AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Burying the love * Stiles & Jimie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Burying the love * Stiles & Jimie   Dim 10 Mai - 15:35

Burying the Loved One

Stiles & Jimie

Je regardai le visage paisible de Timy. Des mèches de cheveux blonds tombaient devant ses yeux clos. Pourquoi étaient-ils si longs ? Le coiffeur n’était pas si cher, pourtant. Mentalement, je notai de prendre rendez-vous dès que possible, puis j’avançai et m’asseyais sur le rebord du matelas. Comment étais-je censé réveiller un gamin de cinq ans ? J’étais arrivé la veille dans la matinée après une nuit sur la route et je n’étais clairement pas préparée pour le boulot de grande sœur à plein temps. Mettez-moi autour de camés, de dealers et de gangs et je réussirai à m’intégrer et à faire un article. Mettez-moi en face de mon frère et je perdais tous mes moyens. Kelly, la voisine, m’avait offert ses services et ses conseils que j’avais gentiment refusés. On dirait que j’avais encore une fois été trop impulsive, puisque je n’avais aucune idée de comment passer l’étape réveil. Mon père, comment faisait-il ? Je me remémorai et mimai ses gestes qui avaient été son rituel. L’une de mes mains glissa dans les cheveux de Timy, dégageant son visage pour embrasser sa joue. Ses paupières papillonnèrent avant de laisser ses yeux se poser sur moi.

-Tu as bien dormi mon grand ?, murmurai-je en caressant ses cheveux.


-Mhooouuuiii, fit-il en s’étirant. Tu portes la chemise de Papa, demanda-t-il tristement. Tu vas la porter pour…


-Ouais…, répondis-je en ravalant une bouffée de larmes.


-J’en veux une aussi, trancha Timy avant de passer ses bras autour de moi. Jimie, pleure pas.



Et j’éclatai en sanglot en l’entendant. Il resserra sa prise autour de moi et se laissa aussi aller aux pleurs. Est-ce que cela faisait de moi une mauvaise sœur ? Je soupirai. J’allais élever Timy à la manière dont mon père m’avait éduqué et tout irait bien. Il se recula, les joues pleines de larmes, qu’il essuya après avoir fait de même avec les miennes.
Nous filâmes dans la chambre de nos parents et ouvrîmes le placard de notre père. Timy dénicha la chemise qu’il voulait à la vitesse de l’éclair tandis que je fouillais son bureau. Je me souvenais du collier des druides de ma famille. J’ouvris un tiroir pour tomber sur une boîte ronde en bois. Je poussai le couvercle pour découvrir mon héritage : une chaîne à laquelle était suspendue un triskel taillé dans le bois du Nemeton et une griffe coulée dans de l’argent. Si je la mettais, je n’aurais plus aucun moyen pour faire marche arrière. Mais avais-je déjà eu ce luxe ? Non. Alors je la passai à mon cou.

*
Nous étions au cimetière. Les cercueils n’étaient pas encore là et je ne reconnaissais que cinq personnes sur dix. Vaguement des connaissances de ma mère,  ainsi que son boss, que je pris grand soin de fusiller du regard. Les amis et collègues de mon père étaient les plus chaleureux et aussi ceux qui disaient le moins de conneries. J’appréciais, vraiment, même si j’étais trop occupée à fixer mes pieds pour éviter qu’on me voit pleurer. Une main sur l’épaule me fit relever le visage. Le Sheriff ? C’était un collègue de mon père, mais je ne me souvenais pas qu’il le mentionnait comme un ami… Je fronçai les sourcils avant de me souvenir que j’avais assisté à l’enterrement de sa femme. Son fils devait avoir quelques années de plus que Timy, à l’époque. Il savait ce que ça faisait. Je ne pus m’empêcher de me réfugier dans ses bras, chose que je n’avais faite avec personne d’autre que mon frère. Mais le Sheriff savait. Il savait la douleur qu’on ressentait. Il frotta mon dos énergiquement, comme mon père avait l’habitude de faire, puis il se recula et tendit sa main vers un jeune homme pâle aux cheveux bruns.

-Voici mon fils, Stiles.


J'hochai la tête avant de tendre la main vers lui, lui offrant un check. J'avais déjà serré trop de main dans cet événement macabre.

-Salut. Je suis Jimie. Et le petit qui court partout entre les sièges, c'est Timy. Mes parents avaient un problème pour la mémorisation, je crois...


DEV NERD GIRL



Dernière édition par Jimie Aldenarya le Ven 15 Mai - 17:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Burying the love * Stiles & Jimie   Mar 12 Mai - 0:33

Burying the loved ∞ Feat Jimie Aldenarya


Mon père m'avait tiré du lit sans prêter la moindre attention à mon mécontentement, j'avais tout juste fermé les yeux, ce n'était certainement pas pour me lever à cette heure si matinale. De toute façon ce n'était pas comme ci je m'étais presque habitué au manque de sommeil et faisais avec, alors j'avais fini par me lever et me préparer, la tête dans un brouillard des plus total. On était le week end et je ne savais pas franchement pourquoi mon père voulait me traîner à ce fichu enterrement avec lui, mais il ne me demandait que de faire acte de présence après tout, et je n'avais rien d'autre à faire. Je grognais toujours en avalant mon petit déjeuner alors que je voyais mon père s'apprêter, vêtu d'un costume noir, me faisant bougonner de plus belle puisque celui ci ne m'avait toujours pas expliquer où il avait l'intention de m'emmener. On va à un enterrement ou quoi ? ironisais-je entre deux bouchées de céréales. Quelle fût ma surprise quand il opina de la tête d'un air sombre, l'étonnement me fis lâcher ma cuillère qui tomba dans mon bol de céréales, et je papillonnais des yeux pour vérifier si j'avais bien vu. Sérieusement P'pa... Je me revoyais encore devant le marbre froid de la pierre tombale de ma mère du haut de ma petite dizaine d'années, les larmes me montèrent rapidement aux yeux alors que je repoussais mon repas pour filer dans ma chambre et de m'affaler sur mon lit. J'entendis la porte de ma chambre et sachant parfaitement que c'était mon père qui se trouvait dans l'encadrement de la porte, je protestais. J'veux pas y aller, on n'y va pas. Mais il ne m'avait pas répondu, il avait garder le silence et je me retrouvais tout de même dans ce costume noir et étroit, le coude appuyé sur le bord de la vitre de la voiture, ma tête posé dans la paume de ma main avec une tête de condamné. Mon père avait fini par l'ouvrir, titillant ma compassion en m'expliquant qu'il s'agissait de l'enterrement de l'un de ses collègues qui avait laissé derrière lui une fille de quelques années plus vieille que moi ainsi que le petit frère de celle ci âgé de tout juste cinq ans. Je ne pouvais, selon ses dires, que les comprendre et il était même apparemment de mon devoir de les soutenir, je lâchais un soupir, il n'avait pas entièrement tort, j'eus une pensée pour ce petit et m'estimais presque chanceux d'avoir pu profiter de ma mère six années de plus que lui.

Lorsque l'on arriva enfin, il n'y avait pas de cercueils, juste une marée humaine tous habillés en noir, mon visage s'assombrit au fur et à mesure que les mauvais souvenirs refaisaient surface, le corps sans vie de ma mère dans son cercueil, son visage n'avait, à ce moment, plus rien de celui que j'avais entre mes mains au moment de son dernier souffle. J'aperçus rapidement la fille dont mon père m'avait parlé, c'est d'ailleurs vers elle que celui ci se dirigeait, posant une main sur son épaule, lui faisant relever son visage plein de larmes vers lui. Elle se plongea dans ses bras en sanglotant tandis qu'il lui frottait le dos, je contemplais le sol, sans savoir quoi dire ou faire, mais mon père me présenta, me permettant de ne pas avoir à le faire. Je relevais la tête vers la fille qui me tendait la main pour checker, ce que je fis, je savais à quel point ce la pouvait être pénible toutes ces embrassades et poignées de mains tandis qu'on nous rabâchait des milliers d'éloges qu'on avait guère envie d'écouter. Elle se présenta comme Jimie, me désignant le garçon qui slalomait entre les sièges comme étant son petit frère qui se nommait Timy selon ses dires. Faisant même un peu d'humour en accusant la mémoire de ses parents pour le choix des prénoms. Stiles. Ou alors c'était au cas où ils se plantaient de prénoms entre vous deux. Ou sinon ils avaient prévu le coup de la vieillesse, Alzheimer tout ça...   répondis je en haussant des épaules. Je sentais déjà le regard brûlant de mon père posé sur moi, ce que j'avais répondu ne lui avait apparemment pas convenu, mais je ne savais pas vraiment quoi dire de plus, bon bien sûr il y avait cette phrase type. "Toutes mes condoléances blablabla." Mais je n'avais pas aimé l'entendre moi même, j'avais même appris à détesté cette phrase toute faite que j'avais entendu en boucle pendant des jours, je me voyais donc mal lui fournir cette phrase bateau. Je tentais tout de même de rattraper le coup juste pour faire plaisir à mon père, et qu'il ne me tue pas en rentrant aussi, je remarquais le collier de la fille, celui ci m'intriguait, m'apportant une sensation de déjà vu, le triskel surement. Sympa ton collier, c'est un bijou de famille ? J'avais demandé ça en me remémorant le pendentif d'Allison, était elle issue d'une famille de chasseurs elle aussi ?


code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Burying the love * Stiles & Jimie   Ven 15 Mai - 16:18

Stiles & Jimie


L’étreinte du Sheriff avait été une sorte d’anesthésiant à la douleur. Je savais très bien qu’il comprenait ce que je traversais et que les mots étaient bien inutiles dans ce genre de situation… tout comme la plaisanterie de son fils à propos d’Alzheimer. Je le toisai quelques secondes avant de me rendre compte que son père faisait de même, avec un regard beaucoup plus noir que le miens. J’imaginais que ses paroles partaient d’un bon sentiment. Mal tourné, certes, mais d’un bon sentiment quand même.

-Vu comme ça, Alzheimer peut paraître un peu dérisoire, avouai-je en lui souriant légèrement.
-Sympa ton collier, c'est un bijou de famille ?, demanda-t-il, visiblement désireux de changer la conversation.

Je portais une main à mon cou d’un geste instinctif avant de plonger mon regard dans celui de Stiles à la recherche de réponses. Il semblait reconnaitre le triskel. Etait-il mêlé à tout ça ? Je savais que mon père avait des dossiers sur la situation à Beacon Hills ainsi que ceux qui y étaient impliqués, mais mon arrivée toute récente ne m’avait pas permise d’y jeter un œil et donc encore moins de mémoriser quoi que ce soit de ce joyeux bordel.

-Ouais. On l’a dans la famille paternelle depuis que les premiers colons ont débarqués en Amérique…

Et qu’ils ont apporté les maladies, le chaos et accessoirement, les loups-garous. A moitié rien, en somme.

-Tu sais ce que ça représente ?, lui demandai-je sans le lâcher des yeux.

Je voulais qu’il ait des doutes quand à mon implication dans le surnaturel. S’il était un Chasseur, je ne risquais rien et il en allait de même pour un loup-garou. Dans l’histoire, je restais neutre pour le moment et je pouvais assumer mon rôle dans les deux cas de figures qui risquaient de se présenter à moi. Stiles allait ouvrir la bouche avant qu’une voiture noire ne se gare à l’entrée du cimetière. Plusieurs hommes allèrent les porter. Je pinçais mes lèvres et intimai à Stiles que la conversation continuerait après l’enterrement. J’aurais besoin de me changer les idées et le plus tôt serait le mieux. Je m’éclipsai pour rejoindre mon frère, que j’attrapais par la main. Il avait arrêté de courir en apercevant les cercueils et tira mon bras pour que je me penche. Mes genoux touchèrent le sol et je m’asseyais en tailleur devant le trou qui accueillerait la dépouille de mon père. Il était de mon devoir de soutenir Timy, et il fallait, pour commencer, être à la même taille que lui. Il agrippa mon bras et ma main se joignit silencieusement aux siennes.
Avant de déposer les cercueils, je branchais mon portable sur une enceinte et mettais la chanson préférée de mon père : Birds are born to fly, de Skip the Use. Quelques rires se dégagèrent de la foule, dont le mien. Timy s’avança de quelques pas en contemplant les cercueils qui descendaient progressivement dans la terre, la curiosité emportant sur la tristesse durant un cours instant. Ce fut le premier à les contempler. Leurs visages n’avaient pas grand-chose à voir avec ceux qu’ils avaient de leurs vivants, mais je supposais que les types des pompes funèbres avaient fait de leur mieux. Timy avait froncé les sourcils avant de me forcer à m’accroupir une nouvelle fois et demanda en chuchotant à mon oreille si j’étais bien certaine que c’était nos parents. J’hochais la tête et lui tendis deux tulipes jaunes, qu’il lança dans les deux cercueils, suivit d’une poignée de terre pour chacun. Mes yeux ne pouvaient s’empêcher de le contempler lui, la vie, plutôt qu’eux, la mort. Pourtant je fus bien obliger de répéter ses gestes. Au bord du cercueil de mon père, je m’agenouillais et posai mon visage entre mes mains en soupirant, puis le relevai. J’avais des milliers de choses à lui dire et rien qui sortait.

-Je prends soin de lui, papa, murmurai-je. Je prends soin de nous deux. Tu peux partir. Les oiseaux sont faits pour voler, pas vrai ?

Je me relevai tant bien que mal et passai distraitement devant le cercueil de ma mère. Je n’avais rien à lui dire, à elle. Je n’étais pas heureuse de son départ, mais je ne ressentais pas non plus un vide béant. Je rejoignis les chaises du premier rang, Timy sur mes genoux. Il nicha son visage dans mon cou et nous éclatèrent en sanglots au même moment. Je lui caressai le dos en regardant distraitement les silhouettes passer devant les dépouilles, jetant les tulipes, la terre, les tulipes, la terre et ainsi de suite.

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Burying the love * Stiles & Jimie   Ven 22 Mai - 20:07

Burying the loved ∞ Feat Jimie Aldenarya


Mes mots lui avaient apparemment autant plus qu'à mon père. Elle me toisa un moment avant de finalement me répondre, réponse à laquelle je me contentais d'acquiescer par un sourire, me servant de son collier comme prétexte pour changer de sujet. En effet son pendentif représentait un triskel taillé dans le bois, symbole que j'avais pu apercevoir à de nombreuses reprises, notamment sur le couvercle de la boîte qui renfermait le nogitsune, la boite étant entièrement faite du bois du Nemeton, était-ce le cas pour son collier ? Je remarquais également quelque chose qui me semblait bien être une griffe en argent lorsqu'elle porta une main à son cou comme un réflexe à mes mots. Elle plongea son regard dans le mien d'un air suspicieux, regard que je soutenu sans broncher, j'étais presque certain qu'elle était au courant. Bingo, c'était bien un bijou de famille, bijou qui se transmettait de génération en génération comme ça avait été le cas pour Alison. Restait à déterminé ce qu'elle était vraiment. Elle me demanda si je savais ce que le pendentif représentait. Je ne savais pas vraiment, ce que le collier en lui-même signifiait, c'était d'ailleurs ce que je voulais savoir, les seules choses que je savais étaient la signification du triskel en lui-même, autant dans la culture celtique que dans celle des loups garous et notamment au sein de la famille Hale. Alpha, Bêta et Oméga. Mais il y avait aussi cette griffe en argent, un quelconque lien avec la famille d'Alison ? Je fronçais des sourcils pour chasser les questions qui commençaient à fuser dans ma tête avant de m'apprêter à lui répondre. Mais je fus coupé par le corbillard qui arrivait, transportant les cercueils respectifs des parents de Jimie. Cette dernière m'intima au silence me laissant comprendre que la conversation se poursuivrait après l'enterrement.

Quand elle fut partie mon père me saisit par le bras pour m'entraîner vers le dernier rang tout en me sermonnant. C'était quoi ça ?! Grogna-t-il en s'asseyant à côté de moi. Je soupirais avant de lui expliquer mes doutes sur la fille, expliquant le triskel, le Nemeton et toutes ses autres pensées qui m'avaient traversé l'esprit quelques minutes plus tôt. Et donc tu penses que Jimie est un loup garou issue d'une famille de loup garous comme les Hale ? Je fronçais les sourcils c'était peu probable qu'elle soit une louve, je pensais plus à... Un chasseur papa, je pense plus à un chasseur, comme les Argent. Je soupirais à nouveau tandis que la musique d'une chanson de Skip the use se faisait entendre. Je jetais un coup d’œil à Jimie et son frère tous les deux penchés face au trou qui avait recueilli les cercueils de ses parents et fus prit d'un vertige en me remémorant ces moments où j'avais été à leur place. Je sentis la main de mon père se poser sur mon épaule, sachant pertinemment ce à quoi j'étais en train de penser. L'orpheline se releva pour s'asseoir au premier rang, prenant son petit frère sur ses genoux, et vint le moment ou chaque personne présente passèrent devant la tombe encore ouverte pour y lâcher une poignée de terre ainsi qu'une tulipe. Je restais figé un moment sur ma chaise mais mon père me força à me lever et me traîna à sa suite quand ce fût notre tour, je m’exécutais tel un automate, m'efforçant de ne pas penser, de ne pas me rappeler. Je suivis mon père jusqu'à nos places respectives toujours aussi stoïque quoi que pâlissant légèrement. Je restais impassible et complètement déconnecté du reste, jusqu'à ce que mon père finisse par me sortir des mes pensées. C'est fini Stiles. Je redressais la tête surpris et en observant autour de moi je remarquais que la plupart de la foule avait quitté les chaises et s'était regroupé un peu plus loin. Je cherchais Jimie du regard, je n'avais pas oublié son collier et tout ses mystères, et c'était certainement le meilleur moyen de me changer les idées, tout comme les siennes d'ailleurs, j'espérais que je ne lui remémorerais pas trop de mauvais souvenirs. Je me levais de ma chaise en la repérant parmi la foule, abandonnant mon père avec un bref "je reviens" et priais pour qu'il ne m'en veuilles pas pour ce que j'allais faire, ni elle d'ailleurs. Je me glissais entre les gens tous vêtus de noir avant de tomber sur la jeune fille et, interrompant la discussion j'attrapais Jimie par le poignet. Je vous l'emprunte. Et sans attendre l'avis de qui que ce soit ni même celui de la principale intéressée, je l'entraînais un peu plus à l'écart pour pouvoir enfin lui parler, désignant du doigt le pendentif qui ornait son cou. Parle moi de ça. Je la regardais droit dans les yeux, jurant intérieurement contre moi même d'avoir été aussi rustre, mais lui faisant comprendre que j'étais bien plus au courant que je pouvais ne le laisser paraître.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Burying the love * Stiles & Jimie   Lun 25 Mai - 15:37

Stiles & Jimie


Le manège incessant des poignées de terres et des lancés de tulipes avait cessé, enfin. Les cercueils avaient été plongés dans leurs trous respectifs, puis recouverts. Je me sentais un peu mieux, un peu plus en paix avec les divers sentiments qui m’avaient assailli depuis mon arrivée. Mes parents étaient morts. Mais mon frère, lui, était en vie. Et c’était désormais vers lui que mes pensées devaient se tourner. Il avait quitté mes bras quand je me relevai, obéissant à la convention sociale de rejoindre la foule des amis et proches des enterrés. Les conversations piétinaient sur le même sujet : mes parents. Le patron de ma mère semblai s’en donner à cœur joie, de pleurer sur une employé mais avant tout amie comme elle. Il oubliait de mentionner plan cul régulier. Je m’apprêtai à lui dire d’aller se faire foutre lorsqu’une main attrapa fermement mon poignet. Par réflexe, je mettais mon poing dans le nez du type qui m'agressait. Bordel, mais qui osa-… Stiles ?

-Merde ! Pardon ! Je pensais que tu étais quelqu'un d'autre ! Désolée !
-Je vous l'emprunte, grogna-t-il au patron de ma mère, qui balbutia quelques protestations.
-Ouais, il m’emprunte. Et toi, tu dégages tout de suite. Connard !, lui lançai-je en suivant Stiles hors de la foule.

D’un côté, j’étais soulagée que quelqu’un m’ai tiré de la foule étouffante. De l’autre, j’aurais préféré que Stiles ne me tire pas littéralement de là. Ca m'aurait évité de lui donner un coup dans le nez. Massant mon poignet en le fixant, je rougissais légèrement, même si je ne pouvais m’empêcher d’être curieuse. Mon père disait-il quelque chose à propos de Stilinski Junior dans ses dossiers ? Etait-il un loup, ou une quelconque autre espèce ? Ignorant royalement mon regard, il désigna mon collier du doigt. Il voulait en savoir plus ? Il en aurait plus. Mais pas sans quelque chose en retour.

-Mon père bossait avec le tiens, ça, tu le sais. C’était un Druide, ce qui implique que j’en suis une aussi. Sauf que je comptais pas revenir ici pour m’occuper de l’harmonie de la ville, tout ça. Bon, maintenant que je suis là, je vais le faire, soupirai-je. Il y a des registres sur presque tous les surnaturels de la ville, les évènements qui se sont déroulés… Sauf que je n’ai pas eu le temps de jeter un coup d’œil après mon arrivée.  Avant que je parte, il y avait les Hale, mais je crois qu’ils sont tous morts dans un incendie, non ?

J’avais commencé à marcher, comme à chaque fois que je parlais trop longtemps. Je n’aimais pas être celle à qui on tirait les informations. Ce n’était pas mon rôle, pas d’habitude, pas dans mon métier. Les seules fois où je parlais aussi longtemps étaient quand je racontais mes affaires et mes interviews à mes auditeurs, mais ils n’étaient pas face à moi, ce qui facilitait le travail. Je n’avais pas besoin d’établir une relation de force avec eux. Avec les gens que je questionnais, c’était tout l’inverse. Et il fallait que je questionne Stiles.

-A mon tour, maintenant. Je paris que tu n’es qu’un humain, et très peu sont censés être au courant de ce qui se passe. Comment est-ce que tu le sais, alors ? Je sais qu’il y a eu pas mal d’attaques, mais les autorités ont toujours, ou presque, réussies à faire passer ça comme des incidents... Eh... Tu commences à saigner du nez.

Je lui tendais un paquet de mouchoir en lui offrant un sourire navré.

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Burying the love * Stiles & Jimie   Jeu 4 Juin - 11:06

Burying the loved ∞ Feat Jimie Aldenarya


Si je m'attendais à m'en prendre une en pleine figure ? Non pas vraiment. J’embarquais Jimie avec moi, marmonnant aux autres que je leur empruntais dans un grognement, me maintenant le nez. Elle s'était bien sûr excusée, ne s'attendant apparemment pas à moi. Il fallait avouer que je n'y avais pas été de main morte. Je me massais l'arête du nez tandis qu'elle envoyait balader les autres pour se laisser entraîner à ma suite, apparemment avec plaisir. Une fois un peu plus à l'écart de la foule j'oubliais mon nez pour me focaliser sur le pendentif qui pendait au cou de Jimie, je le pointais du doigt en lui demandant qu'elle m'explique ce qu'il représentait. Après tout elle m'avait fait signe qu'elle m'en parlerait après l'enterrement, soit maintenant. Mais contrairement à ce que j'aurais pu penser, elle ne se fit pas prier. Elle finit donc par m'expliquer qu'elle était un druide. Druide... Comme Deaton ? Ou encore l'un de ceux qui faisait des sacrifices humain pour devenir plus puissant ? Je m'abstins de la couper, de toute façon elle n'avait pas l'air d'être si mauvais que ça, quoi que Jennifer non plus n'avait pas l'air si dangereuse. On avait d'ailleurs peiné à convaincre Derek de qui elle était vraiment quand cette cinglée avait kidnappé mon père.

Elle poursuivit donc, précisant qu'elle était plutôt en retard sur les derniers événements à Beacon Hills. J'allais lui faire un cours résumé mais par ses derniers mots je compris qu'elle était plus qu'à la bourre. Ouais je confirme, enfin ils ne sont pas tous morts en fait… Mais si t'es rendue à l'incendie des Hale t'es plus qu'à la bourre. C'était y a bien sept ans de ça ! Un an après le décès de ma mère à vrai dire. Je grimaçais à cette pensée. Ce n’était pas le moment de penser à ça, vraiment pas le moment, j'avais un druide tout droit sorti de nulle part à m'occuper. Je lui emboîtais le pas en espérant en apprendre un peu plus, j’aurais tout aussi bien pu insister, me transformer en un moulin à parole, lui balançant le maximum de questions, toutes les questions qui grouillaient dans mon cerveau en fusion, mais je n’avais pas vraiment envie de m’en reprendre une, je sentais déjà plus mon nez, qui sait ce qu’elle pourrait choisir la prochaine fois. En tout cas elle n’était pas une chasseuse, je m’étais planté sur ce coup là. Elle se retourna vers moi, prétextant que c’était à son tour de poser des questions.  Mes épaules s’affaissèrent dans une moue désapprobatrice mais je capitulais tout de même. Ce n’étaient pas vraiment une question, elle avait déjà deviné que j’étais humain, et exigeait simplement de savoir comment j’étais au courant de tout ça. Est-ce que je devais vraiment tout lui raconter ? Je pouvais toujours rester vague pour le moment en attendant de lui faire confiance.

Elle allait poursuivre mais s’interrompit pour me signaler que je saignais du nez. Par pur réflexe je portais une main à celui-ci et sentis un liquide chaud se déposer sur mes doigts, j’attrapais le paquet de mouchoir qu’elle me tendit, en attrapant maladroitement un pour m’essuyer le visage. Oh merde… Grognais en portant le mouchoir à mes narines. Je relevais la tête vers elle alors qu’elle me souriait d’un air désolé. C’est rien t’inquiètes pas... Enfin t’aurais pu y aller un peu plus en douceur… Je penchais légèrement la tête vers l’avant en espérant que le saignement se stoppe rapidement avant de reprendre pour lui répondre. Ouais humain, je suis bien le seul de la bande à l’être. Banshee, loup garou, coyote garou, kitsune… Tout ça je connais, ça fait partit de mon quotidien depuis que mon meilleur ami s’est fait mordre. Je gardais sous silence le passage du nogitsune, et l’identité de mes amis pour le moment, ne voulant pas lui faire confiance trop rapidement, il devenait de plus en plus dur de savoir qui croire ces derniers temps…


code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Burying the love * Stiles & Jimie   Jeu 18 Juin - 20:25

Stiles & Jimie


Ma voix résonnait entre les tombes pendant que nous déambulions dans le cimetière, évitant soigneusement la foule compacte qui s’était agglutiné à quelques mètres de mes parents. J’étais concentrée sur mon flot de parole, tout en gardant un œil sur Timy, qui était assis et jouait avec la terre. Stiles me confirma que j’étais à la bourre. Je mordis ma lèvre, regrettant maintenant de ne pas avoir plus suivit les aventures de Beacon Hills. Pourquoi l’aurais-je fait, néanmoins ? Je m’étais sortie de là, j’avais une vie relativement stable, un boulot qui me plaisait et qui me faisait relativement bien gagner ma vie… et mon retour ici venait tout chambouler. J’avais le pressentiment que Beacon Hills me ferait payer mon escapade d’une manière ou d’une autre : en me faisant tomber dans les griffes du surnaturel, par exemple. Mais si c’était le cas, je tenais à savoir me défendre avec efficacité et à en savoir le plus possible pour me débrouiller.

-C’est rien t’inquiètes pas... Enfin t’aurais pu y aller un peu plus en douceur…, grogna-t-il.
-J’ai l’habitude de cogner fort… Près de dix ans de boxe, ça paye, hochai-je la tête, gênée.
-Ouais humain, je suis bien le seul de la bande à l’être, éluda Stiles. Banshee, loup garou, coyote garou, kitsune… Tout ça je connais, ça fait partit de mon quotidien depuis que mon meilleur ami s’est fait mordre.

La moitié des espèces qu’il avait énumérées m’étaient inconnus. Comment pouvait-il être aussi serein face à toutes ces créatures ? Il était clairement bien plus fort que ce qu’il laissait paraître. Je notai les espèces dans un coin de ma tête, histoire d’aller à la pêche aux informations dès que nous serions rentrés à la maison. Quand bien même l’adolescent venait de me dévoiler la nature des membres de sa meute, il ne me disait pas tout. Je le comprenais, sans pouvoir m’empêcher de me demander s’il était méfiant de nature ou s’il avait déjà eu des problèmes à cause d’une langue trop pendue ?

-La morsure de ton pote remonte à longtemps ?

L’air de rien, j’essayais d’affiner mes informations. Le nombre d’adolescents mordus à Beacon Hills était élevé et n’avait pas arrêté d’augmenter durant ces dernières années et trop de noms se dresseraient sur ma liste. Quoi qu’avec la composition de la meute, cela faciliterait les choses. Mais j’avais aussi besoin d’un court résumé sur les derniers évènements et je préférais l’entendre d’une personne qui, visiblement, les avait vécus, plutôt que de lire les rapports de mon père.

-Tu pourrais me faire un résumé de ce qui s’est passé à Beacon Hills, s’il te plaît ?, demandai-je en remplaçant son mouchoir imbibé de sang par un neuf.


© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Burying the love * Stiles & Jimie   Dim 9 Aoû - 18:00

Burying the loved ∞ Feat Jimie Aldenarya


Ma surprise s'afficha clairement sur mon visage lorsque je remarquais que Jimie ne semblait pas connaître la moitié des créatures surnaturelles que je venais de lui énumérer. Note pour plus tard, offrir un bestiaire à la demoiselle. Je me remémorais le temps d'apprentissage de mon père face à tout ce joyeux bordel, ça avait été un peu compliqué au départ mais il s'en sortait plutôt bien, il arrivait même à en faire de l'ironie. Et puis c'était plus simple au jour d'aujourd'hui qu'il sache tout, même si son implication dans le monde surnaturel me plaisait pas vraiment au moins je lui mentais beaucoup moins qu'auparavant, mais là n'était pas le sujet. Elle finit par me demander depuis combien de temps Scott s'était fait mordre, en y repensant j'avais la sensation que s'était il y a très longtemps, il faut dire qu'il s'est passé tellement de choses depuis ce jour là mais en fait ça ne faisait que deux ans. je ne savais pas si je pouvais lui raconter tout mais elle ne semblait pas être au courant de grands choses et n'avait pas franchement l'air menaçante, hormis lorsqu'elle vous collait son poing dans la figure bien entendu. Elle remonte à deux ans à peu près. Haussement d'épaules, bouche fermée, il valait mieux éviter de trop parler et de se faire avoir en beauté. Je serrais le mouchoir contre mon nez en sentant le liquide chaud qui commençait à déborder sur mes doigts et pestais silencieusement contre ce foutu nez.

Jimie m'offrit un nouveau mouchoir pour remplacer le premier tout en me demandant de lui raconter ce qui s'était passé ces dernières années à Beacon Hill's, difficile de résumé le tout. Entre l'arrivée de Peter Hale en ville qui avait tué sa nièce et donc la soeur de Derek afin de devenir Alpha pour ensuite mordre Scott pour en faire son bêta et vouloir éliminé chacun de ceux qui avait été impliqué dans l'incendie des Hale dans le but de se venger. Mais aussi Jackson qui était devenu un Kanima à cause de Derek qui l'avait planté à coup de griffes d'un peu trop prêt. Kanima qui se faisait d'ailleurs contrôlé par un malade mental qui s'était mis en tête de tué toute l'équipe de natation de 2006 en plus d'être obsédé par Allison qui était la petite amie de Scott en plus d'être une fille issue d'une famille de chasseur plutôt réputée pour tuer les loups garous. Ou encore Peter qui avait manqué de tué Lydia au beau milieu du terrain de Lacrosse du lycée la transformant par la suite en Banshee. Banshee qui trouvera de multiple corps jusqu'à ce que je finisse par en déduire qu'il s'agissait de sacrifices humains causés par un darach soit un druide version serial killer qui était en fait l'ancienne émissaire d'un des Alpha de la meute d'Alpha qui squattait Beacon Hill's pour recruter Derek et Scott dans leur meute... Et ça n'avait été que le début puisqu'un kitsune maléfique avait ensuite décidé de squatter ma boîte crânienne grâce à une porte entrouverte dans mon esprit suite à un sacrifice pour sauver mon père qui s'était fait enlever par le Darach, faisant quelques morts sur mon passage. Ca ne faisait pas très glorieux et franchement pas accueillant, la pauvre repartirait surement en courant si elle apprenait tout ça d'une traite, en particulier le jour de l'enterrement de ses deux parents. T'es sûre que tu veux savoir tout ça ? Parce qu'il s'est passé un tas de choses et je suis même pas sûr d'avoir assez de salive pour tout te raconter. Dis moi déjà le minimum que tu sais et je verrais bien ce que je pourrais t'expliquer. Non ce n'était pas de la fainéantise, je n'avais tout simplement pas envie de m'étaler plus que ça sur le sujet, pourquoi diable est ce que je ne rencontrais jamais de gens normaux ? Enfin après tout, on était à Beacon Hill's. On devrait peut être s'asseoir quelque part non ? Proposais je en cherchant des yeux un endroit isolé où s'installer histoire que des personnes ignorantes ne débarque pas au milieu de notre conversation.


code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Burying the love * Stiles & Jimie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Burying the love * Stiles & Jimie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥
» Love et Story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf :: Rp's en vrac-
Sauter vers: