AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au détour de la rivière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MessageSujet: Au détour de la rivière   Sam 25 Fév - 20:58

Mais combien de coeurs dans la nature 
Ont rêvé d'aventures 
En laissant fuir les années sans se demander...

Nathaniel ♥ “Je vais tellement me faire gronder à vie si on se fait prendre...”
“Alors arrête de gémir ! Yseult, je la retiens ton idée, ça fait une heure qu'on tourne en rond dans cette foutue forêt en pleine nuit, quand est-ce qu'on la trouve, ta clairière magique ?”
“Je ne sais pas, ok ? Tout est différent la nuit !” me défendais-je, ignorant le regard assassin que me lançait la conductrice de notre véhicule. J'avais beau scruter le paysage, je ne parvenais pas à nous situer. “Essaye à droite ?”
“Non, j'en ai marre, et demain on a contrôle d'histoire, alors on rentre !” s'interposa Amber, que l'aventure n'enthousiasmait clairement plus. Cora partageait son avis, puisqu'elle tourna sans attendre mon avis le volant de sa voiture pour retourner vers la ville. Je me rencognais dans le siège passager, mécontente et déçue. J'étais sûre que nous n'en étions pas loin pourtant ! Elles m'auraient accordé dix minutes de plus, nous l'aurions sûrement trouvée... Mais non ! Femmes de peu de foi !
“Vous vous êtes plaints toute la semaine que nous n'avions rien vécu d'excitant depuis des jours, mais à la première difficulté, vous reculez !”
“On est paumées, Yseult ! C'est pas trop mal comme difficulté !” s'énerva Cora, frappant sur le volant pour marquer ses paroles. Je sentis la moutarde me monter au nez et je répondis sur le même ton.
“Non, on ne l'est pas, je suis sûre de moi, si tu prends à droite, on est bonnes !”

S'ensuivit une série de “Non !” et de “Si !” véhéments qui n'apportèrent absolument rien à notre confrontation pendant que notre conductrice suivait un chemin qu'aucune de nous ne reconnaissions. Soudainement, Amber surgit entre nos deux sièges et frappa sur une de nos épaules en chuchotant furieusement que ce n'était absolument plus le moment : nous venions de nous engager dans une propriété privée, et pas n'importe laquelle : celle des Hale. Cora s'arrêta en catastrophe. Elle avait une peur bleue de cette famille, peur inculquée par ses parents. “Je ne veux pas rester, il faut qu'on fasse demi-tour tout de suite, avant qu'il ne nous attaque !”
“Qui ? Hale est parti !”
“C'est ce qu'on dit, mais si c'était un mensonge, hein ? On disait que son oncle était mort, et regarde !”
“Respire Cora, si tu ne veux plus conduire, passe moi le volant.”
“Pour que tu abîmes en plus ma voiture ? Certainement pas !” s'exclama-t-elle en enclenchant immédiatement la marche arrière. Amber n'avait pas bougé. Je sentis sa main se crisper sur mon épaule. Intriguée, je suivis son regard et me figeais également. Les policiers. “Yseult, je ne peux pas me permettre de passer la nuit au commissariat...”
“Merde ! Yseult, qu'est-ce qu'on fait ?!”

Je répondis la première solution qui me vint à l'esprit, ce qui se révèla être une erreur, puisqu'elles acceptèrent immédiatement ma proposition. “Vous me déposez, et vous fuyez pendant que j'essaye de les ensorceler ?” Ce fut tout juste si elles ne me poussèrent pas hors de l'habitacle. “Lâcheuses !” sifflais-je entre mes dents alors qu'elles m'adressaient des pouces levés accompagnés de sourires encourageants.

“On t'aime Yseult ! On te soutiendra via sms !” me promit Amber, alors que Cora ajoutait : “Ne pense pas à McCall et tout ira bien !” En effet : à cause de mon infatuation pour le jeune homme, mes chants étaient... bien moins performants. Il faut dire que c'est difficile de chercher à envoûter une personne lorsque l'on pense à quelqu'un d'autre ! Si Amber me soutenait, Cora ne comprenait pas mon sentiment pour lui et s'en lamentait dès que je commettais l'erreur de le mentionner devant elle avec un air un peu trop énamouré. Elle ne l'aimait pas, c'était ainsi... Et elle essayait tant bien que mal de m'en dégouter aussi, énervée qu'il m'handicape sans même le savoir. Je leur tirais la langue pour la forme, puis la voiture fit demi-tour, tous phares éteints. Ne restait plus que moi, face aux policiers, prévenus je ne savais comment de notre présence. Ou nous savaient-ils seulement présentes ici ? N'était-ce pas un simple coup du hasard, et je venais de me sacrifier pour rien ? “Je le saurais bien assez tôt...” pensais-je alors que la lampe de mon téléphone portable éclairait une silhouette s'approchant de moi. Mon téléphone vibra, et le premier texto de ce qui promettait être une longue série s'afficha : “Essaye d'éclairer ses yeux, si c'est un loup-garou, la lumière se réflétera sur eux. On n'est jamais trop prudents !”

Je déglutis péniblement, la gorge sèche, et affrontais bravement l'homme qui venait de s'approcher de moi. Si je l'aveugle avec ma lampe, il va peut-être penser que c'est une tentative d'intimidation, non ? Et je pourrais le mettre dans de mauvaises dispositions, ce que je tiens à absolument éviter ! Mais ça m'aiderait de savoir si j'ai affaire avec un humain ou un loup... Les chants sont légèrement différents et je ne peux pas me permettre d'affaiblir encore leur puissance... Oh, tant pis ! J'inclinais mon téléphone de manière à éclairer très rapidement les yeux du policier, avant de le baisser brusquement, prise de court par le résultat de cette expérience. Un loup-garou.

J'avais tout gagné ce soir...
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Oméga
Localisation : Beacon Hills
MessageSujet: Re: Au détour de la rivière   Jeu 2 Mar - 1:36

Au détour de la rivière [ft. Yseult]
« J'aime pas aller patrouiller dans la forêt.
- Parce que tu crois que ça me plait aussi ? La dernière fois que j'ai mis les pieds ici mon collègue s'est fait déchiqueter par un animal et on m'a retrouvé au milieu de nulle part, inconscient.
- C'est rassurant ... »

Je soupire tout en gardant un oeil sur le chemin de terre. Pourquoi j'essayerai de le rassurer ? Je ne dis simplement que la vérité !
On pourrait penser que je ne m'adresse pas de façon amicale à mon collègue, mais il y a une raison très simple. On ne se supporte pas. Je ne vois pas qu'elle idée avait mon supérieur en tête de me mettre avec lui, parce que tout le monde sait qu'on ne s'apprécie pas. Pourquoi ? Très bonne question. Peut être parce qu'il ne m'a pas forcément très bien accueilli le premier jour ? C'est vrai, il était sûrement jaloux de mon sens de la répartie. Ou bien parce que mon ancien collègue qui a été retrouvé mort dans la forêt alors qu'on patrouillait ensemble n'était autre que son frère ? Il doit bien comprendre que je n'ai rien pu faire, et que je ne suis pas responsable de sa mort ! Enfin c'est pas impossible ... Qui sait, j'ai été mordu la même nuit, et puis je n'ai aucun souvenirs de ma folie meurtrière après ma transformation en "bête sanguinaire". Mais je préfère écarter cette vision des choses, et penser qu'il a été tué par un simple animal, ou un autre loup-garou.

« D'ailleurs c'est bizarre que tu te sois réveillé inconscient comme ça, après avoir croisé des "animaux". »

Parce qu'il pense vraiment que je vais lui dire la vérité ? "Non, je me suis transformé en monstre après que mon frère m'ait mordu pour me sauver la vie d'une attaque de chasseurs complètement dégénérés. Oh et j'ai peut être tué ton frère pendant que je courrais dans les bois en tant que monstre avec des griffes et des crocs. Mais t'as raison, c'est bizarre, je n'en ai aucun souvenir."
Je regarde mon collègue d'un air parfaitement sérieux. Même s'il ne me voit pas, puisqu'il a la tête en dehors du véhicule, observant les environs avec une torche.

« On peut se concentrer sur notre travail ?
- C'est ce que je fais. » Me répond-il, devinant un sourire narquois sur son visage alors qu'il ne prit même pas la peine de me regarder.

Je lève brièvement les yeux au ciel, je devais bien m'attendre à ce genre de conversation si je devais travailler avec ce type. Mais d'un côté c'est marrant, c'est mieux qu'un mec coincé qui ne m'adressera jamais la parole sauf pour me dire bonjour et au revoir. Au moins ça me fait travailler mon sarcasme, je ne le remercierai jamais assez pour ça !
Je vois déjà au loin la silhouette du manoir de la famille Hale. Je ressens comme une boule au ventre, je déteste cet endroit. Déjà que la forêt en général me fout la trouille, j'ai du trouver un autre endroit pour faire mon jogging à cause de ça, j'imagine pas cette maison. On a raconté tellement de choses dessus, mais je préfère croire à la réalité : que plus personne ne vit dedans depuis longtemps et qu'elle est à l'abandon. D'ailleurs c'est ce que l'on doit vérifier, que cet endroit est bel et bien vide, ce que j'espère ...
Je gare la voiture sur le chemin et descends tout en prenant ma lampe torche, mon arme et mon courage. Je vois que mon collègue ne me suis pas, il n'a pas l'air emballé par notre mission. Je me penche à sa fenêtre :

« On a peur ? l'interrogeais-je
- Nan mais je ne veux pas vraiment sortir, j'ai ... un appel à faire au poste.
- Je dirais tout ça à notre supérieur. lui répondis-je tout en souriant.
- Il ne te croira pas ! » me cris-il presque alors que je suis loin devant lui. Il est stupide ? Il veut qu'on se fasse entendre ? Par qui je sais pas, mais il faut rester discret tout de même.

Je m'avance, lampe torche à la main, de plus en plus près de la maison en ruine. Comment est-ce que quelqu'un pouvait vivre là-dedans ? Le manoir est brûlé de partout. Je préfère encore un minuscule studio d'étudiant plutôt qu'un truc au milieu des bois comme ça.
J'entends des bruits de pas, pensant que c'est mon collègue qui a enfin prit son courage à deux mains. Je continue de marcher tranquillement quand je reçois une sorte de flash en pleine face. Je prends de suite peur et me retourne derrière furtivement en criant presque :

« C'est pas marr... »

C'est en me retournant que je comprends qu'il en s'agit pas de mon collègue, mais bien de quelqu'un d'autre. Je vois au loin une silhouette plus petite, je braque ma lampe dessus pour apercevoir une femme plus jeune que moi. Je m'approche, toujours sur mes gardes. On sait jamais, peut être que c'est un loup garou aussi, ou juste quelqu'un de mal intentionné ...

« Qui êtes-vous et que faites-vous ici à cette heure là ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Au détour de la rivière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Au détour d'une rivière
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» Tour de Farce
» La Tour du Savoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf :: Beacon Hills :: Forêt :: Maison Hale-
Sauter vers: