AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto   Mar 5 Mai - 22:48

De Retour.
Henry & Rhéa

Des Roses pour une future Amante.



Les cours étaient terminés depuis deux heures déjà et je m’étais installé, en tailleur, sur l’une des tables qui se trouvaient dans l’arrière-cour de l’établissement. Mon regard fixait un point invisible alors que je crachai un nuage de fumée, tenant cette drogue entre mes doigts. Louise m’avait fait craquer, j’avais besoin de reprendre ce danger entre mes lèvres, sentir ce poison envahir mes poumons alors que je défiai la mort. Je n’en avais plus rien à faire de ma santé, cette fille était revenue dans ma vie comme un boulet de canon, refusant de m’oublier, voulant me ramener à New York pour une seconde chance. Mais je ne voulais pas repartir, ici était ma nouvelle vie. Certes, mon cœur avait battu plus fort en la voyant et mon esprit ne rêvait que l’embrasser mais la raison était toujours restée forte.

Je tirai une dernière fois sur ma cigarette avant de l’envoyai valser sur le macadam d’une simple pichenette. Je sautai de mon siège improvisé, remettant ma veste en place et de passer une main dans mes cheveux en bataille. Je fourrai mes mains dans mes poches, ma sacoche à l’épaule, prenant la direction de ma voiture. J’étais complètement perdu, je ne savais plus quoi penser ni quoi faire. Peut-être qu’une partie de chasse me détendrait mais je n’avais aucun contrat en cours. Faire du sport était une solution comme une autre mais je m’étais blessé en transportant une charge trop lourde et une pause s’imposait. Je grimpai dans mon 4x4 noir et démarrai sur les chapeaux de roues, m’éloignant le plus possible du lycée. J’avais croisé son regard dans le rétroviseur et j’en frissonnai déjà.

Je roulais depuis vingt bonnes minutes quand une enseigne attira mon attention, je me garai en vitesse sur le bord du trottoir et baissai la tête pour voir le panneau. Le garage. Un sourire amusé et mélancolique étira mes lèvres alors que je faisais machine arrière pour trouver une place où je pouvais me mettre. Ne lui avais-je pas promis de revenir ? Elle m’avait manqué, je ne l’avais pas oublié. Parfois j’y repensais quand j’étais seul. Je sortis du véhicule et vérifiai que j’étais toujours bien habillé avant de regarder autour de moi. Je vis ce que je cherchai et m’y dirigeai en courant. Je souris à la vendeuse, fier de mon butin.

J’ouvris doucement la porte et me glissai à l’intérieur du garage, le sourire aux lèvres, tentant d’oublier ma discussion avec Louise. Je regardai autour de moi, je la trouvais, dos à moi, fixant quelque chose sur l’établi. Je m’approchai à pas de loups, le plus discret possible, usant de mes capacités de chasseur pour ne pas me faire remarquer. Je posai mon menton sur son épaule et lui glissai le bouquet de fleurs sous le nez. Des roses pourpres signe de la passion dévorante que nous avions eu l’un pour l’autre.

« Coucou p’tite louve. Je ne t’ai pas trop manqué ? »

 
Code by AMIANTE


Dernière édition par Henry Beckett le Dim 18 Oct - 18:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto   Mer 6 Mai - 2:25

P'tite louve et P'tit ange
Mon sauveur...


Ma journée avait été... Lamentable. Dans tous les sens du terme. Et la vielle, pire encore. Revoir Alex avait rouvert des blessures que je pensais fermées. J’en avais les larmes aux yeux à y repenser J’avais été incapable de bosser depuis que je l’avais revu. Et cela devait faire trois heures que j’étais là, à regarder mon établi, comme une idiote, pleurant par moment. Comme là d’ailleurs. Enfin, je regardais plutôt le bordel foutu suite à... Une petite crise de nerf. Et mes poing en saignait encore, à croire que ma douleur intérieur s’extériorisait ainsi, refusant de guérir. Je n’avais personne à qui parler, j’étais seule. Même Joy. Je n’avais pas confiance en elle pour lui parler de mes problèmes de cœur. Pouvais-je rêver d’une vie avec lui, sept ans après notre séparation forcé ? Oui. Comment je le savais ? Parce que je m’étais laissée aller à une étreinte avec un autre chasseur : Henry. Aussi étrange que cela puisse paraitre, il me manquait. Pourtant nous n’avions rien partagé ensemble. Sauf une nuit. Et un moment magique où toutes nos barrières et appréhensions étaient tombées. Encore une fois ma vue se brouilla de larme. Etant seule, je n’eus aucune honte à les laisser couler. Je voulais pouvoir effacer sept années de souffrance et retourner à mes seize ans, dans les bras d’Alex. Alors que nous ignorions tout l’un de l’autre.
 
Mes vêtements étaient poisseux de mon sang, seul clip clop des gouttes tombant en rythme résonnaient dans mon garage. De temps en temps je reniflais. Je criais un coup, pensant que cela me soulagerais, mais rien n’y fait. Dieu avait un sens de l’humour bien à lui. Je fermais les yeux et le visage d’Alex apparut, si net, si parfait. Je sentais jusqu’à son odeur de cannelle... Plus je me concentrais sur ce visage et plus il changea. Les cheveux devinrent plus long, ses traits plus taquins. Ses yeux se bridèrent un plus, une barbe de trois jours naissante sur ses joues. Henry. Je rouvris les yeux brutalement, mes larmes coulant toujours, mais mon cœur se desserrant. Que venait faire Henry dans tout ça ? Pourquoi lui ? Pourquoi pas Shun ? Un loup, en qui je pouvais avoir confiance, un loup avec qui j’avais un avenir, et non pas un chasseur destiné à me tuer au moindre caprice. Même si Alex en était incapable... Je ne savais rien d’Henry. Mais... Il me manquait. J’étais totalement perdu. Alors évidemment, quand une tête se posa sur mon épaule et qu’un superbe bouquet de roses pourpres apparu sous mes yeux, je sursautais. Alex ? J’inspirais, et détectais une odeur de citron m’envahit les narines, m’apaisant. Je fermais doucement les yeux. Henry.
 
-Coucou p’tite louve. Je ne t’ai pas trop manqué ?
 
Je me retournais vers lui, les joues couvertes de larmes et sans vraiment savoir pourquoi, je me blottis dans ses bras, pleurant en silence, l’implorant de me laisser cinq minutes. Je m’agrippais à lui, me laissant aller à cet état de faiblesse, en essayant de ne pas tâcher ses vêtement de mon sang. Lentement je me repris, commençant par calmer mon cœur, puis tarir le flot qui jaillissait de mes yeux. Je levais une main pour sécher le dessous de mes yeux, évitant son regard. Mais comme un papillon attiré par la lumière, je ne pus résister à le regarder, avec un regard meurtri et soulagé.
 
-Pourquoi... Quand je pense à toi, alors que mon cœur est brisé et saigne... Tu apparais comme par magie... ?
 
Ma voix était cassée, les blessures de mon cœur s’arrêtèrent de saigner. Je me mis sur la pointe des pieds pour l’embrasser, non pas les baisers sauvages comme je l’avais habitué, mais plutôt soulagé, doux... Brisé. Car c’est ainsi que j’étais face à lui. Non plus une louve fière et battante, mais une femme brisée, détruite... Alors que j’avais sombré dans un abyme de désespoir, il était apparu, créant une lumière à laquelle je m’accrochais, de peur de sombrer à nouveau... J’allais le faire fuir... Alors je tentais de me reprendre, doucement. Évitant à nouveau son regard en inspirant.
 
-Je suis désolée... Mes nerfs ont lâchés. Je ... Excuse-moi... Et oui... Tu m’as manqué...
 
Je pris doucement ses fleurs et enfouis ma tête dedans, inspirant leur parfum, honteuse....
 




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto   Mer 6 Mai - 15:25

Calmer la Louve.
Henry & Rhéa

Je ne suis pas un chasseur de cœur brisé.




Je fus surpris de voir des larmes sur ses joues quand elle se tourna face à moi. J’ouvris la bouche sous l’étonnement, les yeux ronds. Je la pris dans mes bras, la consolant comme je pouvais, ne comprenant pas la situation dans laquelle je venais de me fourrer. J’étais venu pour passer du bon temps avec elle, me changer les idées, redevenir ce gars insouciant de la dernière fois. Mais la voir comme ça, dans un sens ça me faisait mal. Je l’avais vu forte, puissante, dominante, le sourire aux lèvres et voilà que je la voyais au plus bas, en pleure. Qu’est-ce qu’il avait bien pu se passer pour la mettre dans cet état ? Je lui caressai doucement les cheveux, l’aidant de ma simple présence, ne sachant quoi dire. Elle finit par lever les yeux vers moi, et j’y vis quelque chose de trop triste à mon goût.

« Pourquoi... Quand je pense à toi, alors que mon cœur est brisé et saigne... Tu apparais comme par magie... ? »

Sa voix était enrouée par le chagrin et je caressai doucement sa joue de mon pouce, lui souriant maladroitement. Mon côté bon samaritain prenait le dessus sur le fait que je devais rester de marbre avec les femmes. Je ne pouvais pas la laisser comme ça, elle allait mal et je n’aimais pas la voir ainsi.

« Parce que je suis l’amant parfait non ? » souris-je « Tu penses à moi et je rapplique aussi vite. »

Je répondis délicatement au baiser, me souvenant du goût irrésistible de ses lèvres, soupirant d’aise, tentant de lui donner du réconfort. Elle fuit de nouveau mon regard et je me mordis la lèvre, ne sachant que faire pour la réconforter. Pourquoi avait-elle du sang sur ses poings ? Pourquoi n’était-elle pas joyeuse comme je l’espérai ? Comme je le voulais ?

« Je suis désolée... Mes nerfs ont lâchés. Je ... Excuse-moi... Et oui... Tu m’as manqué... »

Elle prit les fleurs que je lui avais acheté et je souriais en la voyant plonger son visage dedans.  J’ébouriffais ses cheveux avant de se prendre son visage dans mes mains, approchant mes lèvres des siennes, mon regard plongé dans le sien. Je lui volais un baiser, la prenant comme une princesse dans mes bras, cherchant les escaliers qui menaient à l’étage. Je grimpais quatre à quatre les marches, ouvrant la porte de la salle de bain du bout du pied.

« Tu n’y es pour rien, ça arrive à tout le monde. Mais dit toi que je suis là pour te remonter le moral p’tite louve. »

Je fis couler l’eau du bain, la faisant asseoir sur le bord de la baignoire, la déshabillant doucement pour ne pas lui faire peur. J’attendis que la température de l’eau fût assez chose avant de l’aider à y entrer, je lui savonnais le dos avec énergie, lui lavant doucement les cheveux,  y emmêlant malencontreusement mes doigts. Je ris de ma bêtise.

« Désolé, je ne suis pas doué avec ça. Attends je vais régler ça. »

Après de longues minutes à me battre avec sa crinière d’ébène, je réussis à la faire sortir du bain et lui fis enfiler un peignoir. Je resserrai les pans du vêtement autour d’elle avant de l’embrasser de nouveau, prenant ses mains dans les miennes. Je la fis doucement tourner sur elle-même, collant mon front au sien.

« Allez, on sourit pour moi p’tite louve. T’es magnifique quand tu souris et puis je suis là, t’as pas de raison d’être triste. » souris-je « Et pour te remonter le moral, je t’invite au restau qu’est-ce que t’en dit ? »
  
Code by AMIANTE


Dernière édition par Henry Beckett le Dim 18 Oct - 18:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto   Jeu 7 Mai - 13:43

P'tite Louve et P'tit ange
On y va?


Je ne comprenais pas ce qui le poussais à être ainsi avec moi, aussi doux, réconfortant. Alors que je m’effondrais contre lui, il ne dit rien, me prenant simplement dans ses bras, me caressant la joue de son pouce en tentant une frasque. Et elle me tira un sourire timide, parmi mes larmes. Oui, il l’était. Mais son égo ne s’en remettrait pas si je le lui avouais. Alors que je l’embrassais, il soupira, comme s’il n’avait attendu que mes lèvres pour respirer et mon cœur se remit à battre. Alors que j’avais la tête enfouie dans le bouquet qu’il m’avait offert, il m’ébouriffa les cheveux, me tirant un nouveau sourire, sans larme cette fois. Il en profita pour m’embrasser avant de me porter comme une princesse jusqu’à ma salle de bain. Je ne comprenais pas pourquoi il était ainsi avec moi mais j’adorais cela. En quelques minutes, il me fit oublier mon chagrin.
 
-Tu n’y es pour rien, ça arrive à tout le monde. Mais dit toi que je suis là pour te remonter le moral p’tite louve.
 
Il fit couler l’eau du bain et me déshabilla. Je le laissais faire sans honte, il connaissait mon corps, pourquoi le lui cacher ? Il m’aida à entrer et l’eau chaude me fit fermer les yeux. Henry se mit à me laver et au fur et à mesure, j’avais la sensation d’être nettoyée de toutes mes blessures. Quand il se mit à me laver mes cheveux, ses doigts s’emmêlèrent et il se mit à rire. Un son qui m’apaisa un peu plus. Je secouais discrètement la tête pour l’embêter un peu, cachant un sourire taquin, quoiqu’encore un peu triste. Il me fait sortir du bain et m’enfile mo peignoir, chose dont je ne me sers jamais avant de coller ses lèvres contre les miennes en nous faisant danser lentement collés l’un à l’autre. Je souris un peu, j’aimais sa présence, avec lui j’avais l’impression de compter aux yeux de quelqu’un, je me sentais belle, appréciée pour ce que je suis... Je profitais de cette proximité pour lui mordiller le cou avec tendresse.
 
-Allez, on sourit pour moi p’tite louve. T’es magnifique quand tu souris et puis je suis là, t’as pas de raison d’être triste. Et pour te remonter le moral, je t’invite au restau qu’est-ce que t’en dit ?
 
-J’en dis que je vais devoir ressembler à une femme et non plus à un garçon manqué. Et tu as raison, ta présence me rend le sourire, monsieur l’amant parfait...
 
Je me mis sur la pointe des pieds et le chassa dans le salon/salle à manger/cuisine encore en travaux. Il y avait des débris de murs partout mais en faire une seule pièce était plus agréable. Tandis que je le laissais parmi les décombres, je filais dans ma chambre pour m’habiller. Qu’allais-je bien pouvoir mettre ? Pas une robe de soirée, vu sa tenue à lui, on n’allait pas dans un restau chic, c’était déjà ça. Je sortis des sous-vêtements couleur pourpre en dentelle que j’enfilais rapidement avant de passer une robe noire, moulante jusqu’à la taille avant de partir dans un léger évasé et de s’arrêter juste au-dessus de mes genoux. Rien de bien extraordinaire, un doux décolleter. Je mis des talons vernis noirs et filais dans la salle de bain pour sécher mes cheveux et les laisser libre, sachant qu’Henry les aimaient ainsi. Je mis à peine un peu de mascara et un coup de crayon discret avant de mettre un collier en perle blanc nacré. Et voilà. Pas de parfum, pas de maquillage inutile. Je sortis de la salle de bain pour rejoindre mon amant et je me raclais la gorge pour capter son attention.
 
-On peut y allez p’tit ange, je suis prête.
 




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto   Jeu 7 Mai - 17:23

Place à la Galanterie.
Henry & Rhéa

Ton sourire vaut tout l’or du monde.



« J’en dis que je vais devoir ressembler à une femme et non plus à un garçon manqué. Et tu as raison, ta présence me rend le sourire, monsieur l’amant parfait.."

Je ris, la regardant, le cœur plus léger, j’aimais bien entendre de sa bouche que j’étais l’amant parfait, ça faisait toujours plaisir surtout venant d’elle. Je trouvais cela étrange que je tienne tellement à passer du temps avec elle alors que j’étais connu pour mon cœur de pierre envers les femmes. Serait-ce ma rencontre avec Louise qui m’avait chamboulé plus que je le pensais ? Je ne savais pas quoi penser, c’était perturbant, d’habitude je savais gérer tout type de situation et là, je me retrouvais en terre inconnue et ça me faisait peur. J’obéis quand elle me fit reculer jusque dans ce qui ressemblait à un salon et fila dans sa chambre. Je regardais sa silhouette dans son peignoir en souriant malgré moi. Je plongeai mes mains dans mes poches et cherchai un miroir pour vérifier que j’étais présentable. Je finis par en trouver un et je fixai longuement mon reflet. Je domptai mes cheveux longs, plissant ma chemise du plat de la main et remettant ma veste en place. Je restais toujours aussi séduisant dans cette tenue des plus basiques. Je me mis à faire les cent pas, l’attendant patiemment, observant le décor qui se trouvait autour de moi.
 
Au bout de quelques longues minutes, j’entendis comme un raclement de gorge et je me retournais brusquement. J’eus le souffle coupé en la voyant ainsi habillée, elle était certes plus féminine et j’en fus ravi mais elle était toujours aussi splendide. J’étais l’amant de cette louve, de cette superbe créature, j’en étais plus que fier, mon regard brillait de convoitise alors que je me rapprochai en souriant.
 
« On peut y aller p’tit ange, je suis prête. »
 
Petite ange ? Je retins un rire. Voilà qu’elle s’amusait aussi à me donner des surnoms. Un peu plus et nous étions un couple. Je souris et lui tendis mon bras avant d’embrasser sa tempe, descendant les marches qui menaient au garage. Je l’emmenai à l’extérieur, cherchant ma voiture du regard. Elle n’était pas loin, juste à quelques mètres de nous. Je pris sa main dans la mienne et marchai à ses côtés, saluant les quelques passants que nous croisions. J’étais heureux, bien dans ma peau et j’avais oublié la dispute que j’avais eu avec Louise quelques heures plus tôt. Rhéa me faisait oublier tout ça. Et tant mieux. Je lui ouvris la portière en l’invitant à entrer dans le 4x4 puis me glissai, à mon tour, à l’intérieur. Je mis le contact et nous voilà partis pour le restaurant.
 
**
 
Je me garai devant une petite enseigne chaleureuse que l’on m’avait conseillé lors d’un repas entre enseignants. Un petit restaurant à la française, ça ne courait pas les routes en ville et grâce à un professeur de physique, je pouvais faire très bonne impression face à mon amante. Je coupai le contact et sortis du véhicule.
 
« Allez p’tite louve, on va redécouvrir la gastronomie de ton pays. »
 

Code by AMIANTE


Dernière édition par Henry Beckett le Dim 18 Oct - 18:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto   Ven 8 Mai - 1:53

P'tite Louve et P'tit ange.
Tu m'oublis?


Je vis dans son regard que je lui plaisais et cela flattait mon égo. Je ne me sentais belle que pour lui. Son regard brillait d’envie et éveillait ma libido. Il me rendait folle. Dans le bon sens. Je lui plaisais. Je souris lorsqu’il tendit le bras pour me prendre la main avant de m’embrasser la tempe. Nous sortions de chez moi quand je lui lâchais la main, pour ne pas donner l’impression que nous étions un couple, après tout, je doutais qu’il apprécie d’être pris pour mon homme. Mais il me la repris en saluant poliment les passants. Je ne m’attendais pas à cela. Mon cœur battit un peu plus vite alors qu’il m’aidait à monter dans son 4x4.
 
**
Je ne pouvais tout simplement pas être boudeuse quand j’étais avec lui. Le trajet fut rapide, ce faisant en silence. Je m’étais mise à fredonner sans m’en rendre compte au début, puis avait rapidement arrêté, je ne voulais pas le déranger. Encore moins quand il me dit que nous allions dans un restaurant français.
 
-Soit p’tit ange. A une condition : je prendrais des escargots et tu en mangeras un. Si tu le fais, je le laisserais ce que bon te semble de moi cette nuit...
 
Je l’avais embrassé en disant cela, souriant un peu avant de me remettre en place en détachant ma ceinture tandis qu’il se garait. Je descendis sans l’attendre, lui prouvant que malgré tout, que je restais indépendante. Je le pris par le bras, comme une jeune amoureuse et je souriais en le taquinant tout en entrant. Une jolie serveuse reluqua un peu trop mon bel amant à mon goût, mais je me retiens de tout commentaire, lui jetant simplement un regard noir, lui signifiant qu’Henry était à moi. Elle se détourna et nous plaça à une table de deux, à côté de la baie vitré, nous offrant une vue sublime. En parfait gentleman, Henry me tira ma chaise et m’aida à m’installer, me faisant sourire. Je ne l’aurais jamais imaginé aussi... romantique.
 
-Alors monsieur Beckett, que me vau l’honneur d’être assise en face de vous dans l’un des restaus les plus romantique de la ville ? Mon charme universel vous manquez tant que cela ?
 
Je souris à nouveau, plus charmeuse. J’aimais sa présence. La foutu serveuse revint avec des cartes qu’elle nous donna et je lui commandais un vin rosé français. Elle hocha la tête en repartant. Bien. Elle avait compris qu’Henry était mien. Je le regardais en souriant, entrelaçant nos doigts ensemble tout en lui faisant du pied sous la table. Typiquement français. Je jetais un rapide coup d’œil au menu et y trouvais mon bonheur. Lors du troisième passage de la serveuse, qui ne se lassait pas de mater mon amant, je commandais donc des escargots et un kouign amann pour le dessert. J’espérais que cela lui plairait. Un plat de chez moi. Puis je tendis la carte à la serveuse après qu’elle est pris la commande d’Henry. Je lui pinçais la main lorsque je vis son regard courir un peu le long des courbes de cette blonde.
 
-Tu es venu avec moi bébé, ne t’avise pas d’en regarder une autre ou tu finiras seul. Après si je ne te comble pas, dis le tout de suite.
 
Oui j’étais jalouse. Et je le lui fis comprendre en délaçant nos doigts et me reculant contre le dossier de ma chaise en croisant les bras. Je n’aimais pas que l’on me traite ainsi.
 
 




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto   Sam 9 Mai - 15:48

La Belle & Le chasseur
Henry & Rhéa

Jalouse ? Tu n’es pas sortie de l’auberge.



 
Elle me mit au défi de manger des escargots lors de notre diner et je grimaçai, peu convaincu que cette idée soit bonne mais la récompense me fit sourire et je fus soudain prêt à manger des assiettes de ces bestioles s’il le fallait. L’idée de pouvoir passer une nouvelle nuit avec elle faisait battre mon cœur plus vite et me donnait du mal à contrôler mes pensées peu chastes. Son baiser me fit revenir à la réalité et je voulus la garder prêt de moi mais c’était déjà perdu. Je la rejoignis à l’extérieur et souris quand elle me prit le bras, joueuse. Ainsi donc, elle voulait nous faire passer pour un couple, soit. Je n’étais pas contre ce petit jeu entre nous puisque nous connaissions la vraie nature de notre relation.

Quand nous fûmes arrivés dans le restaurant, nous fûmes pris en charge par une charmante serveuse qui me sourit, sourire que je lui rendis avant de me rendre compte de la mine furieuse de Rhéa. Tiens, tiens madame était jalouse, c’était bon à savoir. Elle nous plaça près de la baie vitrée et j’admirai un moment le paysage nocturne à l’extérieur, puis aida mon amante à s’asseoir. Je ris en l’entendant me demander pourquoi je l’avais emmené dans ce restaurant et si son charme me manquait tant que ça.
 
« Un honneur ? Tout simplement parce que je voulais charmer la belle, pour être sûre qu’elle ne se lacerait pas de ma présence. Et puis pour lui prouver que j’étais bon autrement que dans un lit » ris-je « C’est vrai que votre charme me manquait. »
 
Un nouveau sourire fleurit sur ses lèvres et je pris le menu que la serveuse nous tendait, choisissant le plat du jour sans vraiment regarder de quoi il était constitué, je laissais Rhéa choisir le vin. Je reposai mon menu sur la table et je souris à mon tour quand elle entremêla nos doigts, mon regard fut soudainement joueur quand je sentis son pied caresser sensuellement ma jambe. Madame était décidément très taquine ce soir. La serveuse revint prendre nos menus et je ne pus m’empêcher de m’attarder sur sa belle silhouette, ce qui ne fut pas au goût de Rhéa qui me pinça la main avant de cesser tout geste tendre. J’arquai un sourcil surpris alors qu’elle me disait que j’étais venu avec elle et que je n’avais pas le droit de regarder d’autres filles qu’elle. Elle croisa ses bras et je souris, j’aimais cette jalousie.
 
« Voyons chérie, tu sais très bien qu’il n’y a que toi que je regarde. Et puis pourquoi autant de jalousie ? Serais-tu amoureuse mon chou ? Je suis ton amant, cela ne te comble pas ? »
 
J’attrapai ses jambes des miennes et la tirai brusquement le plus possible avant de m’emparer de ses mains et de les caresser de mes pouces. Je me levai même pour me placer derrière elle et lui embrassai le cou, remontant mes lèvres vers sa joue, y déposant un baiser des plus tendres, mes mains frottant doucement ses bras.
 

« Je peux partir si je t’embête mais sache que je veux passer la soirée avec toi. »
Code by AMIANTE


Dernière édition par Henry Beckett le Dim 18 Oct - 18:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto   Dim 10 Mai - 1:41

P'tite Louve et P'tit Ange
Défi?


L’embrasser me manquait déjà. C’est fou ce qu’une nuit avec un homme peut changer votre façon de la voir. Il avait un petit je-ne-sais-quoi qui m’attirait irrésistiblement vers lui. Comme un aimant. Il en était devenu mon amant. Oui, jeu de mot complétement nul mais tellement vrai... La vue que nous avions était sublime et me tirait un sourire. Qui s’élargissait face à sa réponse. Ainsi il voulait me charmer et je lui avais manquée hein... Il réagissait très bien à mes caresses et son regard se fit plus joueur. Oui il aimait être charmé ainsi. Et je ne comptais pas en rester là. Si cette foutu serveuse daignait se barrer de là. Je n’aimais pas que ma proie joue avec une autre. J’étais louve, donc possessive. Alors que je lui faisais comprendre tout cela en m’écartant de lui, tandis qu’il souriait face à ma jalousie. Ah ouais ? C’est tout ce que cela te faisait ? Tsss... Voilà, je lui en voulais.
 
-Voyons chérie, tu sais très bien qu’il n’y a que toi que je regarde. Et puis pourquoi autant de jalousie ? Serais-tu amoureuse mon chou ? Je suis ton amant, cela ne te comble pas ?
 
Je grognais mais ne bougeais pas, alors d’un geste brusque de ses pieds il me fit revenir en avant pour attraper mes mains et se mettre à les caresser. Je le laissais faire sans pour autant me montrer réceptive. Puis il se leva et se plaça derrière moi pour m’embrasser tendrement le cou, me donnant quelques frissons de plaisir au contact de ses lèvres. Je fermais les yeux tandis que sa bouche si douce remontait sur ma joue pour déposer un chaste baiser sur mes lèvres, avides des siennes. Ses mains s’évertuèrent à me donner plus de frisson en frôlant doucement les bras tandis qu’il me chuchotait qu’il pouvait partir. Quoi ? Mais non !!! Je ne bougeais pas mais levais mon regarde vers lui, un regard plein d’envie et de tendresse, mais aucune trace d’amour.
 
-C’est beau de rêver bébé, mais non, je ne suis pas amoureuse. Je ne compte pas faire trois fois la même erreur de donner mon cœur pour finir encore brisée. Il me semble que notre relation, purement charnelle, nous conviens à tout deux. Et je sais d’expérience que quelqu’un comme toi et quelqu’un comme moi ne sont pas compatible. Et je ne suis pas jalouse, je suis possessive avec mes jouets. Surtout mes préférés. Reste avec moi, sinon comment je pourrais te combler cette nuit ?
 
Je lui lançais un sourire taquin avec un regard d’excuse, quelque peu assombri par ma pensée sur l’amour, qui me ramenait impitoyablement vers Alex. Oui, je n’étais pas prête à revivre ça. Je lui fis signe de s’asseoir avec moi à nouveau en cherchant un nouveau sujet de conversation. Je lui embrassais tendrement la main avant le lever mon verre, remplis de vin par la serveuse à l’instant pour trinquer avec mon amant avant de boire une gorgé. Mes escargots furent servit et je souris à Henry. Je pris le pique et en sortis un de sa coquille avant de le mettre au-dessus de la main et de l’amener face à la bouche de ce magnifique chasseur en souriant.
 
-Un défi est un défi amour ! Allez, fais Ahhhhhh... Et sinon mon beau, dans quoi bosses-tu ? D’où viens-tu ? Et quel âge as-tu ?
 
J’attendis sagement qu’il prenne la bestiole en bouche, souriant toujours. Allait-il relever le défi ? Ou le refuser et perdre une nuit avec moi ? Je le regardais intensément, essayant de lui faire comprendre tous ceux que je lui ferais bien volontiers si nous n’étions pas dans un restaurant...
 




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto   Dim 10 Mai - 15:03

Un gros effort.
Henry & Rhéa

Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire pour un baiser.



Elle me dit que je rêvais trop, qu’elle n’était pas amoureuse. Je fronçais les sourcils quand elle me dit qu’elle avait déjà fait trois fois la même erreur, je me demandais bien qui pouvait être ces trois garçons qui avaient osé briser le cœur d’une si charmante jeune femme. Si je m’étais autorisé à aimer, il n’y aurait pas eu l’ombre d’un doute, je l’aurais courtisé sans hésiter mais hélas, nous étions deux opposés et deux personnes qui ne cherchaient plus l’amour. Ainsi donc j’étais son jouet préféré ? Un sourire étira mes lèvres quand elle me demanda de rester. Voilà ce que j’aimais entendre.

Elle me sourit, taquine, s’excusant d’un beau regard dans lequel je me perdis quelques instants. Je revins m’installer à ma place et souris quand elle m’embrassa la main avant de s’emparer de son verre de vin pour trinquer. Je bus une gorgée de cet alcool français, fixant l’assiette que l’on venait de poser devant mon amante. Des escargots. Je grimaçai en me disant que j’allais devoir en manger un. Mais je me remémorais notre première nuit et je trouvais tout de suite le courage de les manger. Elle me tendit la bestiole et j’arquai un sourcil avant d’ouvrir la bouche. Son regard fut si intense que je ne fis même pas attention quand l’escargot tomba dans ma bouche. Rien que la première bouchée me donnait envie de vomir, je réprimai un haut-le-cœur avant de tirer la langue et de finir mon verre d’une traite.
Je secouai la tête avant de mordre dans un bout de baguette que la serveuse venait de déposer.

« C’est bien parce que c’est toi ! C’est dégueulasse ces choses ! » dis-je « Sinon je suis professeur d’anglais au lycée, je viens du Texas, enfin j’ai passé mon enfance là-bas. J’ai fait San Francisco et New York. Et j’ai vingt-quatre ans ma chère. »

Je fus heureux de voir mon plat arrivé et je me mis à manger doucement, caressant sa jambe de mon pied sous la table.

« Et toi ? Ton âge et ta petite vie ma chérie ? » Souris-je « Que je sache avec qui je vais partager le lit cette nuit. »

Je lui lançai un regard taquin, mangeant toujours, heureux de mettre proposer pour un restaurant avec elle, c’était un bon moyen de découvrir mon amante. Je l’observai avec discrétion, admirant son beau visage, la regardant avec envie et amusement. Je ne regrettai vraiment pas d’être entré à l’improviste dans ce garage, j’avais trouvé une perle rare à l’intérieur, de quoi me plaire et me divertir pendant de longs mois. Quand je trouvais un trésor, je ne m’en lassais pas rapidement, je le faisais durer. Je remarquai une petite tâche sur le coin de ses lèvres, je me penchai en avant pour l’essuyer de mon pouce avant de lui sourire.
 

 
Code by AMIANTE


Dernière édition par Henry Beckett le Dim 18 Oct - 18:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto   Lun 11 Mai - 8:53

P'tite Louve et P'tit Ange
Ma vie?


La grimace qu’il tire à la vue de mes escargots me fait franchement rire, mais je ne me démonterais pas. Je serais sans pitié. Tel un chevalier des temps anciens, il me prouverait sa valeur en mangeant cette chose gluante et répugnante ! Ainsi, il gagnerait le droit de cuissage... Ma propre bêtise me fit sourire et je secouais la tête. Je regardais trop de dessins animés. Heureusement que je captais son regard en l’hypnotisant avec envie, car je crois qu’il aurait vomis. Il finit par l’avaler avant de boire son vin d’une traite et de manger un bout de pain. Je dû me mordre la lèvre pour ne pas rire. Mais je ne pouvais chasser l’hilarité de mon regard. Au final,  je ne pus me retenir de rire tandis qu’il avouait l’avoir mangé pour moi. Qu’il était adorable... Il enchaîna tout de suite sur le fait  qu’il soit professeur d’anglais et qu’il avait vingt-quatre ans. Il était don mon aîné de trois ans. Comment réagirait-il au fait qu’ici, je sois à peine plus jeune que jeune que lui. Je n’étais pas comme tous ses jeunes qui ne pensent qu’à la fête ou à monter de grade dans une grande entreprise pour avoir un avenir doré. Je bossais depuis mes... quinze ou seize ans. Pour fuir le clan, je ne supportais plus de rester chez moi, à cause de Zéphyr qui y avait élu domicile. En tant que fiancé. Alors que j’allais lui répondre, nous fument interrompus par un serveur qui déposait une assiette devant Henry. Des lasagnes.
                                   
-Et toi ? Ton âge et ta petite vie ma chérie ?  Que je sache avec qui je vais partager le lit cette nuit.
 
-Et bien j’ai vingt-trois ans et je suis une fiancé en fuite. Car louve ou pas, quand l’alpha décide que tu te mariera de force avec un loup qui fut autrefois ton premier amour et que tu refuses au point de péter le nez à ce dit amour, et bien tu finis par quitter la domaine familiale si personne ne comprend qu’en tant que... Fille d’alpha tu es libre et que tu tiens à cette liberté et aux choix d’aimer qui tu veux. J’ai bien trop de fierté pour me soumettre de force à un imbécile qui pense que je l’aime encore.
 
J’avais grimacée en parlant, tout en ayant utilisé l’humour. Ca m’énervait encore. Il voulait savoir ma vie, il la connaissait. Car en soit, elle se résumait à cela. Il se pencha en avant pour m’essuyer le coin de la bouche et je lui tirais la langue comme une enfant tandis qu’il souriait. Je jouais un jeu dangereux à flirter ainsi avec lui. Il m’avait dit qu’il bossait par contrat, et connaissant mon père, il allait forcément en lancer un contre moi. « A ramener vivante ». Ce n’était qu’une question de jour. Et là, je devrais sûrement affronter mon bel amant. Et les choses rentreraient dans l’ordre. Car après tout, c’est ainsi qu’elles doivent être non ? Lui et moi, face à face, couvert de sang, luttant pour être le dernier debout. Ce serait un gâchis monstre, mais comme avec Alexandre, tout ce fini par une chasse.
 
-Je ne sais pas si tu me mérites dans ton lit cette nuit...
 
Je souris à cette phrase laissée en suspens tandis que je répondais sensuellement à ses caresses si exquises sous la table. Je voulais oublier mon passer et aller de l’avant, sans avoir de regret si ce n’est d’avoir trahis ma meute. Je devrais vivre avec cela, mais comme Joy me l’avait dit, désormais j’étais libre. Et j’avais une nouvelle meute, avec Shun comme frère de meute... Et Amant. En y repensant, je devrais faire attention à ce que les deux ne s’entretuent pas. Je ne tenais à en perdre aucun ! Non pas parce que c’était de super amants, mais parce que je tenais à eux.
 
-... Mais plutôt quand tu veux et où tu veux mon ange. En récompense pour l’effort surhumain que tu as fournis, en me prouvant que tu es le parfait chevalier servant d’une dame... Ou d’une louve, dans le cas présent.
 
Je lui présentais mon plus beau sourire, taquine toujours, en reposant mon pique. J’avais finis mon assiette. Un peu léger comme plat mais la cuisine de chez moi m’avait manquée. On ne pouvait pas dire que je cuisinais beaucoup ses derniers temps vu que toute la partie cuisine/salon était en travaux. Je fis signe à la serveuse qu’elle prépare le dessert, le temps que mon magnifique amant finisse son plat. Je le dévorais littéralement du regard. Ciel qu’il était beau. J’aurais pu vendre mon âme au diable s’il n’avait pas voulu de moi....
 




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto   Mar 12 Mai - 17:09

Chance incroyable
Henry & Rhéa

Ou comment se montrer charmant.



Je continuai de manger mon plat de lasagnes, souriant à chaque caresse qu’elle me faisait. Ce n’était pas pour autant que je ne l’écoutais pas quand elle se mit à me raconter sa vie que je trouvais bien plus divertissante que la mienne. Elle avait vécu bien pire que moi. Un an de moins tiens, je souris, c’était intéressant, je pensais qu’elle était plus vieille que moi à cause de l’assurance qu’elle dégageait lors de notre première rencontre. Je fronçai les sourcils quand elle se mit à me parler de son fiancé, et du fait qu’elle était en fuite. Elle ne voulait pas se soumettre, ce qui correspondait parfaitement à sa personnalité mais elle jouait avec la mort à fuir ainsi. Je connaissais les règles des meutes et la hiérarchie qui y régnait. Elle avait sans doute dépassé toutes les limites et je ne serais pas étonné que je tombe sur un contrat à son nom. L’accepterais-je ? Là était la question. Je trouvais en Rhéa une bien aimable compagnie, où je pouvais être un tout autre homme, mon ancien moi. Celui que Toby avait connu et non celui qu’il avait rencontré il y a quelques semaines de cela.

Elle me dit qu’elle ne savait pas si je la méritais au lit et je m’apprêtai à répondre par la négative quand je me rendis compte qu’elle n’avait pas terminé sa phrase, ce qui titilla ma curiosité. Je posai ma fourchette une fois mon plat fini et me penchai en avant, le menton posé sur mes poings. Un sourire naquit sur ses lèvres alors que son pied venait caresser de nouveau ma jambe, je dus me mordre la lèvre pour calmer mon envie. Foutues hormones. Mais elle était si belle et si… parfaite avec moi. Je n’avais jamais eu un tel manque depuis ma rupture, un tel besoin de me retrouver dans ses bras pour m’emparer de ses lèvres avec gourmandise.

La suite de phrase me surprit et j’arquai un sourcil, un sourire taquin étirant mes lèvres, mes doigts grattant doucement ma barbe alors que je réfléchissais à sa proposition qui était des plus alléchantes. Ainsi donc j’étais le parfait chevalier ? Je ne pus retenir un doux rire. Elle sourit à son tour et je vins m’emparer de sa main que je portai à mes lèvres, la baisant avec douceur avant d’entremêler nos doigts. Je me perdis dans ses yeux si particuliers.

« Je pense que cette proposition me plaît bien Ma Dame. » souris-je « Je te propose une petite balade nocturne après notre dessert, que nous puissions profiter un peu de la tranquillité de la ville avant de nous retrouver plus intimement. Qu’en penses-tu chérie ? »

Je vis la serveuse revenir avec nos desserts et je la remerciai d’un simple sourire, reportant mon attention sur mon amante, lui montrant que je me fichais bien des autres femmes et que je ne voulais qu’elle. Elle était bien la seule à me combler comme je le voulais, à satisfaire le moindre de mes désirs d’un simple sourire des plus charmants.

« Bon appétit. » lâchais-je dans un français parfait.

 
Code by AMIANTE


Dernière édition par Henry Beckett le Dim 18 Oct - 18:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto   Lun 18 Mai - 13:55

hen
P'tite louve et P'tit ange
Où allons nous?


Je souris à sa proposition. Une ballade nocturne? Oh que oui! Une balade nocturne... Il voulait quoi de moi?  J'avais un peu peur, mais je ne voulais pas le lui montrer. Je passerais pour une faible. Devenir plus intime avec lui, je le voulais encore plus, dès que j'étais avec lui, je me sentais bien, heureuse. Je me dis que dans d'autre circonstance, j'aurais pus tomber amoureuse de lui, et tenter de créer quelque chose à deux. Mais je ne pouvais pas. Ne devais pas. Alors je profiterai de l'instant présent et de ce qu'il avait à m'offrir. Qu'importe qu'il soit chasseur ou simple professeur, que je sois son jouet d'une nuit, d'une semaine ou d'un mois, tant que je finissais dans ses bras. La serveuse revint et nous servit nos desserts. J'aurais pu m'énerver, mais l'attitude d'Henry me prouva que j'étais la seule qui comptait à ses yeux, au moins pour ce soir. Car j'étais à peu près certaine qu'il reviendrait pour cette charmante créature.  Il me souhaita un bon appétit, dans un français parfait et son accent me fit frissonner. Tellement sexy venant de lui. Je lui souris et lui répondis dans ma langue natale, me donnant une voix plus douce que lorsque je parlais anglais, n'ayant pas à me forcer pour l'accent.  
 
Avec un sourire taquin je lui tendis un morceau de mon dessert, bien que très sucré et pas conseillé pour conserver une ligne de mannequin, qu'il prit en bouche de façon assez sexy pour me faire grogner d'envie. Je secouais la tête, parlant de tout et de rien avec mon amant. Et mangeant sans gêne ce tas de gras et de sucre qu'était mon dessert. Je m'en moquais bien de ce qu'il pouvait penser. Il avait sûrement l'habitude des femmes qui font attention au moindre gramme de graisse et de sucre consommer, moi je m'en moquait, je vivais simplement. Je ne maquillais pas à outrance, ne mettais que  très peu de bijoux et je ne me faisais pas passer pour ce que je n'était pas. J'étais simplement moi. A la fin du repas, suite à un geste de la main, l'addition arriva. Je proposais à Henry de payer, mais il refusa, vantant ses qualités de gentleman. Je secouais la tête et levais les mains en signe de reddition. Soit.  
 
L'air frais nous entoura tandis que nous sortions du restaurant, maindans la mais. J'étais apaisée, ne pensant plus à a Alex. Même si l'étrange sensation de déjà vu ne me lâchait pas. Je ne voulais pas retomber Henry à l'écart du restaurant, cachés par sa voiture. Je me collais à lui, non sans envie, pour lui voler un baiser de remerciement, doux et à la limite de la tendresse. 
 
-Où veux tu allez mon amour? Le parc? La forêt? Où simplement dans les rues? 
 
Je souris avant de grimacer. "Mon amour". C'était sorti tout seul. Je regardais Henry, me retenant de m'excuser. Après tout, je l'appelais bien comme je voulais. Nous n'étions certes pas ensembles, mais faire semblant, alors que nous passions une merveilleuse soirée, nous faisait du bien. Et il n'avait pas l'air de s'en offusquer plus que cela.  Je le regardais avec tendresse en repensant à l'air choqué de mon alpha quand j'avais prononcer le nom de mon amant. A croire que Beckett lui disait quelque chose... Je lui souris avec malice. 
 
-Dit moi, as-tu de la famille ici petit ange? Ou as-tu décidé d'échouer ici car tu savais que je succomberais à ton charme?








Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto   Mar 19 Mai - 17:05

Balade sans amour.
Henry & Rhéa

Ou comment marcher sans but.


Je m’étais saisi de ma cuillère, mangeant doucement mon dessert en la regardant avec amusement quand elle me tendit une bouchée de ce qu’elle avait choisi. J’ouvris la bouche, d’une façon taquine avant de me lécher les lèvres. Ce n’était pas mauvais du tout mais un peu trop sucré à mon goût. C’était agréable de voir une fille qui mangeait avec appétit. J’en avais plus qu’assez de ces pimbêches qui se plaignaient toujours de leur poids alors qu’elles étaient fines comme des allumettes. J’aimais bien discuter avec elle, la voir rire me faisant chaud au cœur et je ne pouvais m’empêcher d’esquisser quelques sourires de temps en temps.

Le repas toucha à sa fin et je payais, refusant la proposition de Rhéa. C’était dans mes bonnes manières de payer pour une femme aussi belle qu’elle. Elle capitula et je tendis ma carte de crédit, avant de me lever. Je remerciai la serveuse, filant à la suite de mon amante qui me prit la main une fois dehors. Je la laissai faire, amusé par ce petit jeu auquel nous jouions. Nous atteignîmes la voiture et elle se colla à moi, m’embrassant avec douceur. Je souris avant d’y répondre. J’haussai un sourcil en l’entendant prononçant le surnom « Mon amour ». Elle avait de l’audace la petite louve. Elle me demandait où je voulais me balader. Je n’en avais aucune idée.

« Les rues me semblent une bonne idée. » souris-je « J’ai peur de croiser tes confrères dans les bois. »

J’embrassai sa tempe avant de croiser son regard, reprenant sa main dans la mienne, commençant à marcher sans but précis. Je passai un bras autour de ses épaules, mes pas étaient lents alors que je plongeai ma main dans ma poche. Je fus surpris de sa question et un sourire amusé étira mes lèvres.

« Malheureusement, je suis venu ici pour la famille. Mon petit frère a eu un gros chagrin d’amour, j’ai dû l’aider à tourner la page. » dis-je « Mais toi, tu es la petite surprise à laquelle je ne m’attendais pas. Une très agréable surprise. »

Je sortis mon paquet de cigarettes, en glissant une entre mes lèvres avant de l’allumer d’un rapide geste expert. Je crachai une bouffée avant de la regarder, éloignant la fumée de son nez sensible. Je caressai distraitement son épaule, continuant de marcher, profitant du calme ambiant de la ville, les lampadaires nous éclairant faiblement. J’étais bien là, je devais l’avouer. Je la fis traverser, remerciant le conducteur.

« Pourquoi cette question ? »
Code by AMIANTE


Dernière édition par Henry Beckett le Dim 18 Oct - 18:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto   Ven 22 Mai - 15:42

P'tite Louve et P'tit Ange
Passoire


Henry. Tout me plaisait chez lui. Même son côté chasseur avait un effet attirant, le danger était attirant. Il me dit qu'une balade nocturne dans les rues de la ville lui convenait car il ne voulait pas croiser de loups. Je me retenais de sourire. Je l'aurais protégé! Mais il l'aurait sans doute très mal pris mon p'tit ange. Nous marchions sans but précis, moi blotti dans ses bras, alors qu'il se mit à fumer. Je voulu lui demander d'arrêter, mais je n'était que le plaisir de quelques nuits et non celle qu'il aimait, ainsi je ne dis rien. Il m'expliqua alors qu'il était ici à cause de sa famille, son frère avait subi un méchant chagrin d'amour et qu'il était venu l'aider. Chose remarquable mais qui me rappela Alex. J'eus les larmes aux yeux en quelques secondes. Et merde. Je baisais la tête, pour pas qu'il ne remarque mes larmes tandis qu'il avoua que j'étais une agréable surprise. J'aurais pu sourire si mon cœur ne me faisait pas aussi mal. Il nous fit traverser pour changer de trottoir, en me demandant pourquoi lui avais-je demander cela.


-Je voulais en savoir plus sur toi mon ange... Dit... Je peux te parler d'un truc personnel? C'est pas joyeux mais je ne veux pas gâcher notre soirée... J'ai juste besoin de comprendre...


Je regardais le sol et me rendis compte que je m'étais arrêtée. Après une longue inspiration, pour me redonner courage, je levais un regard triste vers Henry. La douleur accumulée ses huit dernières années prenant la place de la douceur et de la passion. Avais-je vraiment le droit de lui demander cela? Dans le pire des cas il partirait, me laissant seule et je l'aurais mériter. Après tout, nous n'étions rien, l'un pour l'autre, qu'un amas de chair et de sexe. Mais j'avais besoin de vider mon sac et je me voyais mal en parler a Joy, elle était bien trop jeune pour comprendre la réaction d'Alex lors de mes seize ans. Je ne pus retenir une nouvelle vague de larme et détournais le visage pour ne pas indisposer Henry. Mon dieu, que devait-il penser de moi ? Je n'étais que l'ombre de cette fille avec qui il avait passé la nuit, la dominante joueuse et aguicheuse avait disparut pour laisser l'humaine... La faible.


En y pensant, j'aurais été une humaine faible, potentiellement soumise... J'imaginais rapidement ce qu'aurait été ma vie : ma mère ne serait pas morte en couche, j'aurais grandis en ville, me serait faite des amis, j'aurais connu l'amour aussi et aurait beaucoup pleurer, mais je n'aurais jamais eu à souffrir d'autre chose que de mes règles, j'aurais trouver l'amour le vrai, on aurai habiter ensemble, je travaillerais sûrement dans un bureau pour une entreprise, puis je me serais mariée, j'aurais eu des enfants... Une vie normal, en France, chez moi... Peut-être même avec Alex... Mais non. Il avait fallut que je naisse louve, que mon premier amour devienne un dominant hyper possessif, que mon deuxième soit un chasseur et que je me retrouve tiraillée entre une chasseur et un loup... Belle ironie n'est ce pas? Mais oui, si je ne bloquais pas ainsi mes sentiments, je serais sas doute amoureuse d'Henry ou de Shun à l'heure actuelle, mais heureusement (ou malheureusement, tout dépend du point de vue), aucun d'eux ne voulaient l'amour. Simplement du sexe, de la tendresse aussi. Mais jamais aucun sentiments. C'est ce qui faisait que nos relations marchaient. Pas d'amour, pas d'attache.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto   Dim 24 Mai - 11:45

Souvenirs
Henry & Rhéa

Ou comment penser à l’ancien temsp.



Elle n’eut pas de réaction face à mon compliment et je fronçai les sourcils, décidant de ne faire aucune remarque là-dessus, malgré son air joueur de tout à l’heure, elle n’avait pas l’air dans son état normal et mieux ne valait pas pousser une louve dans ses retranchements. J’avais déjà tenté l’expérience lors d’une de mes chasses et j’avais failli y perdre la vie. Nous continuions de marcher, ce silence doux et pourtant dérangeant, me rappelait les balades que je faisais avec Louise après chaque cours. Les rues de New York, nous les avions toutes arpentées. Un sourire triste naquit sur mes lèvres alors que je me rappelais de son sourire innocent et de son regard envoûtant. Je m’empressai de chasser cette image interdite de mon esprit. Rhéa s’était mise à parler et je l’écoutai attentivement. Elle voulait en savoir plus ? Je devais faire attention à ne pas tout lui raconter, je ne la connaissais pas encore par cœur pour être sûre qu’elle ne me vendrait pas aux loups de cette ville. Elle me demanda si elle pouvait me parler de quelque chose de personnel. J’arquai un sourcil. Pourquoi donc ?

« Si le cœur t’en dit, j’ai une oreille attentive pour toi chérie. » dis-je, tout simplement.

J’avais l’habitude d’écouter le malheur des autres et de les conseiller quand il me demandait de l’aide. Je crachai un nouveau nuage de fumée, passant ma langue sur mes lèvres avant de glisser de nouveau ma cigarette dans ma bouche. Je lui jetai un regard interrogateur, elle avait quitté mon étreinte, s’arrêtant sur le trottoir, sans rien dire, tête baissée. Son regard finit par se lever vers moi et j’y descellai une lueur de tristesse. Que lui arrivait-il ? Qui était cette jeune femme qui avait pris la place de ma louve dangereuse et extrêmement séduisante ? Il y avait eu sans doute un problème pour qu’elle se transforme en humaine abattue. Je me rapprochai d’elle, les mauvais souvenirs venant me hanter. Louise… Je la revoyais pleurer sur notre lit alors que je lui hurlais de foutre le camp, ne pouvant supporter l’idée qu’elle ait pu me tromper alors que je l’aimais comme un fou. Mais elle n’était pas fautive et je le savais, elle n’avait fait que se venger, mais ça personne ne le savait. Je préférai taire le sujet, j’allais devoir m’expliquer de nouveau avec elle mais cette nuit, je voulais être avec Rhéa, celle qui m’avait rendu cette joie de vivre perdue.

Je pris son visage entre mes mains, plongeant mon regard dans le sien, tentant de trouver son problème dans ses magnifiques pupilles mais je n’étais pas devin, seulement un simple chasseur qui jouait avec le feu. Je voulais la voir sourire, je voulais qu’elle rit à mes remarques idiotes, que nous ne nous soucions pas de ce monde de merde où nous vivions. Je voulais que cette soirée se termine à merveille mais je savais que c’était égoïste de penser ça, Rhéa devait avoir des problèmes et je ne devais pas les ignorer.

« Tu veux que je te raccompagne chez toi ? Tu as l’air fatiguée, je ne veux pas te forcer à faire quelque chose que tu ne veux pas faire. On marchera une autre fois si tu veux. »

 
Code by AMIANTE


Dernière édition par Henry Beckett le Dim 18 Oct - 18:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto   Lun 25 Mai - 23:51

P'tite Louve et P'tit ange ♥
Libération


-Si le cœur t’en dit, j’ai une oreille attentive pour toi chérie.
 
Il n’avait pas l’air enthousiaste pour cela et je pouvais le comprendre. Je me tenais là, misérable et abattu comme n’importe qu’elle cruche humaine. Avec moi, il ne devait pas vouloir avoir l’impression d’être avec une humaine. Mais pourtant, il s’approcha de moi et me prit délicatement le visage entre ses mains si chaude et rassurante. Je faillis craquer et pleurer mais je sus me retenir. Alors je levais lentement mon regard et je fus happée, perdu dans le sien. Mon cœur se calma doucement, malgré la douleur et les larmes refluèrent. Je savais que je gâchais tout avec lui mais je savais que j’avais besoin de vider mon sac.
 
-Tu veux que je te raccompagne chez toi ? Tu as l’air fatiguée, je ne veux pas te forcer à faire quelque chose que tu ne veux pas faire. On marchera une autre fois si tu veux.
 
Je secouais la tête négativement, avant d’inspirer profondément.
 
-Non… Je… Je suis tombée amoureuse d’un chasseur une fois. Enfin, on s’aimait mutuellement. J’avais seize ans, lui vingt et un. Je ne savais ce qu’il était, il ne savait pas ce que j’étais. Nous nous aimions et nous étions au paradis. Je venais de me relever lentement de la disparition de mon premier amour… Six mois plus tard, il m’a surprise une nuit de pleine lune à fuir avec ma meute. Il y a eu comme… Une pause. Nous nous étions reconnus. Chacun dans un camp. Il ma sauver en me laissant fuir. Et… Je n’ai plus eu de nouvelle. Trios après, mon premier amour est réapparut, c’était un loup, le premier avec qui j’ai tout découvert… Il est un peu plus vieux, nous nous aimions depuis l’enfance. Il était doux, tendre… Quand il est revenu, il avait changé. Froid, dominant, calculateur. Son père a négocié notre mariage arrangé alors que je ne le voulais pas ! Négocier tu te rends compte ?! Il… Mon père a accepté pour éviter une guerre de meute. Pendant des années j’ai réussis à reculer la date du mariage. Il y a six mois, ou sept, la date définitive a était annoncée : dans trois mois. J’ai pris mes affaires et j’ai fuis. Je ne veux pas l’épouser ! Et quand je pensais enfin être libre… Le chasseur est entré dans mon atelier…Hier… Il a pleuré. M’avouant qu’il m’aimait toujours… Je suis perdu… Je ne l’aime plus… Huit ans, tu te rends compte ? Et il… Je ne sais pas… Si il m’a retrouvée… Zéphyr me retrouvera aussi…
 
Je m’effondrais, là, dans la rue. Toutes mes barrières tombant et le barrage retenant mes larmes cédant. J’hoquetais en tentant de respirer, cachant mon visage au creux de mes mains.
 
-Pourquoi… Pourquoi tout ça arrive ?!!!
 
 





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto   Ven 29 Mai - 19:00

Tes désirs sont des ordres.
Henry & Rhéa

Ou comment donner sa promesse

Elle marqua son refus d’un simple geste de la tête et je haussai les épaules, me détachant doucement d’elle, croisant les bras sur ma poitrine en la regardant. J’attendais à ce qu’elle se décide à parler, j’avisai un petit muret à ma droite et m’empressai de m’y installer, je glissai mes mains dans mes poches pour ne pas avoir trop froid. J’étais curieux d’entendre ce qu’elle avait à me dire. J’allumai une seconde cigarette pour me réchauffer alors qu’elle se mettait  à parler. Elle me parla de son amour pour un chasseur, ce qui me fit froncer les sourcils. Ainsi donc je n’étais pas le premier qu’elle rencontrait, je n’en étais pas grandement étonné mais c’était étrange de l’entendre dire de sa bouche. Ils avaient amoureux, tiens donc, un Roméo et une Juliette que c’était romantique mais pas de cyanure pour cette histoire mais tout portait à croire que cela allait tourner au drame.

Je fermai les yeux, soufflant un nuage de fumée alors que je la laissai continuer son histoire, ainsi donc ils avaient découvert leur vraie nature. Je me revoyais face à Louise qui m’annonçait qu’elle savait tout sur moi. Mon cœur se serra à cette idée et je fixai le bout rougeoyant de ma cigarette. Qu’était donc devenu son cher Roméo ? Mais elle me parla d’un autre homme, manquant de me faire perdre dans le fil de sa triste vie. Il était cruel et il était le mari dont elle ne voulait pas. Soit. Elle s’offusqua du comportement de son père et j’hochai la tête, ne la lâchant plus du regard, admirant son visage aux traits malheureux. Elle avait joué la femme forte, reculant une date bien trop effrayante à ses yeux avant de décider de fuir, j’en étais impressionné, cette fille était bien plus que courageuse.

L’autre chasseur revenait à la charge, je fronçai les sourcils, ma cigarette glissant de mes lèvres pour s’écraser au sol quand elle m’apprit qu’il était revenu hier dans son garage.  Il lui avait de nouveau déclaré sa flamme mais elle n’était plus amoureuse de lui. Zephyr, le loup qu’elle devait épouser. Je ne le laisserai pas le retrouver, je devais bien avoir un contrat sur sa tête dans ma pile de dossiers, j’avais une bonne raison de l’accepter s’il osait se ramener en ville. Je me levai alors qu’elle s’écroulait, ses mains cachaient son délicat visage et je la pris dans mes bras, me fichant bien de ce que ‘l’on pouvait penser der moi.

« Eh… Calme-toi, je suis là shhh. » murmurai-je au creux de son oreille « La vie se joue de nous, je n’ai pas vécu une aussi terrible histoire mais elle s’est aussi jouée de moi de bien des manières. Laisse-moi t’aider à surmonter tout ça Rhéa. »

Je la regardai avant d’embrasser tendrement son front.

« Je ne suis peut-être qu’un amant mais je sais reconnaître les gens digne de confiance et je vais t’aider. Je peux tuer ce loup, je peux tuer ce chasseur. Il te suffit de demander. »

 
Code by AMIANTE


Dernière édition par Henry Beckett le Dim 18 Oct - 18:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto   Sam 30 Mai - 0:51


Oublions le passé, tu es mon présent

Alors que je lui parlais, il s’assit sur un muret en pierre à côté de nous. Je n’osais pas le regarder alors évidement je sursautais quand ses bras m’enlacèrent. Je me sentis immédiatement en sécurité, mes tremblements cessèrent lentement, et mes larmes se tarirent. Il est étonnant de voir comment la présence de certaine personne pouvait nous calmer instantanément. Il n’était que mon amant, mais il faisait tant pour moi, notre relation évoluait lentement, passant outre nos races respectives. En plus de gagner lentement mon cœur, il venait d’acquérir mon respect. Il avait souffert et ne me le cachait pas, comment ne pas craquer pour lui encore plus ? Je ferme doucement les yeux tandis qu’il m’embrasse lentement le front. Le contact de ses lèvres réveil une chaleur bien particulière dans mon bas ventre et je me mords la lèvre pour ne pas céder à la tentation. Le moment est mal choisi pour cela. Il reprend d’une voix rassurante, contrastant avec ses propos un peu froid.
                                                                                                                                                                    
-Je ne suis peut-être qu’un amant mais je sais reconnaître les gens digne de confiance et je vais t’aider. Je peux tuer ce loup, je peux tuer ce chasseur. Il te suffit de demander.
 
-Non… Je ne veux pas qu’ils te fassent de mal ! Alex vient de la famille des Morangier, l’une des plus grandes familles de chasseur en Europe. Et Zeph… si tu le tue, tu auras toute la meute derrière toi et je ne supporterais pas de te perdre…
 
Je me tus d’un coup, prenant conscience de ce que je viens de dire. Je rougis d’un coup violemment. Mais merde, qu’allait-il penser de moi maintenant ?!!! Je me redresse et l’embrasse pour penser à autre chose. Je m’étais montrée beaucoup trop faible et je refusais qu’il en voie plus. J’approfondis le baiser, agrippant les pants de sa chemise pour me coller à lui, titillant ses lèvres avec le bout de ma langue avant de me reculer, à nouveau maîtresse de moi-meme.
 
-… Car perdre un aussi bon amant serait un sacrilège. Et si on allait chez toi bébé… Je t’ai promis de faire tout ce que tu souhaites de moi non… ?
 
Je le regardais, aguicheuse et pleine d’envie en lui remémorant notre marché. A lui de choisir ce qu’il voulait, mais le connaissant, il accepterait, où me prendrait ici et maintenant. Je marchais à reculons pour revenir sur nos pas, avant de me tourner gracieusement pour onduler des hanche en prenant le direction de sa voiture.
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto   Dim 31 Mai - 0:17

Alone.
Henry &Rhéa

Ou comment être avec une princesse

Elle refusa mon offre et je fis la moue, continuant de la tenir dans mes bras alors qu’elle me donnait leur identité. J’eus un méchant sourire, ainsi donc je savais qui ils étaient vraiment, ça allait être un jeu d’enfant. Mais j’allais m’abstenir de le faire pendant un petit moment, je ne voulais pas froisser Rhéa. Je fronçai les sourcils, elle ne supporterait pas de me perdre… Je jetai un regard surpris dans sa direction. Etait-ce un moyen de me dire que j’avais son affection ? Ses joues se mirent à rougir et je souris, heureux de la voir si mignonne. J’étais agréablement surpris de voir une nouvelle facette de sa personnalité. Je remis une de ses mèches de cheveux derrière son oreille alors qu’elle se mettait sur la pointe des pieds, m’embrassant. Je répondis immédiatement au baiser, avide de ses lèvres. Ses mains agrippèrent ma chemise, sa langue caressant ma bouche, me rendant soudainement fou de désir pour elle.


Un bon amant, je souris. Elle voulait aller chez moi, après tout, j’avais mangé son escargot, le chevalier avait le droit à sa récompense. Je voulais la retrouver près de moi, ressentir sa peau frémir sous mes doigts. Je la voulais pour moi. J’admirai sa silhouette, m’attardant sur ses belles courbes qui me faisaient rêver. Je la suivis et l’invitai à grimper en voiture, non sans lui avoir volé un brûlant baiser. Je lui souris avant de démarrer et de prendre la direction de mon appartement. Je me garai après de longues minutes de route où je m’étais emparé de sa main. Je lui indiquai le bâtiment.

« Nous y voilà chérie. » dis-je en l’embrassant « Je t’invite à prendre un verre ? »


Je l’aidai à descendre de la voiture, usant de mes bonnes manières. Je nous fis entrer dans le hall et appelai l’ascenseur. Une fois à l’intérieur, je ne pus m’empêcher de lui voler de tendres et légers baisers. Je m’étais déjà habitué à sa présence, c’était étrange. Arrivés au troisième étage, j’ouvris la porte et entrai avec elle. Je lui fis une rapide visite de cet appartement moderne et lumineux. Je retirai ma veste, me dirigeant vers la cuisine pour nous servir deux verres de bourbon. Je lui tendis le sien avant de l’emmener dans le salon, m’asseyant sur le canapé, la faisant asseoir sur mes genoux. Je ne voulais plus la lâcher.


« Alors ton preux chevalier a mangé ce fameux escargot. Que lui donne sa princesse en échange ? » murmurai-je en buvant mon verre « Une soirée tranquille en tête à tête ? J’en rêverai. »

Je m’emparai doucement de ses lèvres, glissant ma main dans son dos, l’attirant contre moi.

« C’est fou ce que tu sens bon ! »

 
Code by AMIANTE


Dernière édition par Henry Beckett le Dim 18 Oct - 18:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto   Mar 2 Juin - 22:03





;">
P'tite Louve et P'tit Ange
Tendrement


J’avais fait une erreur. Je m’en rendis compte en le disant. Je n’aurais jamais dû lui donner le nom de mes ex. Il allait les tuer, je pouvais le sentir dans son odeur. L’envie de meurtre. Pourquoi voulait-il les tuer ? Ce n’est pas comme si j’étais spéciale à ses yeux. Il en avait à la pelle des coups d’un soir comme moi. Mais bon… J’adorais quand il remettait mes cheveux derrière l’oreille, je me sentais femme et désirée. Lui et Shun, bien qu’était très différent, avaient une façon bien a eu de me faire me sentir bien, mais en ce moment, je ne pensais qu’à Henry. En roulant vers son appartement, il me prit la main, s’arrangeant pour ne jamais la lâcher et je me dis que nous avions tout d’un couple alors que nous rejetions tout deux l’amour.
 
En si peu de temps, nous étions devenue si proche… Sa présence était rassurante, apaisant et je m’étais naturellement ouverte à lui, pas seulement physiquement, je lui avais parlé de moi, chose que je ne faisais jamais. Et il n’avait pas pris la fuite face à mon merdier, il était là, à me réconforter, comment ne pas craquer ? Et puis, je dormais avec l’oreiller sur lequel il s’était reposé après nos ébats, celui qui portait encore son odeur. Je le rangeais quand Shun venait passer la nuit à la maison, telle une gamine. Mes seize ans étaient loin, mais depuis que je fréquentais Henry, j’avais la sensation de revivre à cette époque, avec mes problèmes d’adulte en plus.
 
-Nous y voilà chérie. Je t’invite à prendre un verre ?
 
Je souris en répondant au baiser avec tendresse puis hochais la tête avant de sortir de la voiture, avec l’aide de mon amant. Je le suivis, ne regardant que lui, lui souriant ou lui caressant la joue avec douceur. Dans l’ascenseur, nous passions notre temps à nous embrasser comme deux jeunes amoureux, je ne pouvais me passer du gout de ses lèvres. Il était une véritable drogue pour la louve que j’étais. Le petit DING nous indiquait que nous venions d’atteindre le troisième étage, je laissais donc Henry passer devant moi, le laissant me guider jusqu’à chez lui. Quand il me fit entrer, je sifflais de stupéfaction. C’était immense et Luxueux… J’eux honte de mon minable quatre pièces au-dessus du garage. Il me fit une petite visite de politesse, mais une fois encore, seul lui m’intéressait. Il retira sa veste et me tendis un verre de bourbon avant de se diriger dans le salon. Je le suivis et finis sur ses genoux. Je passais un bras derrière sa nuque, geste purement possessif, avant de passer mes doigts entre ses soyeux cheveux corbeau.
 
-Alors ton preux chevalier a mangé ce fameux escargot. Que lui donne sa princesse en échange ? Une soirée tranquille en tête à tête ? J’en rêverai.
 
Il murmura, sa voix grave, terriblement sensuelle, avant de venir m’embrasser et m’attirant contre lui. Je gémis contre ses lèvres, heureuse. Que pouvais-je lui accorder ? J’avais ma petite idée, mais il devrait me lâcher pour cela.
 
Un sourire étira mes lèvres et je me relevais pour le prendre par la main, posant nos verres sur la table basse. Je nous guidais droit vers sa chambre. Je le mis dos au lit, défaisant sa chemise avec une lenteur affolante. Avec des frôlements doux, je fis glisser celle-ci de long de ses épaules pour finalement la laisser tomber sur le sol. Je le dévorais des yeux en me mordant la lèvre pour ne pas lui sauter dessus et après un dernier baise doux et chaste, je l’allongeais sur le ventre. Je pris place sous son fessier et fis de douces caresses sur son dos.
 
Je posais finalement mes mains sur ses épaules et entrepris de le maser avec une certaine lenteur, tendrement. Je lui détendis ainsi les muscles du haut du dos avant de descendre sur ses reins et de le détendre avec des gestes délicats. Le traitement dura une bonne demi-heure pour que je finisse par m’allonger près de lui, le prenant dans mes bras. J’effleurais sa peau du bout des doigts en lui embrassant le haut du visage. Je fermais les yeux, posant mon front contre le sien.
 
-Tu peux me demander tout ce que tu veux mon ange… Je veux prendre soin de toi ce soir… Si tu acceptes…
 
Je voulais le chouchouter, le remercier de ce qu’il avait fait pour moi ce soir. Il m’avait aidé à aller mieux, et je tenais à récompenser comme il se doit. Il était le premier depuis longtemps à s’être inquiétez pour moi. Je l’embrassais à nouveau, pleine de tendresse malgré mon envie bouillonnante…
 
 



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto   Mer 3 Juin - 16:06

Simplement Toi.
Henry & Rhéa

Ou comment ne rien demander d’autres.

Je fermai les yeux, savourant le contact de sa main dans mes cheveux et de son bras autour de ma nuque. Je serais resté ainsi pendant des heures, rien que sa présence me suffisait à me détendre et à me combler. Jamais je n’aurais cru que je puisse être aussi proche d’une femme à nouveau, l’effet Louise n’était toujours pas passé mais Rhéa m’aidait à l’oublier. Son petit gémissement me fit frissonner et j’ouvris de nouveau les yeux pour plonger mon regard dans le sien. Je la laissai prendre mon verre pour le poser sur la table basse. Sa main était douce dans la mienne et je la suivis, curieux. J’haussai les sourcils en voyant qu’elle nous emmenait dans ma chambre.

Je me laissai guider par ses mains expertes, mon cœur battant à vive allure tandis qu’elle retirait doucement ma chemise. Je la regardai faire en me mordant la lèvre pour me contrôler. Mais elle était si belle et si… charmante. Elle était à moi ce soir, elle était mon amante, celle que je chérissais malgré moi. Ses doigts sur ma peau étaient comme des décharges électriques qui me rendaient fou de désir pour elle. Elle avait cette façon bien à elle de me faire perdre mes moyens et c’était ce qu’il se passait à ce moment précis.

Je m’allongeai sur le lit, sur le ventre, souriant doucement en la sentant s’asseoir sur moi. Je soupirai de plaisir alors que ses mains entreprenaient de me masser avec douceur, me décontractant aussitôt. Une demi-heure de pure détente et de pur plaisir, elle savait vraiment y faire. Je m’étirai alors qu’elle s’allongeait à mes côtés. Je la laissai me prendre dans ses bras et je plongeai mon regard dans le sien alors que nous posions nos fronts l’un contre l’autre. Elle me dit que je pouvais lui demander ce que je voulais. Je répondis à son baiser avec douceur. Je souris, caressant doucement sa tempe, cachant mon visage dans son cou, la serrant contre moi en soupirant.

« Tout ce que je veux ce soir chérie, c’est toi… » murmurai-je à son oreille « Reste pour la nuit, j’ai tout ce qu’il faut pour toi ici. »

Je me redressai sur un coude, la détaillant sans rien dire, entremêlant mes doigts aux siens. Je vins l’embrasser après quelques minutes, soupirant de plaisir au goût de ses lèvres. J’étais heureux, sincèrement heureux d’avoir rencontré quelqu’un comme elle et je me foutais bien de sa réelle nature. Elle était mon amante et je ne comptais pas lui dire au revoir.

« Reste dormir avec moi… » dis-je d’un ton suppliant, faisant la mine d’un enfant boudeur.

 
Code by AMIANTE


Dernière édition par Henry Beckett le Dim 18 Oct - 18:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto   Mar 9 Juin - 16:52



Romance d'une louve et d'un chasseur

Feat : Henry ♥


Je me retrouvais dans ses bras son visage enfouit dans mon cou. Je pouvais enfin respirer son odeur, cette odeur qui me faisait perdre la tête. Comment un chasseur pouvait-il se montrer aussi doux ? Son doigt léger le long de ma tempe ou son souffle chaud contre ma carotide me faisait me demander si tout cela était réel. Je souris. Une louve et un chasseur ? Pourtant, rien ne démontrait la haine viscérale qui régnait entre nos races, nous étions simplement deux jeunes, profitant de la vie, s’attachant lentement l’un à l’autre. Si on nous surprenait, on nous tuerait. Mais qu’importe, profitons de ce moment. J’attendais toujours sa réponse quand elle vint. Élargissant mon sourire.

-Tout ce que je veux ce soir chérie, c’est toi… Reste pour la nuit, j’ai tout ce qu’il faut pour toi ici.

Mon cœur battait la chamade. Rester ici ? Chez lui ? Alors que nos présentes rencontres, certes plus violente et pleine de luxure, avaient eu lieu dans ma cave mais là… Je ne savais pas. Je ne voulais pas que nous nous attachions l’un à l’autre. Je ne resterais pas ici longtemps, je partirais si Zéphyr me retrouvait. Et quand bien même, après mon histoire avec Alex, je ne pouvais, ne voulais, pas retomber dans les bras d’un chasseur. Je devais partir. C’était le mieux, pour lui comme pour moi. Mais je n’en avais aucune envie. Même ma louve voulait rester avec lui. Je le regardais se redresser, plongeant dans son regard si tendre quand il se posait sur moi, répondant à son baiser alors que nos doigts s’entremêlèrent. Il devenait difficile de lui dire non. Je ne tombais pas amoureuse, mais il me rendait heureuse, vivante. Avec lui, j’oubliais tous mes problèmes et je redevenais cette jeune fille pleine de passion que j’avais été autrefois…

-Reste dormir avec moi…

Son ton suppliant et son air de gamin boudeur eurent raison de moi. Je l’embrassais tendrement en murmurant un oui contre ses lèvres. Alors je me rallongeais avec lui, le prenant à nouveau dans mes bras en lui caressant le dos. Je ne pouvais résister à lui voler des baisers doux, riant doucement en rapprochant les-dit baisers de son cou, remontant sur son oreille avant de finalement finir ma course contre sa tempe. Nous restions longtemps ainsi, dans le silence, à juste nous embrasser, sans signe d’impatience quant à la nuit qui arrivait. Je ne voulais pas nous presser. Nous étions bien là, ressemblant à des amoureux alors que nous ne cherchions pas l’amour.

-Henry... ? Tu m’en veux si je te dis que je m’attache à toi ? Je ne tombe amoureuse, mais… J’aime être avec toi, ça me détend, me calme… On pourra faire ça plus souvent ?

Je cachais mon visage pourpre dans son cou, honteuse de cet aveux. Mais heureuse d’être là, heureuse qu’il soit venu. Je me montrais plus faible avec lui, sans doute car il était si naturel avec moi. Je repensais à notre première rencontre, à la façon dont il avait écarquillé les yeux alors que je m’enfonçais contre la lame de son arme, tout en l’embrassant. Etait-il conscient de l’effet qu’il me faisait ? Je ne crois pas. Finalement je relevais mon visage vers le sien, les joues rosis, mais je lui souris timidement avant… De me relever et de me déshabiller. Je ne me mis pas nue face à lui, juste en sous vêtement, puis allais dans sa salle de bain pour prendre une douche fraîche, car j’avais soudainement trop chaud. Il voulait que je dorme avec lui ? Soit, mais je devais calmer mes pulsions avant. Une douche froide ferait l’affaire.

Lorsque l’eau se mit à couler le long de mon corps, je gémis de bien-être. Je fermais les yeux en passant la tête sous l’eau, me calmant lentement. Lorsque je fus certaine de ne pas lui sauter dessus, je ressortis et m’habillais rapidement. C’est donc la crinière humide et en sous vêtement que je le rejoignis pour me glisse à ses côtés, l’embrassant tendrement.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto   Sam 13 Juin - 11:33

Nuit tranquille
Henty & Rhéa

ou comment bien dormir


Elle m’embrassa, acceptant ma proposition, ce qui me fit sourire. Elle était à moi pour cette nuit, je n’aurais pas à supporter la froideur des draps et le silence pesant qui régnait dans la pièce quand je me trouvais seul. Je la laissai me prendre dans ses bras, la regardant droit dans les yeux, mes pensées vagabondant doucement. Nous échangeâmes des baisers, sans faire attention au temps qui passait, nous ne faisions attention qu’à nous, à notre plaisir, à ce petit moment doux.

J’avais fermé les yeux, profitant de son contact et de sa présence à mes côtés. Mes doigts venaient caresser ses jambes et ses hanches dans des gestes lents et paresseux. Je l’entendis parler et je me reconcentrai sur elle, l’écoutant attentivement. Elle me demandait si je lui en voulais si elle me disait qu’elle s’attachait à moi. Un sourire amusé étira mes lèvres, oui elle n’était pas amoureuse mais elle tenait à moi, elle aimait être avec moi ? Tiens donc.

« Bien sûr que tu as le droit de t’attacher à moi, je ne suis pas un monstre Darling. Et bien sûr que nous pouvons faire cela plus souvent, il suffisait de demander. » murmurais-je à son oreille.

Je caressai doucement ses cheveux, amusé de la voir si fragile alors que j’avais rencontré une louve agressive et très entreprenante, les souvenirs refirent surface et je les chassai rapidement, ne voulant pas de ça ce soir. Elle releva son visage vers le mien, son sourire fit battre mon cœur plus fort alors que je la laissai se lever, arquant un sourcil en la voyant se dévêtir. Et mon dodo alors ? Je reposai ma tête sur l’oreiller, frissonnant sous la morsure du froid sur mon torse nu. Je fermai les yeux, croisant les bras derrière ma tête, écoutant l’eau de la douche couler doucement.

Avais-je peur de passer la nuit avec elle ? Non, elle ne serait pas capable de me tuer dans mon sommeil et ce n’était sûrement pas son but, elle me voulait et elle voulait passer du temps avec moi, ce n’était pas un mensonge, je savais les discerner. Je laissai mes pensées vagabonder de nouveau, entendant du bruit sur le parquet. Ma belle était de retour, je sursautai un peu quand ses cheveux mouillés vinrent toucher ma peau nue. J’ouvris les yeux, répondant doucement à son baiser, mordillant doucement sa lèvre. Je glissai mes bras autour de sa taille, cachant mon visage dans son cou, collant nos corps l’un contre l’autre pour ne pas avoir froid.

« J’espère que tu es prête à faire dodo parce que je suis crevé. » dis-je au creux de son oreille « Bonne nuit Rhéa, fais de beaux rêves. »

J’embrassai sa tempe avant de fermer doucement les yeux, remontant la couette sur nous avant de me laisser aller dans les bras de Morphée.  
Code by AMIANTE


RP TERMINE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Retour du Chasseur. Ft Rhéa Leto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le retour du chasseur [chasses]
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» La Grotte du Chasseur
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf :: Rps terminés-
Sauter vers: