mes yeux. Mais pas cette fois, pas aujourd'hui. Le match était inintéressant et, cerise sur le gâteau, notre équipe était en train de perdre, se faire laminer pour être exact. Bravo Léo ! Pour une fois que t'arrives à convaincre Tara d'assister à une entrevue sportive, voilà que l'entrevue en question est d'un ennui à mourir. Mes paupières se fermèrent lentement mais Tara m'arracha à ma somnolence, un peu trop violemment à mon goût, vous savez ce moment crucial qui vous faisait passé du simple statut de somnolent à celui de pleinement endormi ? C'était un peu comme si on vous attrapais par les chevilles et qu'on vous tirait loin de votre matelas douillet, votre oreiller adoré ou encore de votre couette incroyablement chaude et protectrice. Elle m'accusait de m'endormir et je me retins de répondre avec sarcasme, d'une parce que c'était mon idée de venir ici, et de deux, mon sursaut lui avait donné entièrement raison, presque autant que ma voix endormie. Pourquoi se donner encore la peine de répliquer ? Je me contenterais d'attendre qu'elle détourne son regard accusateur pour me rendormir, en attendant je me devais d'user de mes talents de comédienne. « Mmh ? Quoi ? C'est fini ? » Pour l'oscar de la meilleure actrice on repassera. Je posais mon regard sur le terrain pour trouver la réponse à ma question par moi même. L'équipe que j'étais censée encourager semblait avoir repris du poil de la bête sans mauvais jeu de mot me poussant à accorder un coup d'oeil au score. 63 à 64. Je fronçais des sourcils en dirigeant mon regard, plus concerné cette fois, de nouveau sur notre équipe. Lequel de nos joueurs était responsable d'une telle prouesse ?

La réponse me vint, là encore rapidement et d'un simple regard. Un beau blond -qui avait dû rester un moment sur le banc pour que je ne le remarque que maintenant- remontait le terrain avec facilité et à une vitesse déconcertante. pour clôturer ensuite sa course dans un dunk. Le joueur avait à présent tout mon attention et, j'en étais certaine, celle de Tara. Le blond s'était écroulé au sol atterrissant  méchamment sur son genou, poussé par un défenseur de l'équipe adverse. « Aouch. » Grimaçais je en fixant le genou du malheureux. Dans un même mouvement je me penchais sur mon siège même si je savais pertinemment que ça ne m'aiderait pas à mieux voir. Le joueur se releva avant même que le médecin n'arrive jusqu'à lui. Tara semblait aussi déroutée que moi sur ce qui venait de se passer sous nos yeux puisqu'elle me demanda confirmation. J'hochais de la tête pour exprimer mon accord avec elle. « Il devrait même pas tenir debout. » Marmonnais je en fronçant les sourcils dans un signe d'incompréhension. Je me concentrais sur la suite des événements du match, mon envie de dormir ayant subitement disparue. Le blond partait sans cesse à l'encontre de son tortionnaire sans pour autant oublier la victoire approchante de son équipe. La fin fût annoncée d'un coup de sifflet et la victoire de notre équipe dans le même temps. « Pfiou. J'aurais jamais cru qu'on gagnerais. » Lâchais je en me relaissant tomber contre le dossier de ma chaise, laissant les autres acclamer l'équipe pour moi. Je croisais le temps d'un instant le regard du blond qui s'était attardé sur nous, je vis ses lèvres s'étendre dans un sourire que je lui rendis dans un réflexe. « Tara, je crois bien que t'as une touche. » Ricanais je alors qu'il tirait une mini-révérence dans notre direction.

On quitta les gradins sur le ton de la chamaillerie, la bonne humeur ambiante me contaminant, je me pris même le temps de mouver un peu sur la musique qui passait dans la salle. Je me laissais convaincre -ce qui, en soi, ne fut pas franchement difficile- par Tara de guetter la sortie du grand favori de ce match. Seulement nous vîmes toutes l'équipe défiler sous nos yeux, sortant par binôme, parfois seul, au compte goutte, nous jetant parfois des regards curieux, mais pas une trace du grand blond. La patience n'étant pas mon fort je commençais déjà à gigoter, chantonner les chansons qui passaient encore dans les hauts parleurs du couloir pour passer le temps. Soupir. Tara fait une remarque. Il semblerait que mon impatience soit contagieuse. « On devrait l'attendre dehors. Faut que je prenne l'air. Je vais imploser à force de l'attendre. » Bougonnais je en essayant de tirer ma jumelle par la main. Mais alors que je me retournais pour voir si elle me suivait, môsieur J'aimemefaireattendre apparu, refermant la porte des vestiaires consciencieusement, les yeux rivés sur l'écran de son téléphone, il n'avait même pas remarqué notre présence. « C'est qu'il sait se faire attendre. Et après on dit que c'est les filles qui squatte la salle de bain pendant des heures. » Lâchais je simplement pour faire remarquer notre présence. Mes bras croisés contre ma poitrine, mon énervement créé par l'attente m'avait fait oublier que ma victime n'était aucunement au courant d'être attendue et qu'il n'y avait donc pas de raison de lui faire payer le fait que j'ai dût attendre le mec le plus lent pour prendre sa douche. « Pas trop douloureux le genou ? On a vu ta chute. J'aurais parié pour une double fracture du tibia... Mais j'ai du me tromper vu le spectacle que tu nous a offert ensuite... » Commençais je, entrant dans le vif du sujet, pas envie de passer par quatre chemins ou tourner autour du pot, mon débit était rapide et j'en oubliais les bonnes moeurs. J'avais l'impression d'avoir complètement agressé ce type qui n'était peut être qu'un mec hypra chanceux sur lequel on se faisait des idées. Je jetais un regard suppliant à Tara réclamant du soutien, espérant qu'elle soit capable de faire plus dans la dentelle que moi, je n'avais jamais été réputée pour faire du politiquement correct. « Moi c'est Léonie, et voici Tara. » Nous présentais je, mes joues rosissant face à tant d'impolitesse.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La fin de la solitude Feat Tara & Léo   

Revenir en haut Aller en bas
 
La fin de la solitude Feat Tara & Léo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les soucis de la vie quotidienne [Feat Tara]
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» Éternelle solitude | Lumi |
» Dans la solitude du desert.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf :: Rp's en vrac-
Sauter vers: