AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il n'y a qu'une façon d'apprendre : c'est par l'action [RP Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Il n'y a qu'une façon d'apprendre : c'est par l'action [RP Libre]   Mar 6 Oct - 7:27


Derek Hale - RP Libre❧ Il n'y a qu'une façon d'apprendre : c'est par l'action.
Ma journée de boulot, ou plutôt devrais je dire ma nuit, venait de se terminer. Rien de bien excitant. Quelques abrutis bourrés à mettre sans avoir le droit de leur offrir un coup de pied bien placé. Qu'est ce que cela pouvait être frustrant. Pour une fois je n'avais pas croisé de têtes connues. Hormis celle de ma douce, pour mon plus grand plaisir. D'ailleurs je me devais de l'attendre, ayant fait voiture commune. Comme si elle ne pouvait pas rentrer à pied. Bon vu que je ne voulais pas dormir dans la baignoire, je lui avais promis. J'enfilais mon blouson en cuir, et sortit dans le froid de Beacon Hills. Enfin ce que je pouvais en ressentir. Autrement dit rien. Cela ne m'empêchait pas de faire joujou avec la buée que je recrachais à chaque respiration. Je sortis mon téléphone histoire de vérifier l'heure. Six heures du matin. Je n'avais qu'une envie c'était de me coucher dans les bras de Kaya et de dormir toute la journée, même si je savais que cela n'arriverait pas. Je glissais mes mains dans les poches de mon jean, tapant du bout du pied sur les premiers cailloux que je croisais sur ma route. Je refaisais le plan du quartier dans ma tête, histoire de trouver un banc pas trop loin pour l'attendre, même si j'en avais horreur. Ben oui soit on est impatient, soit on ne l'est pas. J'envoyais un message à Kaya, lui indiquant de me retrouver à l'intersection des deux rues principales sur le banc le plus caché. Sans oublier de lui préciser toutes les éventualités que pouvait nous proposer ce divin bout de bois. Je souriais naïvement à l'idée de sa réaction et m'installait sur le banc, étendant mes bras sur le bord. Il n'y avait pas beaucoup de passages pour cette heure ci. Comme si personne ne travaillait dans cette ville. J'eus l'occasion de croiser une voiture de police, saluant dans le même temps le Shérif d'un signe de tête courtois. Après tout, si Stiles apprenait que j'avais snobé son père, j'allais me faire pourrir de tout les noms qui lui passait par la tête, même si le plus fréquent se résumait à « Grognon ». Je fermais les yeux un court instant, repensant à la semaine qui m'attendait. Il fallait que je me renseigne sur cette MacTire, que je rende visite à mon cher et tendre oncle sans oublier de continuer à sauver ma peau de Kate. Je n'avais pas eu l'occasion d'en parler à Kaya et j'appréhendais un peu sa réaction. Après tout, je n'avais que trop peu connu le bonheur amoureux, et pour y goûter jour après jour, je n'ai pas envie de le perdre. Dieu que c'est compliqué d'être un homme. Pourquoi ne pas rester un loup pour l'éternité. Puis cette foutue pleine lune qui arrivait n'allait pas épargner Beacon Hills une fois de plus. Je laissais le vent fouetter mon visage, respirant l'air frais. J'avais une soudaine envie de partir en courant, me dégourdir les pattes, me battre contre un foutu tronc d'arbre et de laisser tous mes doutes s'échappaient par le seul moyen que je connaissais : la violence. Mais je n'avais pas le temps, Kaya sortirait d'un instant à l'autre. J'entrouvris les yeux, et aperçus une ombre au lointain. Un être humain hallelujah ! Enfin je n'avais pas particulièrement envie de discuter. Mais on en était loin... Il n'était que silhouette pour le moment. Cela ne m'empêchait pas de m'imaginer toutes les scènes possibles. Car oui, j'avais tendance à virer à la paranoïa ces derniers jours. J'en avais vu des vertes et des pas mûres en acceptant ce poste de videur. D'une pour me rapprocher de ma compagne, de l'autre car quelqu'un avait soudainement soufflé mon nom au propriétaire de la boîte qui m'avait contacté. Oui j'en avais la carrure, mais j'étais impulsif, et pas très marrant lorsque je m'énervais. Certains avaient voulu jouer à leur risque et péril. Et même lorsque je débauchais, ils trouvaient la force de venir se frotter à moi. Et plus aucunes limites ne me contraignaient lorsque je dépassais les portes de l'établissement. Je me redressais rapidement, à l'idée que je puisse me battre là maintenant. Je fis craquer mes doigts sous la pression de mes poings, penchant le cou en arrière, tout en soufflant. Je sentais l'adrénaline montait, moi qui contrôlait pourtant parfaitement mes transformations depuis de longues années. Je récitais dans ma tête les trois mots qui avaient le don de me sauver de temps à autres. Alpha, Bêta, Oméga. Alpha, Bêta, Oméga. La silhouette prenait forme, le bruit des pas s'approchant. Je fléchissais mes genoux, baissant ma tête tout en me concentrant. Et pourtant tout mes sens me disaient de rester tranquille, rien ne pouvait m'arriver. Mais mon esprit en avait décidé autrement. Ma mâchoire se crispa, mes yeux se fermèrent, mon souffle se saccada et mes pieds prenaient racines. Mon téléphone vibra dans ma poche intérieur, mais j'étais incapable de l'attraper.
Seul l'arrêt du bruit des pas me fit sortir de ma torpeur. Je redressais machinalement la tête, le regard sombre, le visage froid, et ne pus cacher ma stupeur. Qu'est ce que je pouvais être idiot parfois. Et en occurrence, ridicule ici.. J'abattais ma main contre mon front, soupirant, tout en faisant volte-face pour éviter la discussion. Mais c'était trop tard, je sentis sa main se poser sur mon épaule. Raté Derek, tu ne t'en tireras pas comme ça.
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Succube
Localisation : Entre tes draps
MessageSujet: Re: Il n'y a qu'une façon d'apprendre : c'est par l'action [RP Libre]   Dim 1 Nov - 18:44

Il n'y a qu'une façon d'apprendre : c'est par l'action
Peitho Δ Derek


Le réveil du succube avait sonné à cinq heures trente ce matin là, et Peitho s'était extirpée du lit avec un grognement. Il y avait des matins où elle se demandait pourquoi elle infligeait pareil torture à son corps… Après tout, elle avait encore des centaines d'années devant elle, elle pouvait bien se permettre d'en passer une petite dizaine en pyjama dans son lit, à regarder des séries sur Netflix et manger des Cheetos, non ?
Après avoir enfilé sa tenue de sport, un pantalon de yoga qui lui arrivait à mi-mollet, un débardeur par dessus une brassière de sport, des chaussettes et ses baskets fétiches, elle prit sa veste, sa bouteille d'eau dans le frigo, et sortit de l'appartement en claquant la porte, descendant les escaliers au pas de course tout en nouant ses longs cheveux bruns en une queue de cheval haute.

Mais Peitho avait beau grogner le matin au réveil, elle adorait courir. Sentir le vent dans ses cheveux, le bruit régulier de ses pas sur le sol, la musique dans ses oreilles. Elle aimait sentir ses muscles s'éveiller, chauffer, son coeur battre dans sa poitrine jusqu'à lui remonter dans la gorge.
Peitho courrait comme si elle cherchait à échapper à quelque chose. Sans doute ses démons qui la poursuivaient encore et encore.
Et il fallait avouer que ça faisait de superbes photos pour alimenter son compte Instagram : c'était l'occasion de sortir ses plus jolies tenues du placard.

Les battements de son coeur commençaient déjà à lui emplir les oreilles, le rythme régulier venant se mêler aux basses des musiques qu'elle écoutait sur le chemin, quand elle vit au loin une forme -humaine- assise sur un banc. Elle n'avait encore croisé personne dans les rues de Beacon Hills, alors elle observa plus attentivement la forme vers laquelle elle se dirigeait, plissant les paupières et laissant ses sens aiguisés la guider.
Elle reconnut l'homme très rapidement, pour avoir vu son visage sur une photo accompagnant un article de journal qu'elle avait lu en ligne récemment, avant de déménager (de nouveau) à Beacon Hills.
Derek Hale.
L'arrière-arrière-arrière-arrière… petit fils du Thomas Hale que Peitho avait connu lorsqu'elle avait déménagé à Beacon Hills pour la première fois.
L'alpha du territoire (ou du moins, c'était ce qu'elle pensait encore). Comment faisait-il pour supporter qu'au moins deux autres alphas, aux dires d'Haniel, envahissent son territoire, et la terre qui lui revenait de droit ; là était la vraie question.

Mais puisqu'il s'avérait également que Derek Hale était son nouveau propriétaire (et non, ce n'était pas un hasard. pas totalement.), et qu'elle n'avait pas encore eu l'occasion de le rencontrer en vrai (seuls quelques emails avaient été échangés, le loup n'ayant pas été disponible le jour de la remise des clefs), elle se dit que l'occasion était peut être venue de lui faire savoir qu'il y avait une autre créature surnaturelle venant habiter son immeuble.
Une créature surnaturelle qui cherchait une meute, bien malgré elle. Et si Derek Hale était bien l'alpha de la meute de Beacon Hills… peut être aurait il besoin d'aide pour chasser le reste des alphas de son territoire : après tout, la terre lui appartenait.

Le succube ralentit la cadence de ses pas, retrouvant peu à peu son souffle, alors qu'elle s'approchait du loup assis sur le banc. D'aussi loin, Peitho était incapable de sentir toutes les odeurs qui collaient à la peau du loup, mais l'odeur de sueur, d'alcool, de cigarette et de sexe était impossible à manger, et vint lui titiller les narines, manquant de la faire éternuer.
En voilà un qui travaillait dans un club.

Peitho finit par se retrouver à la hauteur du loup, le surplombant de son mètre soixante-dix-huit (uniquement parce qu'il était assis, elle ne se faisait pas d'illusions à ce sujet). Ses doigts effleurèrent son épaule, juste assez pour lui signaler que quelqu'un se trouvait là (comme s'il n'était pas capable de la sentir) et, lorsqu'il tourna la tête pour venir croiser son regard, elle lui sourit, décrochant ses écouteurs de ses oreilles.

"Bonjour ! Derek Hale, c'est bien ça ?"

Son accent espagnol traîna légèrement sur le "r" de Derek.

"Nous n'avons pas encore eu l'occasion de nous voir face à face…" Une photo d'elle avait été jointe à son dossier de candidature, cependant. "Je suis désolée, je ne voulais pas vous déranger, mais je vous ai vu assis sur le banc et je me suis dis que ce serait l'occasion de me présenter enfin… Peitho, Peitho Figueroa."

Elle lui tendit la main, son air le plus innocent et bienveillant possible sur le visage. Le loup sentirait sûrement très vite qu'elle n'était pas humaine. Et puisqu'il était peu probable qu'il ait jamais rencontré un succube de sa vie… Mieux valait avoir l'air le moins menaçant possible, n'est-ce pas ?
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Il n'y a qu'une façon d'apprendre : c'est par l'action [RP Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Myrlande à la présidentielle de 2011
» Bilten #3 volim#2 Pe Janjis sot lan Sid pou kanpay Fanmi Lavalas.
» Mistè ti nèg: 3 lanmo sispèk nan Laboule
» Obama en chute libre ...
» Mélanie reçoit un appel d'un ex séropositif [pv Mélanie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf :: Rp's en vrac-
Sauter vers: