AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand le Passé revient au galop [ Léo Hoffman]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Alek's Pack
Localisation : San Francisco
MessageSujet: Quand le Passé revient au galop [ Léo Hoffman]   Sam 25 Fév - 10:47

Quand le passé revient...
Alek ft. Léo



Encore une journée pénible au commissariat de police. Habituellement, il y a toujours de l’animation. Le téléphone qui sonne sans arrêt. Les détenus qui hurlent pour foutre la merde. Le boss qui vient sans arrêt dans les bureaux de ses agents pour dire qu’il faut aller à tel endroit. Mais aujourd’hui, rien. C’est le calme plat. Je dois avouer que je m’ennuie, pour rester polis. Une idée me vient alors en tête. Celle d’appeler à la maison pour enquiquiner mo, nouveau colocataire, mais, vue l’heure, il doit déjà être au travail.  

Mon téléphone se met à sonner. Je décroche rapidement et, affiche un sourire en coin, en attendant la voix du dealer et de mon ancien camarade de lycée. Lui, n’a pas eu la chance de pouvoir évoluer. Il est resté le drogué que j’ai connu au lycée. Mais comme il ne sait pas que je suis flic, je pourrais facilement l’attraper et le mettre derrière les barreaux pour quelques jours.

Je lui donne rendez-vous dans le bar/restaurant, où j’ai pris l’habitude de manger le midi. Je relève la tête vers l’horloge de mon bureau. Il est déjà presque midi. Je ferai mieux de me dépêcher. Je décroche, j’enfile une veste et sors du commissariat de police. Une fois à l’intérieur de ma voiture, je prends le temps d’allumer une cigarette, puisqu’il est interdit de fumer dans le restaurant. Par chance, je ne mets pas longtemps pour arriver sur mon lieu de rendez-vous.

Une fois devant la porte du bâtiment, je prends une grande inspiration avant de pousser la porte. J'espère qu'Emily ne viendra pas nous servir. Non pas que je n'ai pas envie de la voir, bien au contraire. J'adore l'embêter. C'est juste parce qu'il y a un ancien lycéen et cet ancien lycée, à tout comme moi, maltraiter la jeune Hoffman. Par conséquent, je ne veux pas qu'elle repense à cette période. Elle a suffisamment souffert à cause de moi. Je crois que j'aurais mieux fait de choisir un autre restaurant. Mais, j'ai mes habitudes ici…

Je regarde toute la pièce et je suis soulagé de voir qu'à première vue, il n'y a pas le jeune serveur. Peut-être qu'il est à la fac de médecine. Ce que j'espère fortement. Je m'installe donc à une table. Je n'ai pas le temps de dire « ouf » qu'une serveuse vient prendre ma commande. Je lui souris et, je lui commande une bonne bière.



made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alek's Pack
MessageSujet: Re: Quand le Passé revient au galop [ Léo Hoffman]   Sam 25 Fév - 10:51


Quand le passé revient



[Feat Alek Cooper]
La vie de Léo avait beaucoup changé en peu de temps. Tout avait commencé avec le retour d’Alek. Au début, il pensait que son retour allait le faire replonger dans toute l'horreur qu’il avait vécu et dont il avait enfin tourné la page. Mais non, à l'inverse. Le retour d’Alek s'était rapidement révélé être la meilleure chose qui pouvait lui arriver. Ce dernier avait beaucoup changé. A l'époque, c'était un vrai con et maintenant… Eh bien maintenant il était devenu le seul qu'Hoffman qualifié d'ami et il était même devenu même son colocataire. L'humain adorait vivre chez lui, même s’il n'y avait pas encore bougé toutes ses affaires et qu'elle avait toujours son vieux appartement. Pour lui, « home » était devenu chez Cooper. C'était là qu’il se sentait chez lui et en sécurité.

Evidement, malgré son « déménagement », le jeune homme allait toujours à l'université et travaillait toujours dans le restaurant-café. Pendant les très rares moments qu’il passait à l'appartement alors que son colocataire n'était pas là, ce dernier adorait l'appeler pour l'embêter alors que lui s'ennuyait au boulot. Au début, ça l'avait embêté vu qu’il travaillait sur ses cours pendant ces moments là, mais il réussit rapidement à devenir multitâche. D'ailleurs, en parlant de l'andouille qui lui servait de colocataire, Hoffman avait réussi à le rendre accro à Supranaturel. Si ce n'avait pas été un loup-garou ayant des chasseurs qui veulent le tuer au derrière, il aurait adoré parler avec lui de comment chasser les démons et esprits dans la série, mais à cause de cela, il n'en parlait pas. Il avait dû aussi bien faire attention qu'il saute l'épisode sur les loups-garous. Il ne voulait pas qu'il le voit, elle ne voulait pas risquer que cet épisode lui fasse mal, étant un loup-garou. Et de toute façon, lorsque Léo aura réussis à faire regarder Sherlock et Doctor Who à Alek, ils pourront parler de cela. D'ailleurs cela lui faisait bizarre de penser que c'était devenu normal pour elle de se dire qu'elle vivait avec un loup-garou…

Mais assez parlé de ce qui s'était passé, revenant dans le présent. Aujourd'hui était jeudi. Le jeudi, Léo allait à l'université toute la matinée, passait sa pause midi au café-restaurant, mangeant son repas composé seulement d'un sandwich qu'elle mangeait en allant au travail, avant de retourner plus tard dans l'après-midi à l'université. Dure comme journée. Actuellement, il était presque midi et Hoffman était sur la route vers là où il travaillait. L'humain finit par arriver à son lieu de travail. Comme tous les employés, il rentra par derrière qui débouchait sur un couloir qui amenait aux casiers où on pouvait mettre ses affaires pendant qu'on travaille. Léo ouvrit le sien avec sa clef, prit le tablier qui était un peu le seul uniforme officiel et vraiment utilisé avant de mettre son sac à dos à la place. Il mit le tablier rapidement avant de fermer son casier et se dirigeait vers le bureau du patron pour lui dire qu’il était bien arrivé comme il voulait qu'on le fasse pour aller ensuite en salle.

Le serveur regarda rapidement la salle, cherchant pour les habitués. Son regard tomba vite sur Alek qui était en train de commander auprès d'une serveuse du nom de Julie. Il vit aussi des habitués dont un qui semblait avoir choisit ce qu'il voulait mais qui n'avait pas encore commandé au près d'une serveuse. Léo alla le voir.

« Bonjour Monsieur McGarrett ! Comment allez-vous aujourd'hui ?» dit-il avec un grand sourire, attendant que son client réponde en lui demandant la même question au passage « ça va très bien aussi merci ! Vous avez choisi ce que vous allez prendre aujourd'hui ? »

McGarret fit sa commande que le serveur nota avant de partir en cuisine pour la donner au chef.
(c) AMIANTE


__________________________________________________


«We're Broken People »
Léo Hoffman It's okay to be messed up, there's other people just like you, and if we stick together we'll get through this.
     

(c) Myuu.BANG!

     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alek's Pack
Localisation : San Francisco
MessageSujet: Re: Quand le Passé revient au galop [ Léo Hoffman]   Sam 25 Fév - 11:01

Quand le passé revient...
Alek ft. Léo



La serveuse s'en va avec ma commande, pendant que je tape mon doigt sur la table au rythme d'un battement cardiaque. Pourquoi ? Parce que je suis stressé. Non parce que je vais revoir un ancien camarade de classe. Je stresse parce que j'ai peur que Léo le voit. Je pousse un soupir avant d'afficher un large sourire en voyant la serveuse arrivée avec ma boisson. Je la remercie et je m'empresse d'avaler une gorgée. La clochette de la porte se fait entendre. Je relève la tête et secoue légèrement la tête en voyant Alexander. Je lève la main pour lui indiquer où je me retrouve. Grâce à mon ouïe de loup-garou, j'entends la voix de Hoffman, prendre la commande d'un autre client. Je suis dans la merde…

Le dealer prend place sur le divan qui se trouve devant moi. J’affiche un faible sourire, avant d’engager la conversation. Il faut que je paraisse crédible si je ne veux pas effrayer mon dealer.

- Alors, qu’est-ce que tu deviens depuis le temps ?
« Comme tu peux le remarquer je n'ai pas changé. J'aime toujours autant partager ma marchandise » me dit-il avec un sourire en coin « Et toi, que deviens-tu ? Tu as des nouvelles de ce qu'à put devenir le gars qu'on martyriser ? Je t'avoue que ça me manque de ne plus m'en prendre à lui... »
- Du moment que tu te fais pas prendre… Et bien, je suis sans emploie. Je recherche désespérément un boulot…
« Je peux t’embaucher si tu veux, un peu d’aide ne serait pas de refus pour vendre ma marchandise un peu partout… »

Je me contente seulement de secouer la tête positivement. Aller, encore un peux et je suis à deux doigts de t’arrêter mon « pote ». Lorsqu’Alexander me demande si j’avais des nouvelles de Léo, j’ai eu l’envie de lui mettre un coup de poing dans sa jolie petite tête. Mais je me retiens. Il ne faut pas qu’il croit que je suis devenue un autre homme. Je dois donc me faire passer pour celui qu’il a connu au temps du lycée. Je laisse donc un sourire mauvais se dessiner sur mon visage…

- J'ai de ses nouvelles... Je suis tombé sur lui il n'y a pas si longtemps. C'est toujours le même timbré qu'il faudrait interné... Franchement, qui pourrait me faire croire qu'un mec qui ne sait même pas aligner des mots correctement est saint d'esprit. En plus de ça, il s'est mutilé ! Faut vraiment l'interner celui là, on est pas en sécurité avec un mec comme ça qui se balade librement dans la nature

Avant de continuer mon petit récit, je bois une nouvelle gorgée de ma boisson préférée, tout en tournant rapidement mon regard dans la salle, afin de voir si Léo est là, ou non…

- Tu te souviens comment on s’éclatait à le bousculer contre les casiers, voir même le faire trébucher dans les escaliers ?
« Bien sûr que je m’en souviens »
- Et bien maintenant je vais encore plus m'éclater –laisse échapper un petit rire- J'ai réussi à faire ami-ami avec lui. Je lui ai fait croire que j'étais devenu un autre homme. Il vit maintenant avec moi. Je n'ai plus qu'à attendre qu'il vende son petit appartement pour le foutre dehors. Tu ne peux pas t'imaginer à quel point j'ai hâte que cela arrive. Pour lui faire comprendre qu'il est toujours aussi stupide qu'à l'époque…

Un rire s’échappe de ma bouche lorsqu’Alexander me demande de le prévenir quand ça va se produire. Il a envie de pendre son pied en voyant la tête d’Hoffman.



made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alek's Pack
MessageSujet: Re: Quand le Passé revient au galop [ Léo Hoffman]   Sam 25 Fév - 11:06


Quand le passé revient



[Feat Alek Cooper]
Une fois la commande donnée au chef, il revint en salle pour continuer son travail de serveur, avant de continuer ses allés-retours. Alors qu’il revint en salle pour la énième fois, Léo remarqua un homme s'asseoir à la même table qu’Alek. Le jeune homme fronça les sourcils, trouvant cela bizarre. La plupart du temps l'alpha venait seul, mais cela ne semblait pas être le cas d'aujourd'hui. L'inconnu étant trop loin pour qu'Hoffman puisse voir son visage et curieux, comme toujours, il se débrouilla pour s'approcher de la table sans se faire remarquer et en continuant son travail.

L'étudiant, non loin d'eux mais de dos et de façon qu’Alek ne le voit pas. Ce dernier commença à parler à son interlocuteur. Vu ce qu'il venait de dire, ce n'était pas un collègue mais une vielle connaissance… Cela commença à faire peur à Léo. Était-ce une connaissance du lycée ? Le jeune homme espéra que non. Et si c'était le cas, pourquoi Cooper le voyait-il ? Le deuxième homme parla. Sa voix glaça le sang de l’humain qui avait reconnu la voix. Très vite, des souvenirs l'attaquèrent. Il se souvenait des insultes qu'avais prononcé cette voix, il se souvenait de son rire sadique, il se souvenait de l'homme, un de ses anciens amis d’Alek et un de ses anciens bourreaux.

Ce dernier commença à poser une question sur Léo, le garçon qu'il maîtrisait. Ce dernier devait être aussi blanche qu'un cadavre et sentait ses bras devenir faibles, se bâtant pour ne pas laisser tomber le plat qu’il tenait. Manquerait plus que l'étudiant le fasse tomber et se fasse repérer. Ce fut le tour de l'Alpha de parler mais il ne pu l'entendre car il du finalement donner le plat qu’il tenait pour aller chercher ensuite le plat d'un autre client. Hoffman se dépêcha de revenir pas trop loin de la table des deux hommes pour entendre la suite de leur conversation mais, rapidement, il regretta d'avoir entendu ce qu’Alek dit


« J'ai de ses nouvelles... Je suis tombé sur lui il n'y a pas si longtemps. C'est toujours le même timbré qu'il faudrait interné... Franchement, qui pourrait me faire croire qu'un mec qui ne sait même pas aligner des mots correctement est saint d'esprit. En plus de ça, il s'est mutilé ! Faut vraiment l'interner celui là, on est pas en sécurité avec un mec comme ça qui se balade librement dans la nature. Tu te souviens comment on s’éclatait à le bousculer contre les casiers, voir même le faire trébucher dans les escaliers ? »

« Bien sûr que je m’en souviens »


« Et bien maintenant je vais encore plus m'éclater –laisse échapper un petit rire- J'ai réussi à faire ami-ami avec lui. Je lui ai fait croire que j'étais devenu un autre homme. Il vit maintenant avec moi. Je n'ai plus qu'à attendre qu'il vende son petit appartement pour le foutre dehors. Tu ne peux pas t'imaginer à quel point j'ai hâte que cela arrive. Pour lui faire comprendre qu'il est toujours aussi stupide qu'à l'époque…»


Le serveur eut l'impression qu'on lui mit un coup de poing dans le ventre, lui coupant la respiration et en lui faisant lâcher le plat qu’il tenait. Ce dernier tomba au sol, se brisant. Cela aurait dû faire du bruit mais l'humain n'entendit son bruit qu'au loin. La bouche entre ouverte et le regard ébahis, il regardait Alek. Comment avait-il pu lui faire ça ? Comment… Se rendant compte que ce dernier la regardait maintenant, comme la plupart des gens dans la salle, il prit la fuite, se fichant du plat qui était tombé au sol. Léo devait partir. Maintenant. Une fois arrivée aux casiers, il ouvrit le sien, attrapant son sac avant de continuer à partir en courant, le laissant grand ouvert et sans y ranger son tablier.

Même une fois dans la rue, Hoffman continua à courir, ayant peur d'avoir Alek aux trousses et voulant juste fuir tout ça, alors que des larmes commençaient à couler de ses yeux pendant que ses lèvres s'étiraient en une grimace de douleur.

(c) AMIANTE


__________________________________________________


«We're Broken People »
Léo Hoffman It's okay to be messed up, there's other people just like you, and if we stick together we'll get through this.
     

(c) Myuu.BANG!

     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alek's Pack
Localisation : San Francisco
MessageSujet: Re: Quand le Passé revient au galop [ Léo Hoffman]   Sam 25 Fév - 11:10

Quand le passé revient...
Alek ft. Léo



Je continue de siroter tranquillement ma bière, tout en discutant du jeune Hoffman avec Alexander. Je lui lance des arguments complètement bidon. En même temps, je ne peux pas lui donner de véritables arguments, puisque je viens seulement de recroiser la route de mon colocataire. Et soyons honnêtes, je n'ai pas envie de lui en donner. Si je l'ai fait venir ici, c'est en premier lieu, pour pouvoir l'attraper dans son trafic de drogue.

Un fracas de verre se fait entendre dans la pièce. Pas très loin de nous. Mon cœur s'accélère d'un seul coup. Faites que ça ne soit pas Léo qui est tout entendu. Je me retourne, comme la plupart des clients, pour savoir qui a bien put faire tomber une assiette ou un verre. Je reste figé en voyant le visage du jeune Hoffman. Léo à la bouche ouverte, ses yeux sont légèrement rouges à cause de ses larmes qui montent petit à petit. Ça ne fait aucun doute. Le serveur a tout entendu.

Léo s’en fuit de la pièce. Sans doute pour se réfugier aux vestiaires. J’entends la voix d’Alexander qui se fout de lui. Je serre la mâchoire pour me retenir de lui dire ce que je pense. Je suis à deux doigts d’intégrer son groupe de dealer et, je suis à deux doigts pour l’attraper. Il ne faut pas que je gâche tout.

J'essaye de me concentrer pour écouter ce que fait Léo. Mais, je n'entends rien. Pas même un sanglot. Est-ce qu'il est passé par la porte de derrière ? C'est fort possible. Il faut que je le suive. Je me retourne vers mon invité. Je m'excuse auprès de lui, prétextant que j'ai un rendez-vous pour un entretien d'embauche dans seulement quelques minutes. Je me dépêche de sortir du restaurant. Je cours ensuite en direction de la ruelle ou donne la porte de derrière. La porte est légèrement ouverte.

- Ce n’est pas vrai…

Je tourne sur moi-même, essayant de deviner l'endroit où Léo à put aller. Je me remets à courir en direction de ma voiture, avant de foncer jusqu'à mon appartement. Quelques minutes plus tard, je me retrouve au pied de mon immeuble. Je monte rapidement les escaliers avant d'ouvrir violemment la porte de l'appartement. À première vue, il n'y a pas Léo. Je fouille toutes les pièces, mais Hoffman n'est pas là. Je commence à paniquer. J'espère qu'il ne fera pas de bêtise…

made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alek's Pack
MessageSujet: Re: Quand le Passé revient au galop [ Léo Hoffman]   Sam 25 Fév - 11:24


Quand le passé revient



[Feat Alek Cooper]
Léo arriva enfin à son appartement. A peine il ferma la porte qu’il sentit ses jambes trembler avec qu'ils la lâchent, le faisant s'asseoir sur le sol, le dos contre la porte qu’il avait fermé d'un coup. Rapidement ce fut tout le corps de l'humain qui se mit à trembler alors qu'un long gémissement de douleur sortit de sa bouche sans qu’il puisse l'en empêcher. Les larmes virent se joindre rapidement à ce cri. Son corps se mit en position fœtale sur le sol, toujours contre la porte, Hoffman agonisant trop à l'intérieur pour lutter à l'envie d'être dans cette position. Les larmes continuèrent à couler créant deux cascades produisant encore des gémissements de douleur. Hoffman pleura, pleura et pleura encore alors que ce qu'avait dit Alek résonnait dans sa tête, comme s'il était et qu'il venait les chuchoter au creux de l'oreille de l'étudiant. « Le même timbré… » « Le foutre dehors. » «Faut vraiment l'interner celui là » « Timbré » « Pour lui faire comprendre qu’il est toujours aussi stupide qu'à l'époque… » «pas en sécurité avec un mec comme ça qui se balade librement dans la nature. … » « interner… » « TIMBRE » « STUPIDE »

Au bout d'un moment d'une durée inconnue, les larmes de Léo arrêtèrent de couler et ce dernier bougea, doucement, se mettant en position assise  sur le sol essuyant rapidement ses larmes. Il n'étendait plus la voix d’Alek dans ses oreilles mais sentait un vide immense à l'intérieur de sa poitrine. Le serveut connaissait et détestait tellement ce sentiment. Il voulait arracher la peau de sa poitrine, il voulait l'ouvrir, le voulait arrêter de sentir cela. Il ne pouvait pas supporter ce sentiment… Il ne pouvait plus le supporter. Pas encore. Pas encore une fois. Non… Grimaçant à cause de cet horrible sentiment, la jeune homme secouait négativement la tête… Non… Non… Non !

Hoffman se leva doucement. Il avait l'impression que son corps était si faible, qu’il n'allait pas arriver à marcher, qu’il allait tomber au sol. Mais il fit doucement un pas, puis un autre. Léo avançait doucement, tremblant encore un peu à cause du vide dans son torse. Le serveur avait aussi du mal à voir, tout lui semblait flou, sans doute à cause des larmes. L'humain étant tellement désorienté, il marcha un peu à l'aveugle, se demandant pendant combien de temps il était restée en position fœtale. Il n'en savait rien. Hoffman essuya rapidement ses larmes, lui permettant d'y voir plus claire. A gauche de lui se trouvait sa petite cuisine qu’il n'avait pas vu depuis longtemps  vu qu’il vivait chez Alek. Alek… Ses mots revinrent aux oreilles du jeune homme « Ce timbré…» « Stupide… » « Faut interner… » « S'est mutilé… » « Mutilé… » . Le regard de du timbré en question se posa sur quelque chose dans sa cuisine alors qu’il sentit ses avant-bras la bruler tout comme ses côtes pendant que le dernier mot se répéter dans sa tête.

Léo, lui, ne voulait pas retomber. Non, il avait eu tellement de mal à arrêter… Mais ses avant-bras et ses côtes… Ils… Ils le voulaient, ils en avaient besoin… Ils en avaient tellement besoin oui… Et s’il faisait ça, il ne sentira plus le vide dans sa poitrine, non il disparaîtra, il sentira quelque chose. Le serveur avança d'un pas hésitant vers ses couteaux de cuisine. Il tendit un bras tremblant vers eux et en attrapa un.  Alors qu’il allait dans sa chambre, il observait son arme blanche avec horreur et envie en même temps. Elle semblait comme lui brûler les mains alors que ces dernières ne voulaient pas le lâcher malgré la douleur.  Une fois arrivé à destination, l'humain ferma la porte derrière lui par réflexe et se mit à tailleur parterre.

Hoffman fixa longtemps son avant-bras, qu’il pouvait voir directement grâce à son tee-shirt à manche courte, pleins de vielles cicatrices, pensant pour le contre et le pour. Le pour étant : il en avait besoin, il avait besoin de se défouler et il le méritait. Il avait pensé qu’Alek avait changé, il avait cru en lui. Il avait aussi cru qu'il était devenu son ami. Son seul vrai ami… Mais il l'avait poignardé dans le dos alors que les vrais amis se poignardent en face. Il l'avait trahi, il l'avait trahi.

La colère prit la place du vide qui se trouvait avant dans la poitrine de Léo et ce dernier se mit au travail, criant sa colère. Mais aucun cri ne sorti de ses lèvres bien fermées de jeune homme, ce cri fut les lignes rouges qui commencèrent à apparaître sur son avant-bras droit, Léo étant gaucher. N'ayant plus de place sur son avant-bras maintenant écarlate Hoffman fit une pause. Ce dernier sentait la douleur qu'elle avait créée à chaque cicatrice. Cette douleur lui avait tellement manqué… Mais il en avait besoin d'encore plus, il en n'avait pas eu assez, le vide allait revenir, il n'allait plus rien sentir… Le serveur changea le couteau de main, s'attaquant  à son deuxième avant-bras qui devint lui aussi rapidement rouge.

Une fois son œuvre fini, il la contempla. Pendant combien de temps ? Léo n'en avait aucune idée. Depuis le moment qu’il avait fermé sa porte d’entrée de son appartement,  le concept du temps semblait s'être envolé. Tout ce que l'humain savait, c'est qu’il en avait besoin de plus. Plus de cicatrices. Hoffman se leva rapidement, mais manqua de tomber, étant un peu faible. Heureusement, il se retint au mur et évita d'atterrir sur ses fesses.  L'étudiant retira son tee-shirt, grimaçant lorsque celui-ci toucha accidentellement ces cicatrices, pour se torse nu. Une fois ceci fait, il se mit à apporter du rouge sur les côtés de son ventre et sur ses côtes.

Encore une fois, son corps devint rouge rapidement et le jeune homme dut s'asseoir se sentant un peu faible encore. Ce fut à ce moment-là qu'il se rendit compte de quelque chose. Il se rendit compte de quelque chose qui lui donna l'impression de recevoir encore un coup de poing dans le ventre. Tout recommençait. Alek l'avait encore détruit, il s'était encore enfermé dans sa chambre pour se mutiler et il allait sans doute encore vivre comme un fantôme. Tout recommençait, mais il avait perdu ce qu'il l'avait rendue enfin heureux, ce qu'il lui avait donné l'impression de vraiment vivre. Les larmes revinrent inonder ses joues. A quoi bon vivre si’il n'allait plus avoir l'impression de vivre ? Et il en avait tellement marre… marre de tout ça, marre que les gens la laissent tomber, marre qu’il se retrouve briser, marre de devoir s'accrocher à une petite lueur d'espoir qui finit toujours par la bruler mais ne jamais l'éclairait.

Le jeune Hoffman, le couteau en main se fit une profonde entaille au poignet au niveau de la veine, la plus gros entaille qu'elle n'avait jamais fait. Beaucoup de sang se mit à sortir alors que le jeune homme se sentait trop faible pour rester assis. Il se retrouva rapidement allongé sur le sol, sa vie sortant rapidement de son corps par son avant-bras. Léo ferma les yeux, se laissant envelopper l'obscurité qui venait la chercher…
(c) AMIANTE


__________________________________________________


«We're Broken People »
Léo Hoffman It's okay to be messed up, there's other people just like you, and if we stick together we'll get through this.
     

(c) Myuu.BANG!

     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Quand le Passé revient au galop [ Léo Hoffman]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand le Passé revient au galop [ Léo Hoffman]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lorsque le passé revient en force. [Libre 1 personne]
» MAJ: Quand la chaleur revient...
» Quand un fantôme de ton passé revient frapper à ta porte (William&Elena)
» Ca s'en va et ça revient ...
» Quand le passé vient frapper à ta porte! - feat: greg

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf :: Rps terminés-
Sauter vers: